La Juve en patronne

  • A
  • A
La Juve en patronne
Partagez sur :

Diminué et en mal de résultats en ce début de saison, l'AC Milan a échoué dans sa tentative de partage des points, dimanche à Turin, en clôture de la 6e levée de Serie A. Dans son Juventus Stadium, la Vieille Dame s'est imposée sur le fil, victorieuse 2-0 grâce à un doublé heureux de Marchisio. Deux réalisations qui permettent à la Juve de retrouver la tête du championnat transalpin.

Diminué et en mal de résultats en ce début de saison, l'AC Milan a échoué dans sa tentative de partage des points, dimanche à Turin, en clôture de la 6e levée de Serie A. Dans son Juventus Stadium, la Vieille Dame s'est imposée sur le fil, victorieuse 2-0 grâce à un doublé heureux de Marchisio. Deux réalisations qui permettent à la Juve de retrouver la tête du championnat transalpin. Devancée par Naples ou le Genoa non pas à la différence de buts mais au nombre de buts inscrits, puis par l'Atalanta Bergame la semaine passée, la Juventus a repris les commandes de la Serie A, dimanche, en détrônant l'Udinese à la faveur de sa victoire sur l'AC Milan (2-0). Là encore, l'écart est infime, imperceptible au classement comme au bilan des réalisations, mais la Vieille Dame est bel et bien seule aux commandes, favorisée par un meilleur rendement (9 buts marqués contre 7). Et pourtant les Bianconeri ont bien failli concéder un troisième match nul consécutif ce dimanche soir. La fraîcheur a sans doute été un facteur clef dans ce match qui a vu la Juve, oubliée de l'Europe cette saison, prendre le dessus sur un AC Milan qui quatre jours plus tôt a dû en découdre en Ligue des champions. Arrivé diminué dans le Piémont, privé des services de Pato, Robinho, Gattuso, Ambrosini et Abate, le club lombard n'a pas tenu la cadence, craquant sur la fin d'une rencontre intense mais rarement enthousiasmante, malgré la persévérance d'un Vucinic qui à maintes reprises a flirté avec le cadre d'Abbiati, jusqu'à en sonner la barre en première période (37e). De fait, c'est à l'approche de temps additionnel que l'intrigue s'est emballée. Sollicitant deux une-deux parfaitement exécutés pour se frayer un chemin dans la surface adverse, Marchisio a su embraser le Juventus Stadium avec le concours du malheureux Bonera, à quelques secondes de la fin du temps réglementaire (1-0, 86e). Dans la foulée, le même Marchisio s'essayait à une volée des 25 mètres, et faisait mouche tandis qu'Abbiati, jusqu'alors irréprochable, laissait le cuir glisser dans ses gants et entre ses jambes (2-0, 90e). Deux buts tardifs qui avaient le don de tout changer. Revoilà Turin au sommet et l'AC Milan plongé dans ses doutes. Une semaine après sa première victoire en championnat de la saison, le tenant du Scudetto a rechuté, faisant finalement guère mieux que son homologue intériste.