La France toujours fanny

  • A
  • A
La France toujours fanny
Partagez sur :

Défaite pour la cinquième fois en autant de matches, l'équipe de France signe d'ores et déjà le plus mauvais départ de son historie en Ligue Mondiale. Jeudi, à Tours, c'est Cuba qui, malgré sans doute le meilleur match des hommes de Philippe Blain depuis le début de la compétition, s'impose 3 sets à 1 (29-27, 25-27, 25-23, 32-30) face à des Bleus bien malheureux.

Défaite pour la cinquième fois en autant de matches, l'équipe de France signe d'ores et déjà le plus mauvais départ de son historie en Ligue Mondiale. Jeudi, à Tours, c'est Cuba qui, malgré sans doute le meilleur match des hommes de Philippe Blain depuis le début de la compétition, s'impose 3 sets à 1 (29-27, 25-27, 25-23, 32-30) face à des Bleus bien malheureux. Le volley cubain peut bien souffrir d'un manque de moyens, qui contraint son équipe nationale à disputer la totalité de ses rencontres de la Ligue Mondiale à l'extérieur en raison notamment de la rénovation de la grande salle de La Havane, les finalistes du dernier Mondial restent riches d'un réservoir de jeunes joueurs, qui forcent l'admiration. Et sans doute l'envie de bien des sélectionneurs... Il fallait voir ce jeudi, dans le Palais des Sports Robert-Grenon de Tours, le jeune Leon, qui depuis trois ans déjà fait le bonheur de son équipe nationale, emmener en bon capitaine, à seulement 17 ans (!), sa sélection d'une moyenne d'âge de 22 ans vers sa deuxième victoire dans cette Ligue Mondiale. Une victoire 3 sets à 1 (29-27, 25-27, 25-23, 32-30) pour un match à domicile... joué à l'extérieur qui confirme le potentiel de ces Cubains, potentiels candidats à un podium olympique à Londres en 2012. Une adversité qui rehausse la valeur de la performance accomplie par cette équipe de France apparue enfin digne de son rang, à défaut de pouvoir ouvrir son compteur dans cette édition déjà appelée à rentrer dans les annales avec ce plus mauvais départ dans la compétition. Des Bleus toujours fanny et passés tout près d'un premier point dans une quatrième manche, où sept balles de set n'auront pas suffi... Le chat noir continue de roder... "C'est vrai que sur ce quatrième set, c'était pratiquement gagné, regrettera Philipp Blain au micro de Sport+. On avait dit aux gars de ne pas lâcher, d'aller jusqu'au bout des choses. Malheureusement, on est tombé sur un Leon qui nous a posés de gros problèmes au plan physique. On avance, mais maintenant, il va falloir rentrer des points quand même..." Le plus tôt serait le mieux en effet, à commencer samedi, à Toulouse, où les Bleus "accueilleront" une fois encore leurs hôtes cubains. Encore faudrait-il que le chat noir des Tricolores prenne le large... Une poisse qui n'en finit plus d'accabler les Français, déjà contraints de se priver de Guillaume Samica, bloqué au niveau du dos et forfait depuis la veille du match, mais aussi d'aligner un Pierre Pujol fiévreux, et qui au cours de la rencontre vont perdre successivement Antonin Rouzier, dont la blessure derrière la cuisse pourrait s'être aggravée, puis le prometteur Samuel Tuia. Le joueur de Wallis et Futuna qui, après la perte d'une première manche où les Bleus avaient déjà laissé échapper deux balles de set, secouait le cocotier français et s'affirmait pour permettre à son équipe d'égaliser. Ce même Tuia qui se démenait dans le troisième acte pour refaire un break cubain de +5 (12-17) et ramener ses partenaires à une longueur (19-20) sans pourvoir empêcher Cuba de reprendre l'avantage. Une mauvaise réception, une cheville qui se tord et la France perdait son homme en forme. Au bout du suspense, Leon et sa bande enfonçait les Bleus.