La France bronze à Shanghai

  • A
  • A
La France bronze à Shanghai
@ Montage REUTERS
Partagez sur :

NATATION - La France a décroché ses 8e et 9e médailles, du bronze avec Henique et Bernard.

Bernard, l'orgueil du champion. Non qualifié sur 100 m lors de ces championnats du monde de Shanghai, le champion olympique de la distance a réussi à se remobiliser pour le 50 m. Huitième temps seulement des demi-finales, il a réussi, grâce à un départ canon, à prendre place sur le podium avec un chrono de 21"91, soit un petit centième devant l'Américain Nathan Adrian, quatrième. Trois ans après Pékin, Bernard décroche à nouveau le bronze sur la distance, quelques minutes après celui de Mélanie Henique. A lire : Bernard : "une récompense"

Henique, le bain de fraîcheur. A dix-huit ans seulement, la Française Mélanie Henique a confirmé à l'échelon mondial sa performance des derniers championnats d'Europe, à Budapest, où elle avait déjà décroché le bronze sur le 50 m papillon. Le podium est 100% européen puisque le titre revient à la Néerlandaise Inge Dekker et l'argent à la Suédoise Therese Alshammar. A lire : Des Bleus tous bronzés !

Mélanie Henique avec le bonnet de Stravius (930x620)

© MAXPPP

Le bonnet porte-bonheur. Lors de ces championnats du monde, Mélanie Henique a nagé avec le bonnet de Jérémy Stravius. Le sien a craqué lors des championnats de France. Et elle a saisi là l'occasion de saluer son partenaire d'entraînement à Amiens, Jérémy Stravius, champion du monde du 100 m dos. A lire : Henique, le bac avec mention bronze

Lacourt dans le bon tempo. Pendant que Stravius se prépare à nager le 4x100 m quatre nages, dimanche, son compagnon de fortune, Camille Lacourt, co-médaillé d'or sur 100 m dos, s'est qualifié lui pour la finale du 50 m dos avec le deuxième temps, derrière le Britannique Liam Tancock. Une deuxième médaille est à la portée du champion d'Europe en titre.

Cesar Cielo, champion du monde du 50 m (930x620)

© REUTERS

Cielo trop haut. Champion olympique en titre et champion du monde en petit bassin en 2010, Cesar Cielo a décroché samedi son deuxième titre mondial consécutif sur sa distance de prédilection, le 50 m. Déjà champion du monde sur 50 m papillon à Shanghai, Cielo décroche sa quatrième médaille d'or en grand bassin.

Le TAS s'explique sur Cielo. Conscient que le cas Cielo empoisonnait un peu ces Mondiaux 2011, le tribunal arbitral du sport (TAS) a décidé d'apporter des précisions sur l’avertissement qu'il avait infligé au sprinteur brésilien, contrôlé positif à un diurétique en mai. Cielo avait expliqué que l'origine du diurétique provenait de la contamination d'un complément alimentaire à base de caféine qu'il utilisait régulièrement sur prescription médicale. Le TAS a précisé que "la substance, du furosémide, a été détectée par un laboratoire accrédité de l'Agence mondiale antidopage dans les capsules de caféine qui étaient restées dans la bouteille de capsules utilisée par les athlètes". Cette présence s'expliquerait par une erreur de manipulation de la pharmacie qui préparait dans le même temps des traitements de maladies cardiaques.

Michael Phelps (930x620)

© REUTERS

Phelps, une dernière pour la route. Michael Phelps a disputé samedi à Pékin sa dernière finale mondiale en individuel, lui qui a annoncé qu'il mettrait un terme à sa carrière après les Jeux olympiques de Londres, l'an prochain. Et comme souvent, Phelps s'est imposé, décrochant ainsi son... 25e titre mondial, son 15e en individuel ! L'octuple champion olympique de Pékin a dû s'employer dans les derniers mètres pour devancer le Polonais Konrad Czerniak de 44 centièmes.

Franklin sur une autre planète. La jeune prodige de la natation américaine, 16 ans, a remporté haut la main le titre sur 200 m dos avant de parachever le triomphe américain sur le 4x100 quatre nages.

Adlington un an avant. A un an des Jeux de Londres, la Britannique Rebecca Adlington, championne olympique à Pékin, s'est affirmée comme la principale favorite à sa succession en remportant la finale du 800 m à l'issue d'un duel magnifique contre la Danoise Lotte Friis.