La mort subite chez les sportifs

  • A
  • A
La mort subite chez les sportifs
Marc-Vivien Foé victime d'un arrêt cardiaque lors de la Coupe des confédérations@ REUTERS
Partagez sur :

Entre 1000 et 1500 personnes meurent chaque année subitement sur un terrain de sport.

En 2003 lors de la Coupe des confédérations, l’international camerounais Marc-Vivien Foé s’effondre sur la pelouse de Gerland. Les yeux révulsés, le footballeur vient de faire un arrêt cardiaque. La scène, retransmise en direct à la télévision, secoue terriblement le monde sportif.
Une mort subite qui avait interpelé les responsables de santé sur ce phénomène.

L’Académie nationale de médecine publie mardi un rapport sur le nombre de cas en France chaque année. Entre 1000 et 1500 sportifs décèdent subitement au cours d'un entraînement sportif ou d'une compétition. Un chiffre global étonnamment bas si on le confronte aux 40.000 morts subites annuelles.

Vigilance sur le terrain

Dans 90% des cas, il s'agit de la complication de pathologies cardiovasculaires. Selon le cardiologue, le Dr Brion, la mort subite des jeunes sportifs avant l'âge de 30-35 ans est "un événement très peu fréquent."

Seul moyen de prévention pour ce spécialiste : la vigilance directe sur le terrain. Les arbitres, entraîneurs et autres éducateurs doivent être formés aux gestes qui sauvent et "capables de réagir immédiatement en cas d'arrêt cardiaque."

En août 2007, un autre cas a choqué les acteurs du football européen. Antonio Puerta, jeune espoir espagnol s’écroule sur la pelouse de Séville au cours d’un match de Liga. Les secours interviennent très rapidement mais le footballeur décèdera d’un arrêt cardiaque à l’hôpital.

Antonio Puerta, victime d'un arrêt cardiaque :