La France se fait peur

  • A
  • A
La France se fait peur
@ Reuters
Partagez sur :

VI NATIONS - La France bat le pays de Galles (26-20), grâce à une excellente première période.

VI Nations - La France bat le pays de Galles (26-20), grâce à une excellente première période. Et de trois ! Pour la première fois de l'ère Marc Lièvremont, le XV de France a enchaîné trois victoires de rang, et se place en grande favorite de ce tournoi des VI Nations. Après une victoire poussive face à l'Ecosse, une belle performance face à l'Irlande, les Bleus sont allés chercher le succès de la confirmation au Millenium Stadium de Cardiff (26-20). Si la première période fut lumineuse, les partenaires de Dusautoir vont ensuite connaître un terrible passage à vide après la pause, pour sérieusement se faire peur, avant d'assurer l'essentiel, la victoire. Pourtant, la première période frise la perfection pour les Tricolores qui prennent les Gallois à la gorge. L'écart se fait d'ailleurs rapidement puisque Palisson se fend d'une interception lumineuse pour ensuite mettre les cannes et inscrire le premier essai (7-0, 7e). Les Bleus ne se reposent pas sur leurs lauriers et continuent d'avancer, à l'image d'un Bastareaud percutant. De son côté, Parra est adroit au pied et ajoute deux pénalités dans l'escarcelle française (13-0, 27e). Et c'est finalement Trinh-Duc qui va conclure le chef d'oeuvre avec une nouvelle interception, conclut par un essai de funambule (20-0, 40e). Au retour sur la pelouse, les Gallois prouvent d'entrée qu'ils n'ont pas rendu les armes. Ainsi, la domination du XV du Poireau se matérialise tout d'abord par deux pénalités (20-6, 50e), avant qu'Halfpenny ne dépose Malzieu pour mettre la France sous pression (20-13, 60e). Les hommes de Marc Liévremont n'y sont plus et le spectre de la défaite au dernier moment de l'Ecosse il y a deux semaines face à ces mêmes diables rouges, plane sur Cardiff. Heureusement, Michalak puis Parra passent deux pénalités salvatrices (26-13, 77e). Suffisantes pour rendre inutile l'ultime essai de Williams, le 50e de sa carrière (26-20, 80e).