La Jacques-Vabre sur une et trois coques...

  • A
  • A
La Jacques-Vabre sur une et trois coques...
Partagez sur :

C'est dimanche qu'est donné le départ de la dixième édition de la Transat Jacques-Vabre entre la Havre et Puerto Limon, au Costa Rica. Si la classe Imoca, avec ses treize tandems engagés et un niveau homogène, tiendra le haut de l'affiche, la course s'annonce également passionnante en Class 40 (16 engagés) et en Multi 50 (7 engagés). Petite revue de détail des forces en présence.

C'est dimanche qu'est donné le départ de la dixième édition de la Transat Jacques-Vabre entre la Havre et Puerto Limon, au Costa Rica. Si la classe Imoca, avec ses treize tandems engagés et un niveau homogène, tiendra le haut de l'affiche, la course s'annonce également passionnante en Class 40 (16 engagés) et en Multi 50 (7 engagés). Petite revue de détail des forces en présence. Multi 50 : Vers un match à quatre ? Un an après une Route du Rhum qui a fait des dégâts parmi les multicoques de 50 pieds (sérieuses avaries sur deux des favoris, Actual et Crêpes Whaou!), on prend les mêmes et on recommence sur une Jacques-Vabre qui, en Multi 50, devrait donner lieu à un match à quatre sur un parcours de 5323 milles (600 de plus que pour les Imoca et les Class 40) pas totalement libre, puisque la flotte, une fois arrivée dans l'arc antillais, doit laisser Saint-Barthélémy à bâbord et la Barbade à tribord, des points de passage imposés qui ne plaisent pas à tout le monde: "Je regrette le choix des organisateurs imposant des marques de parcours qui ne nous sont pas favorables et qui tronquent un peu la donne avant même le départ", estime ainsi Lionel Lemonchois, dont le Prince de Bretagne est plutôt typé gros temps et qui risque de perdre plus dans un final peu venté. L'an dernier, le Normand avait triomphé entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre, il est accompagné sur cette Jacques-Vabre de Matthieu Souben, un jeune venu du Tornado. "Cela me plaît de lui transmettre certaines choses. J'aurais bien aimé, à son âge, avoir à mes côtés quelqu'un avec un peu plus d'expérience qui me fasse confiance. L'idée de prendre un jeune, de lui faire découvrir le large et de l'emmener vers ce dont il a envie, me plaît réellement. Matthieu me pose pas mal de questions, il observe. Il a des questions judicieuses..." Matthieu Souben sait en tout cas qu'il est entre de bonnes mains, Lionel Lemonchois ayant déjà remporté cette Jacques-Vabre en 2005 avec Pascal Bidégorry, dans la catégorie «supérieure» (mais défunte depuis) des 60 pieds Orma. En matière de victoires sur la Jacques-Vabre, la palme revient cependant à l'un des ténors de la classe Multi 50, Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou!), triple tenant de l'épreuve, et qui fait équipe avec un vrai spécialiste des trois coques, Antoine Koch, ancien skipper du trimaran Sopra. Cette fois, le Malouin, qui dispute sa dernière course sous les couleurs de son partenaire (qui se retire à la fin de l'année), aura une vraie concurrence face à lui, avec, outre Prince de Bretagne, Actual, mené par les expérimentés Yves Le Blévec et Sam Manuard mais dont la prépération a été retardée par un démâtage début septembre, et Maître Jacques, l'ancien Crêpes Whaou!, aujourd'hui skippé par Loïc Féquet. Impressionnant lors des Grands Prix disputés avant la Jacques-Vabre, l'intéressé, associé à un autre Escoffier, Loïc, qui n'est autre que le fils de... Franck-Yves, a l'occasion de prouver sur cette Jacques-Vabre qu'il peut passer à une dimension supérieure. Des histoires de famille, il y en aura d'ailleurs d'autres en Multi 50, puisque sur les trois autres bateaux (qui ne boxent pas dans la même catégorie car bien plus vieux), deux seront menés par des tandems familiaux: Anne Caseneuve avec son fils Aubin Houdet-Caseneuve sur Naviguez Anne Caseneuve (qui ne partira finalement pas, le bateau n'ayant pas reçu son certificat de jauge), et les frères Julien et Etienne Mabit sur Monopticien.com. Class 40: Retour en force Absente il y a deux ans pour cause de concurrence de la Solidaire du Chocolat, la Class 40 réintègre la Jacques-Vabre avec 16 bateaux au départ, soit le contingent le plus nombreux de l'édition 2011. Reste que le niveau est peut-être plus disparate que sur les autres classes, avec quelques tandems qui semblent a priori au-dessus du lot: c'est le cas de celui formé par Stéphane Le Diraison et Thomas Ruyant (Bureau Veritas-Dunkerque Plaisance), deux marins issus, comme beaucoup, de la classe Mini, et qui ont déjà fait leurs preuves en 40 pieds, le premier en remportant cette année avec Vincent Barnaud la course Les Sables-les Açores-Les Sables pour 25 secondes, le second en s'imposant il y a un an sur la Route du Rhum. Leurs principaux concurrents ? Le vainqueur justement de la Solidaire du Chocolat 2009, Tanguy de Lamotte (Initiatives-Alex Olivier), qui a cependant dû changer de co-skipper moins d'une semaine avant le départ, le Figariste Eric Péron remplaçant le Brestois Sébastien Audigane, blessé à une main et avec lequel de Lamotte avait remporté en début de saison la Normandy Channel Race; les expérimentés Yannick Bestaven et Eric Drouglazet (Aquarelle.com), perturbés par une avarie de safran lors du convoyage vers Le Havre où ils ne sont arrivés que mardi, Damien Séguin et Yoann Richomme (ERDF-Des Pieds et des Mains), Jacques Fournier et Jean-Christophe Caso (Groupe Picoty), Thierry Bouchard-Gilles Berenger (Comiris-Pôle Santé Elior).