La panenka de la discorde

  • A
  • A
La panenka de la discorde
@ REUTERS
Partagez sur :

LIGUE 1 - Le pénalty transformé par Loïc Rémy en fin de match n’a pas plu aux Niçois.

Marseille mène 1-0. L’arbitre est proche de siffler la fin du match quand André Ayew est accroché par Diakité dans la surface de réparation. L’homme en noir, Monsieur Castro, n’hésite pas une seconde et désigne le point de pénalty. Sur son second essai, Loïc Rémy décide de tenter une panenka. Un geste magnifique qui a scellé la victoire de l’OM (2-0) mais qui n’a pas vraiment plus aux Niçois. 

Manque de respect ? 

Les Aiglons auraient mérité mieux sur ce match. Après avoir touché à deux reprises la transversale de Steve Mandanda en première période, les Niçois ont cédé en fin de match. Frustrés par cette défaite (2-0), les anciens partenaires de Loïc Rémy n’ont pas vraiment apprécié la panenka de l’attaquant de l’OM. Et pour cause, ce geste, quand il est réussi, peut être humiliant pour un gardien de but. 

La panenka de Loïc Rémy :

L’attaquant marseillais a été révélé à Nice après deux très bonnes saisons (entre 2008 et 2010). Après avoir transformé une première fois le pénalty, Monsieur Castro lui a fait retirer parce que des joueurs étaient rentrés avant dans la surface. En tentant cette panenka, est-ce qu’il a manqué de respect à ses anciens coéquipiers et notamment au gardien de but, David Ospina ? L’entraîneur niçois, Eric Roy, a sa petite idée sur la question : "il a marqué, tant mieux pour lui. Après, est-ce que c’est bien de faire ça à un gardien avec qui tu as travaillé pendant deux ans ? Je ne sais pas", a-t-il lâché, plutôt remonté après le scénario du match pas vraiment à l’avantage des Aiglons. 

La parole à la défense et à Loïc Rémy : "je connais très bien David, jamais je ne lui manquerais de respect. Vraiment. Un attaquant, ça doit oser, ça doit tenter. Si j’avais raté le pénalty, je serais le dindon de la farce". Son entraîneur, Didier Deschamps, lui aussi, a tenu à calmer les esprits en conférence de presse : "des panenkas, j’en ai vu d’autres. C’est toujours délicat quand un pénalty est à retirer. Est-ce que je tire du même côté, est-ce que je la mets de l’autre côté ?"

Pour désamorcer complètement ce début de polémique, le gardien de l’OM, Steve Mandanda, a préféré ironisé sur le geste de son coéquipier. "Est-ce qu’il me le fait à l’entraînement ? Non, sinon je le tue", a-t-il expliqué en rigolant.