La passation de pouvoir ?

  • A
  • A
La passation de pouvoir ?
Partagez sur :

Après la réception de Lyon, Lille enchaîne un deuxième sommet en une semaine avec un déplacement à Marseille, dimanche en clôture de la 26e journée de Ligue 1. Chez le champion, le Losc a l'occasion d'affirmer sa force et son rôle de réel candidat au titre en fin de saison. Mais l'OM ne l'entend évidemment pas de cette oreille... Pour les Olympiens, ce match doit être celui de la relance définitive.

Après la réception de Lyon, Lille enchaîne un deuxième sommet en une semaine avec un déplacement à Marseille, dimanche en clôture de la 26e journée de Ligue 1. Chez le champion, le Losc a l'occasion d'affirmer sa force et son rôle de réel candidat au titre en fin de saison. Mais l'OM ne l'entend évidemment pas de cette oreille... Pour les Olympiens, ce match doit être celui de la relance définitive. Quand le champion accueille le leader, ce ne peut être qu'un choc. Et quand ce champion s'appelle l'OM et que le premier de Ligue 1 semble avoir les épaules larges à treize journées de la fin, ce ne peut être qu'un gros choc. C'est donc ce qui définit ce Marseille-Lille, moment charnière de la saison. Quel que soit le résultat - hormis peut-être un nul, qui serait tout sauf une bonne affaire pour les deux équipes -, le vainqueur frappera forcément un grand coup au Vélodrome. Et donnera un autre visage au championnat, alors que le match aller devait (pensait-on...) symboliser l'incapacité du Losc à tenir face aux gros (défaite 1-3 au Stadium Nord). Pour l'OM, un succès permettrait de prendre deux points d'avance sur les Lillois, et ainsi leur passer devant pour la première fois depuis plus de trois mois. Fin novembre, alors que Lille venait de concéder le nul à Bordeaux (1-1), l'OM écrasait Montpellier (4-0) et récupérait la tête de la Ligue 1. Le vent a bien tourné, avec un Losc leader depuis la journée suivante, soit depuis dix matches. Les Nordistes restent sur deux contre-performances, avec une défaite à Montpellier (0-1) et un nul devant Lyon (1-1), mais Moussa Sow a encore marqué face à l'OL, inscrivant son 17e but de la saison. L'arme fatale de Lille peut profiter de cet affrontement de premier choix pour valoriser un peu plus encore cette attaque de feu, où Hazard et Gervinho secondent avec bonheur le meilleur buteur de L1. Didier Deschamps se méfie évidemment, même s'il cherche aussi de vraies raisons d'espérer. "En termes de résultats, Lille est moins bien en février, a ainsi indiqué le coach olympien devant les caméras d'OMtv. Car quand on fait match nul à Monaco (ndlr: 0-0, le 30 janvier), on est à 8 points d'eux, c'est énorme et c'était il y a un gros mois ! Mais ça reste une équipe qui pratique un beau football et qui crée des problèmes." Plutôt, oui. Malgré un léger coup de moins bien, le Losc conserve un des jeux les plus attrayants de Ligue 1, et surtout un des plus dangereux. "A domicile, ils connaissent des problèmes à cause de leur pelouse mais dimanche, ce ne sera pas le cas, à moins que j'aille faire des trous samedi soir." Le stratagème serait un peu gros. Surtout que l'OM a les moyens d'y croire, avec tous les blessés normalement de retour dans le groupe. Gignac devrait toutefois débuter sur le banc. Deschamps pense à faire des trous Pour les Lillois, le handicap le plus rédhibitoire pourrait bien être celui de la fraîcheur physique. "Déjà sans le match de mercredi dans les jambes, ça aurait été dur de toute façon, pense Mickaël Landreau, interrogé sur le site du Losc. Ce sera simplement encore plus dur. Paradoxalement, je pense que ce match face à Lorient était le plus important de la semaine, car il était vraiment déterminant de passer pour la dynamique de notre groupe." Le portier du Losc va peut-être un peu vite en besogne, même s'il ne faut jamais négliger une opportunité de titre et que la Coupe de France semble être le chemin le plus rapide pour parvenir à ces fins. Toutefois, le vrai titre qui les obnubile, c'est bien sûr celui de champion de France. Et Lille comme Marseille - même si les Lillois continuent de s'en cacher - partagent cette ambition comme dénominateur commun. Avant sa suspension pour deux matches (suite à son tacle envers le Lensois Adil Hermach), Florent Balmont pourra se dépenser sans compter au Vélodrome: "Si on peut prendre un point, ce sera bien, estimait-il ainsi au micro de RMC. Ça nous permettra de rester dans la course. Mais il va falloir être costaud." La "course", cette fameuse course qui dit son nom sans le dire: la course à la première place. Ce Marseille-Lille n'est pas la finale du championnat, trop éloigné de la 38e journée. Mais il va largement préparer LE final.