La France sur les rails

  • A
  • A
La France sur les rails
Partagez sur :

Les Championnats d'Europe de Budapest ont été bien digérés. A Dubaï, lors des Mondiaux en petit bassin, spécialité qui n'a jamais été sa priorité, l'équipe de France de natation a répondu présente et décroché huit médailles, dont trois en or, pour pointer au cinquième rang du tableau des nations. Le collectif tricolore peut désormais se tourner vers Shanghai et les Mondiaux en grand bassin (24-31 juillet).

Les Championnats d'Europe de Budapest ont été bien digérés. A Dubaï, lors des Mondiaux en petit bassin, spécialité qui n'a jamais été sa priorité, l'équipe de France de natation a répondu présente et décroché huit médailles, dont trois en or, pour pointer au cinquième rang du tableau des nations. Le collectif tricolore peut désormais se tourner vers Shanghai et les Mondiaux en grand bassin (24-31 juillet). Rendez-vous en 2011 ! C'est le message que tous, les médaillés comme les frustrés, les titrés comme les contrariés, ont voulu faire passer dimanche en clôture des Championnats du monde en petit bassin de Dubaï. Aussi relevés auront été ces Mondiaux, pour preuve la présence de la plupart des grands noms de la natation mondiale à l'exception notable de Michael Phelps, la réunion émiratie n'a pas vraiment soulevé l'enthousiasme des nageurs français, décidemment peu emballés par le petit bain et déjà impatients de se retrouver à Shanghai fin juillet (du 24 au 31) pour les Championnats du monde, les vrais, en grand bassin, dernière étape vers les Jeux Olympiques de Londres en 2012. Ces Mondiaux 2010 auront cependant eu le mérite d'exister à mi-chemin entre les Championnats d'Europe de Budapest et les Championnats de France de Strasbourg (23-27 mars). L'occasion de vérifier que la natation tricolore, cinquième du tableau des médailles avec huit récompenses, dont trois en or, trois en argent et deux en bronze, derrière les Etats-Unis (25 médailles dont 12 titres), la Russie (10 médailles dont quatre titres), l'Espagne (8 médailles dont quatre titres) et la Chine (14 médailles dont trois titres), est aujourd'hui inscrite parmi les meilleures nations mondiales et dégage une forte cohésion collective, notion cher à son DTN, Christian Donzé. Castel et Muffat se révèlent Si tous ne sont pas venus dans le désert émirati avec le même degré de préparation, si tous n'avaient pas les mêmes ambitions, et si tous n'ont pas été récompensés, les Bleus, avec 13 records de France battus, ont répondu présents dans un Hamdan bin Mohammed bin Rashid Sports Complex, théâtre de la compétition, qui a le plus souvent sonné creux. Vitrine de la natation française, le relais 4x100 a enfin brisé la malédiction et décroché un titre qui lui échappait depuis trop longtemps. Derrière Alain Bernard, Fabien Gilot, Frédérick Bousquet et Yannick Agnel n'ont pas tous connu la même réussite individuelle. Peu préparé pour une récompense individuelle après un automne en pente douce, l'Antibois s'est contenté de la sixième place du 50m nage libre et de la quatrième sur 100m. Agnel, piégé dès les séries du 200m nage libre et trop court sur 400m (6e), a mesuré le chemin qui le sépare encore du très haut niveau après avoir récolté le bronze avec le relais 4x200m. Les Marseillais ont eux touché l'argent, celui de la frustration pour Bousquet sur 50m, celui de la confirmation pour Gilot sur 100m, derrière l'intouchable César Cielo, le grand monsieur de ces Mondiaux avec l'Américain Ryan Lochte, qui a décroché six titres (200m, 100, 200 et 400m 4 nages, 200m dos, 4x100m 4 nages) et deux records du monde (200 et 400m 4 nages). Nageur européen de l'année, Camille Lacourt, s'il a échoué eu pied du podium sur 50m dos, a lui confirmé sa réputation naissante en prenant l'argent du 100m dos, avec un record de France à la clé (49"80), derrière le Russe Stanislas Donets, impressionnant en petit bassin. C'est finalement chez les dames que sont venus les deux plus beaux coups d'éclat dans les rangs tricolores avec les titres d'Alexianne Castel sur 200m dos et de Camille Muffat sur 200m nage libre. Un réveil, confirmé par le bronze obtenu par le relais 4x200m nage libre, des nageuses françaises (inspirées par le retour à l'entraînement de Laure Manaudou ?) qui restera comme la vraie bonne nouvelle de ces Mondiaux 2010 pour la France.