La mise au poing du coach colombien

  • A
  • A
La mise au poing du coach colombien
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Il a présenté ses excuses après avoir frappé une femme à la sortie d'un café.

La Copa America a visiblement laissé des traces en Colombie... Trois semaines après l'élimination de l'équipe nationale par le Pérou en quarts de finale (2-0 a.p.), le sélectionneur national Hernan Dario Gomez est actuellement au cœur d'un fait divers bien embarrassant, alors même que se dispute actuellement en Colombie la Coupe du monde des Moins de 20 ans. Samedi soir, celui que l'on surnomme "El Bolillo", "le rouleau", a frappé à deux reprises une femme avec laquelle il était sorti fumer devant un bar de la capitale, Bogota. Selon la presse locale, cette femme, visiblement sous l'empire de l'alcool, aurait eu le tort de critiquer vertement les méthodes de Gomez, en charge de la sélection nationale depuis mai 2010.

"Je regrette profondément mon geste"

Lundi, Gomez a publié un communiqué dans lequel il se confond en excuses. "Au sujet de l'incident personnel qui a eu lieu samedi et qui me tourmente depuis, je veux dire publiquement que je regrette profondément mon geste et d'avoir perdu mon calme de telle manière", explique-t-il. "Je veux présenter des excuses publiques pour mon comportement. Une telle attitude n'est en aucun cas acceptable, et encore moins de la part d'une personne comme moi qui ne s'était jamais retrouvée dans cette situation en 26 ans de carrière professionnelle." Evidemment, l'affaire fait grand bruit en Colombie, du fait que la victime de ce coup de sang soit une femme.

La Fédération lui maintient sa confiance

"Comme vous le savez, j'ai toujours été un défenseur de la cause des femmes, que j'admire et respecte", poursuit Gomez dans son communiqué. "J'ai honte d'avoir fait ça, pour ma mère, mon épouse, et pour toutes et chacune des femmes de ma famille et de mon pays." Malgré cet accès de colère, la Fédération colombienne de football a annoncé qu'elle maintenait sa confiance à Gomez. "Je considère cet acte comme lamentable", a souligné Luis Bedoya, le président de la Fédération, au site ElTiempo.com. "Du point de vue de la Fédération, nous regrettons cette situation. C'est une affaire d'ordre personnel qu'on ne doit pas confondre avec le travail que mène actuellement Hernan Dario Gomez à la tête de la sélection colombienne." Néanmoins, "El Bolillo" débutera les qualifications à la Coupe du monde 2014, en octobre prochain, avec une certaine pression...