La Nouvelle-Zélande, 2e acte

  • A
  • A
La Nouvelle-Zélande, 2e acte
@ ici en noir
Partagez sur :

CM2010 - Les Néo-Zélandais s'apprêtent à participer à leur 2e phase finale d'un Mondial.

CM2010 - Les Néo-Zélandais s'apprêtent à participer à leur 2e phase finale d'un Mondial.28 ans après l'épopée unique du Mondial 1982, la Nouvelle-Zélande est de retour dans le tournoi planétaire et c'est évidemment déjà un exploit. Sortie indemnes du long parcours du combattant des éliminatoires de la zone Océanie, où les All Whites, vainqueurs en barrages de Bahreïn (0-0, 1-0), sont désormais débarrassés du rival australien qui a intégré la zone Asie, les hommes du coach Ricki Herbert, joueur lors de la Coupe du monde espagnole, auront sans doute bien du mal à éviter l'élimination dès le premier tour, qui avait soldé l'aventure de leurs glorieux aînés. Dans le pays du long nuage blanc, déjà tourné comme un seul homme vers une autre Coupe du monde, celle de rugby, organisée à domicile en 2011 et que les All Blacks se doivent de remporter, difficile de se faire une place au soleil... Composée de joueurs évoluant pour la plupart dans des divisions mineures anglaises ou américaines, ainsi que dans la ligue australienne, faute d'un championnat à la hauteur – une seule équipe pro, dirigée par... Herbert ! -, la sélection kiwi n'a pas les armes pour créer la surprise en Afrique du Sud. Si ce n'est son enthousiasme, à l'image de son sélectionneur, interrogé sur fifa.com: "Ce groupe a tout donné pendant quatre ans. Cette fois-ci, nous y sommes ! Afrique du Sud, nous voilà !" La star: Ryan NELSENTransféré à Blackburn en 2005, Ryan Nelsen a réussi la performance, quasi-unique pour un jour néo-zélandais, de s'imposer sur la durée en Premier League chez les Rovers puisque ce solide défenseur (1,85 m, 84 kilos) reste cette saison encore, à bientôt 33 ans, l'un des cadres de la formation anglaise, mais aussi l'un des plus sûrs arguments de la sélection kiwi aux côtés du gardien Mark Paston, héros de la victoire en barrages face à Bahreïn, au même titre que l'attaquant Rory Fallon, auteur du but décisif lors de cette double confrontation, et de son compère Shane Smeltz, joueur océanien de l'année et meilleur buteur de la A-League australienne.