La nouvelle place rouge

  • A
  • A
La nouvelle place rouge
Partagez sur :

L'édition 2011 des Internationaux de France est une nouvelle fois très ouverte. Plusieurs joueuses ont de bonnes chances de s'imposer, à commencer par Maria Sharapova, en quête du seul titre du Grand Chelem qui manque à son palmarès. Victoria Azarenka, Samantha Stosur, Julia Goerges et Petra Kvitova sont en embuscade, sans oublier Caroline Wozniacki et Kim Clijsters.

L'édition 2011 des Internationaux de France est une nouvelle fois très ouverte. Plusieurs joueuses ont de bonnes chances de s'imposer, à commencer par Maria Sharapova, en quête du seul titre du Grand Chelem qui manque à son palmarès. Victoria Azarenka, Samantha Stosur, Julia Goerges et Petra Kvitova sont en embuscade, sans oublier Caroline Wozniacki et Kim Clijsters. Depuis quinze ans, seule Justine Henin a réussi à conserver son titre à Roland-Garros (à deux reprises, en 2006 et 2007). Ce serait donc une sacrée performance si Francesca Schiavone réalisait le doublé cette année, douze mois après son unique victoire dans un tournoi du Grand Chelem. Vivier très riche dans les hautes sphères du tennis féminin ou absence de grande favorite, comme Rafael Nadal peut l'être chez les messieurs ? Un peu des deux sans doute. Certains noms ressortent avec plus d'insistance pour la victoire, comme Maria Sharapova, Victoria Azarenka et Samantha Stosur, mais sans réelle garantie quant à leur faculté à tenir la distance sur une quinzaine aussi exigeante qu'aux Internationaux de France. Le plateau de l'édition 2011 ne manque pas de piquant. Sans trop se mouiller, une bonne dizaine de joueuses ont de réelles chances de s'imposer. Et parmi elles, trois ont déjà au moins un tournoi du Grand Chelem à leur palmarès (Kim Clijsters, Francesca Schiavone et Maria Sharapova). Pour les autres, ce serait une grande première. La numéro 1 mondiale, Caroline Wozniacki, trouverait là une légitimité après laquelle elle court depuis plusieurs mois. Vera Zvonareva décrocherait enfin la consécration après ses finales perdues la saison dernière à Wimbledon et à l'US Open. Samantha Stosur, demi-finaliste en 2009 et finaliste en 2010, confirmerait ses bonnes dispositions sur terre battue. Petra Kvitova, titrée à Madrid, et Julia Goerges, lauréate à Stuttgart, changeraient de dimension. La bonne année pour Sharapova ? Pour Kim Clijsters, difficile de se prononcer. La Belge, qui n'a aucune référence sur terre battue cette saison, sort d'une période d'inactivité de deux mois en raison de blessures à une épaule, un poignet et une cheville. Mais elle a l'expérience des grands rendez-vous et un passé à Paris (deux finales perdues en 2001 et 2003) qui peuvent la pousser très loin dans le tableau. La tenante du titre, Francesca Schiavone, a sans doute vécu l'apogée de sa carrière l'an dernier. L'Italienne peut encore réaliser un gros coup, sa science du jeu sur terre est une arme qui a fait ses preuves. Mais elle ne s'appuie pas ces derniers temps sur une confiance à toute épreuve. L'irrégularité, c'est aussi le problème de Jelena Jankovic et Na Li. En grande forme, elles ont toutes les deux leurs chances. Celle qui, depuis une semaine et sa victoire à Rome, est très attendue, c'est bien Maria Sharapova. La Russe, pas vraiment une grande "terrienne", a retrouvé un peu de son jeu dévastateur de ses grandes années. "Gagner Roland-Garros est pour moi le plus grand des défis mais j'accepte ce défi. J'aime les défis, c'est pour ça que je suis joueuse de tennis, a lancé l'ancienne numéro 1 mondiale. Je n'ai jamais été parmi les favorites des grands tournois sur terre battue. Gagner en battant des spécialistes de la surface veut dire beaucoup pour moi. Je ne suis peut-être pas la meilleure "glisseuse" du circuit, mais en tennis, on peut gagner avec d'autres atouts." Sa détermination en est un et il peut l'amener à remporter le seul titre en Grand Chelem qui manque à son palmarès.