La nouvelle chance de Gignac

  • A
  • A
La nouvelle chance de Gignac
Partagez sur :

Son but dimanche contre Bordeaux (1-0) risque de compter dans la saison d'André-Pierre Gignac. C'est ce que l'on s'était déjà dit après qu'il ait débloqué son compteur à Saint-Etienne début octobre et suite au triplé face à Zilina. Hélas pour lui et l'OM, il n'y a pas eu de conséquence positive. Qu'en sera-t-il à Auxerre mercredi pour les 1/2 finales de la Coupe de la Ligue ?

Son but dimanche contre Bordeaux (1-0) risque de compter dans la saison d'André-Pierre Gignac. C'est ce que l'on s'était déjà dit après qu'il ait débloqué son compteur à Saint-Etienne début octobre et suite au triplé face à Zilina. Hélas pour lui et l'OM, il n'y a pas eu de conséquence positive. Qu'en sera-t-il à Auxerre mercredi pour les 1/2 finales de la Coupe de la Ligue ? Et si c'était le déclic ? Comme un air de déjà entendu, les supporters d'André-Pierre Gignac, et généralement ceux de l'OM, se demandent à nouveau si la performance de l'ancien toulousain contre Bordeaux (2-1) va enfin lancer sa saison. Face aux Girondins, « Dédé » a ouvert le score dimanche soir à la 23e minute, enregistrant son... deuxième but en championnat. Le premier remonte au 2 octobre quand, d'une reprise en pivot du gauche, il avait battu Janot dans le Chaudron stéphanois (1-1). Une égalisation qui avait alors suscité cette même interrogation. « Gignac est-il enfin lancé ? » s'était-on encore demandé après un triplé signé contre les fantômes slovaques de Zilina début novembre, pour le carton de la 4e journée de la Ligue des champions (7-0). A chaque fois, les espoirs des sympathisants de l'OM étaient restés en l'état. Les performances qui ont suivi celles face aux Verts et Zilina, ont continué d'alimenter les critiques autour d'André-Pierre Gignac et son incapacité à marquer des buts, ce pourquoi il a été engagé par le champion de France après le départ surprise, pour Deschamps en tout cas, de Mamadou Niang. Jamais deux sans trois après Bordeaux ? Un nouvel échec ne serait évidemment pas le bienvenu pour l'international français qui n'a pas évolué dimanche dans son rôle habituel d'avant-centre, laissé pour l'occasion à Brandao, également buteur devant les Bordelais. Deschamps: "Je sais que Gignac n'est pas un ailier" Pour la première fois depuis le 20 novembre 2010, et une victoire 1-0 au Stadium toulousain (1-0, 14e j.), Didier Deschamps avait aligné Gignac et Brandao dans le onze de départ. " C'est une formule, une solution. Après chacun aura sa propre analyse. Leur complémentarité peut être intéressante, ça l'a été par moments ce soir (dimanche) mais ça demande du temps aussi. C'est une solution payante car les deux ont marqué, après on verra", a commenté l'entraîneur olympien en conférence de presse d'après-match. DD envisage-t-il de conserver Gignac sur le côté gauche ? "Je sais que Gignac n'est pas un ailier et qu'il ne joue pas comme un ailier. Mais il a beaucoup d'attaquants dits axiaux qui évoluent dans cette position en France comme à l'étranger", déclarait encore Deschamps. On pense alors au Lyonnais Lisandro, passé de l'axe à gauche avec une certaine réussite. On ne peut pas en dire autant de Gignac dimanche soir. Si son activité et sa combattivité ne sont pas à remettre en cause, il n'a pas souvent mis en difficulté son adversaire avec notamment 4 duels gagnés sur 13 et 22 ballons perdus sur 43 touchés (source opta). Il eut le mérite en revanche de sentir le coup sur le centre de Taiwo, pour l'ouverture du score, bien qu'aidé en partie par le laxisme de la défense girondine. Ce but intervient quelques jours après une sorte de mea culpa du Martégal devant la presse. "On va voir le nouveau Gignac en 2011, finissait-il pas lâcher. Marseille n'attend que ça.