La France en huitièmes

  • A
  • A
La France en huitièmes
@ Reuters
Partagez sur :

BASKET - La France enchaîne une troisième victoire au Mondial, face au Canada (68-63).

BASKET - La France enchaîne une troisième victoire au Mondial, face au Canada (68-63). Balayée à deux reprises par le Canada deux semaines plus tôt, la France s'est vengée avec aplomb, mais sans génie, pour signer une troisième victoire de rang dans le cadre du Championnat du monde de basket (68-63). Marqués par l'agressivité des Canadiens à Toronto, les Bleus se laissent cependant surprendre par cette même intensité en début de rencontre. Bokolo, dans le sillage d'un Batum crédité de 7 points et 5 rebonds en huit minutes, apporte 5 unités au moulin tricolore, dont un shoot primé passé sur le gong (15-15). Tandis que les Bleus enchaînent les maladresses hors de la raquette, les Kendall et consorts prennent le large (16-22, 13e). S'ensuit une jolie séquence française, concrétisée par Koffi, deux fois, Mahinmi, Gelabale puis De Colo et sublimée par la combativité du rookie Albicy notamment. Ainsi revenue à 26-26 (18e), la France se paye même le luxe de prendre l'ascendant au score pour la première fois de la partie, grâce à Diaw (28-26, 19e). Mais le remuant Olynyk permet aux siens de recoller au score juste avant la pause (28-28). Un record pour Batum Malgré un Batum de nouveau aérien sous le panier adverse et précis dans ses lointaines tentatives (11 points de plus à son actif en l'espace de neuf minutes), les Bleus ne parviennent pas davantage à semer leurs opposants dans le troisième quart-temps. A 36-32 en leur faveur, les coéquipiers de Diaw sèchent et laissent Anderson et compagnie revenir dans le match, et reprendre l'avantage au tableau d'affichage (36-39). Batum persiste et signe dans sa prestation de haut vol, battant son record personnel en équipe de France avec 24 points. Bien épaulé par Traoré, le "Frenchy" de Portland remet ses partenaires à flots en quatre minutes, avant que De Colo ne sorte un superbe tir à trois points (57-56, 35e). Malgré un double sans-faute de Gelabale au lancer franc, la confrontation reste tendue. Jusqu'à la libération, toujours au lancer franc, paraphée par Batum (68-63).