La France, bête noire du Brésil

  • A
  • A
La France, bête noire du Brésil
@ REUTERS
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - La France affronte le Brésil en match amical mercredi (à 21h).

Il y a douze ans, la France battait le Brésil (3-0) sur cette même pelouse du Stade de France. Mais les temps ont changé. Finis les Zidane, Djorkaeff, Barthez. Oubliés les maux de ventre de Ronaldo. A la retraite les Rivaldo, Bebeto et Leonardo. Les joueurs ne sont plus les mêmes. Les entraîneurs et même les maillots ont changé. Europe1.fr décrypte pour vous le France-Brésil, version 2011.

La jeunesse à l’honneur. Le vieillard de cette rencontre, c’est Eric Abidal. A 31 ans, le défenseur du Barça fera figure de "vieux sage" à côté des Jérémy Ménez et Yann M’Vila. Avec 25 ans de moyenne d’âge pour les Brésiliens et 26 pour les Français, les deux équipes sont résolument tournées vers l’avenir. Ce ne sont plus des poussins mais pas encore des joueurs avec une grosse expérience internationale. Après des mauvais résultats lors de la dernière Coupe du monde en Afrique du Sud, les deux formations veulent se racheter. Un exemple illustre parfaitement cette tendance : le nouveau coach de la Seleçao, Mano Menezes, a donné les clés de l’animation offensive à Elias, jeune joueur tout juste transféré à l’Atletico Madrid.

Notre avis : Avec le génie de Pato en attaque (21 ans), léger avantage au Brésil.

La bête noire. Les Bleus n’ont pas perdu face à la Seleçao depuis plus de 19 ans. Le dernier échec remonte à 1992 (2-0) au Parc des Princes. Depuis, deux nuls et trois victoires. Les supporters Brésiliens n’ont toujours pas digéré la défaite en finale de Coupe du monde (3-0) en 1998. Ne leur parlez pas non plus de l’élimination du Mondial 2006 (1-0) sur une reprise de Thierry Henry. Au moment de revenir au Stade de France, la jeune génération des Pato, Lucas, David Luiz se rappelleront peut-être de ces souvenirs.

Notre avis : Avantage pour les Bleus.

L’attaque. Depuis son arrivée à la tête de l’équipe de France, Laurent Blanc a décidé de faire confiance à Karim Benzema. Trois buts en cinq rencontres donnent, pour l’instant, raison au sélectionneur. Même si ses performances au Real Madrid sont assez inégales, la "Benz" réussit en Bleu. Juste derrière lui, Yoann Gourcuff aura la responsabilité d’animer le jeu offensif des Bleus. Lui aussi a inscrit deux buts ces derniers mois et retrouve le sourire avec le maillot bleu. Côté gauche, il sera aidé par Florent Malouda, dont la régularité à Chelsea ne peut que rassurer. La seule incertitude concerne Jérémy Ménez qui devrait être titularisé sur le côté droit. Avec seulement deux matches en Bleu, sa prestation sera scrutée à la loupe. L’attaque des Bleus a fière allure. Mais que dire des Brésiliens ? Pato en pointe et Robinho à sa gauche. Les deux joueurs se connaissent parfaitement puisqu’ils jouent ensemble au Milan AC.

Notre avis : le Brésil sans aucun doute.

La défense. Laurent Blanc a trouvé très rapidement sa charnière centrale. Philippe Mexès et Adil Rami ont été solides contre l’Angleterre (2-1) en novembre dernier. Avec l’expérience d’Eric Abidal et les enjambées folles de Bacary Sagna, la France semble retrouver ce qui a fait sa force dans le passé : la défense. Quant au Brésil, Thiago Silva et Daniel Alves connaissent bien les rencontres de haut niveau. Mais les Brésiliens devraient débuter le match avec David Luiz en défense centrale. La dernière recrue de Chelsea joue très bien mais ce poste ne pardonne pas le manque d’expérience.

Notre avis : si on rajoute le talent d’Hugo Lloris, la France prend un léger avantage.

Joga Bonito. La mauvaise expérience de Dunga à la tête de la Seleçao a servi de leçon aux Brésiliens. L’ancien coach auriverde avait misé sa stratégie sur la défense. Cette page est définitivement tournée avec le nouveau coach Mano Menezes : retour au "football-samba". Laurent Blanc, lui, a décidé de mettre le paquet sur la conservation du ballon. Reste la technique. Et là, n’en doutez plus, la magie est transmissible au Brésil. En équipe de France, Samir Nasri avait réalisé de bons matches contre la Roumanie et l’Angleterre. Malheureusement, le joueur d’Arsenal est blessé et ne sera pas au Stade de France.

Notre avis : Avantage au Brésil

Le maillot. Ce France-Brésil sera aussi une très belle vitrine pour Nike. L’équipementier américain a récemment racheté le maillot des Bleus à prix d’or. Les deux équipes étrenneront pour ce match leurs nouvelles tuniques. Un polo bleu limite rétro pour la France. Pour la Seleçao, oublié le col vert. Du jaune, du jaune et une petite bande verte au milieu.

Notre avis : la France car le jaune reste une faute de goût sur un maillot.