La partie ne fait que commencer

  • A
  • A
La partie ne fait que commencer
Partagez sur :

Après plus de quatre heures de course, ces 24 Heures du Mans ménagent le suspense avec trois équipages en moins d'une minute, la Suzuki du team SERT n°1, la Kawasaki du team SRC n°11 et la BMW n°99 du team Motorrad France se partageant le commandement au gré des arrêts au stand. Chacun met en place sa stratégie entre vitesse sur la piste, calcul sur la consommation et constance dans le rythme. La nuit promet d'être longue alors que Yamaha a sans doute déjà tiré un trait sur la victoire.

Après plus de quatre heures de course, ces 24 Heures du Mans ménagent le suspense avec trois équipages en moins d'une minute, la Suzuki du team SERT n°1, la Kawasaki du team SRC n°11 et la BMW n°99 du team Motorrad France se partageant le commandement au gré des arrêts au stand. Chacun met en place sa stratégie entre vitesse sur la piste, calcul sur la consommation et constance dans le rythme. La nuit promet d'être longue alors que Yamaha a sans doute déjà tiré un trait sur la victoire. Sortez les calculettes ! Au vu du niveau affiché durant ces premières heures de course, ces 24 Heures du Mans sont encore plus indécises que les observateurs pouvaient le penser à l'issue des essais. Le départ en a donné la preuve, Julien da Costa avec la Kawasaki n°11 faisant honneur à son statut de tenant du titre en prenant les commandes grâce à une magnifique envolée. Peu à peu, Damian Cudlin choisi par le Motorrad France pour mener le début de course de la BMW auteur de la pole, laisse passer Anthony Delhalle au guidon de la Suzuki du SERT puis Loris Baz avec la Yamaha du YART. Rien d'inquiétant pour la S 1000 R qui reste en embuscade à deux secondes de la tête après une demi-heure de course. Progressivement, les premiers arrêts dessinent une tendance. Kawasaki est dans le coup mais joue surtout sur la consommation à l'image d'un relais long de 34 tours achevé peu avant 17 heures. Une donnée à suivre de près car elle pourrait permettre à la ZX-10 R d'économiser plusieurs relais et donc un temps précieux. A condition de poursuivre sur un gros rythme en piste pour demeurer en embuscade alors que Yamaha a craqué, le GMT 94 tombant dès la première heure aux mains de Carlos Checa. L'intervention longue sera suivie d'un deuxième passage au sol, cette fois alors que Mathieu Lagrive se trouvait au guidon. Un prétendant de moins dès les premières heures puisque la n°94, bien que repartie, affiche un retard rédhibitoire de 18 tours ! Pire, Yamaha a également sans doute perdu sa deuxième moto de pointe, Loris Baz partant à la faute peu après 18 heures avec la n°7 du YART. Verdict : 15 minutes d'arrêt et déjà 8 tours de retard avant même la nuit. Devant, BMW réagit par deux gros relais de Sébastien Gimbert et Erwan Nigon qui permettent à la n°99 de reprendre les commandes... Provisoirement seulement car le SERT est bel et bien à la lutte même en l'absence de Freddy Foray et Vincent Philippe. Performants au stand, les vainqueurs du Bol d'Or sont constants en piste... du moins Daisaku Sakai et Anthony Delhalle puisque Dominique Méliand a choisi de faire longtemps sans le jeune Guittet, ménagé jusqu'à 18h30. Le Manceau débute ses 24 Heures par des chronos très encourageants, proches de ceux réalisés en qualification, preuve de son énorme marge de progression et ne concède que deux secondes au tour face à l'expérimenté Sébastien Gimbert revenu dans ses échappements à 19 heures. Reste à tenir le choc physiquement jusqu'à dimanche... A 19h10, la BMW reprend d'ailleurs les commandes, confirmant que la bataille ne fait que commencer. A 19h28, ultime bouleversement, la Kawasaki n°11 s'intallant provisoirement en tête profitant de l'arrêt au stand programmé de la BMW. Le Motorrad France peut encore rêver d'une première victoire d'une marque non nipponne dans la Sarthe mais la course est encore très longue avec plus de 19 heures au programme. BMW fonce, Suzuki étonne, Kawasaki gère... La nuit promet de donner quelques bribes de réponse sur la stratégie gagnante.