La France au petit trot

  • A
  • A
La France au petit trot
Partagez sur :

Mercredi midi, la Fédération française d'équitation (FFE) a présenté son programme en vue des Jeux olympiques de 2012 à Londres. Pas question pour le président Serge Lecomte et son équipe de parler d'objectifs, alors que les sélections ne sont pas encore définitives. Mais tout est mis en oeuvre afin que les athlètes se concentrent pleinement sur leur préparation.

Mercredi midi, la Fédération française d'équitation (FFE) a présenté son programme en vue des Jeux olympiques de 2012 à Londres. Pas question pour le président Serge Lecomte et son équipe de parler d'objectifs, alors que les sélections ne sont pas encore définitives. Mais tout est mis en oeuvre afin que les athlètes se concentrent pleinement sur leur préparation. Avec près de 700 000 licenciés au compteur, l'équitation se révèle être le troisième sport français. C'est aussi, nuance subtile, le troisième sport préféré des Français, à en croire un sondage Ifop commandé par la Fédération. Mais paradoxalement, qui peut rappeler, sans cliquer sur Wikipédia, les derniers cavaliers tricolores à avoir été champions olympiques ? Soyons honnêtes, pas grand monde... Au-delà de la réponse à cette colle - Nicolas Touzaint, Jean Teulère, Didier Courrèges, Cédric Lyard et Arnaud Boiteau, en 2004 à Athènes lors du concours complet par équipes - il apparaît évident que l'équitation, par définition l'art de monter à cheval, souffre d'un manque cruel de reconnaissance. "On a besoin de médiatisation, car on a besoin de sponsors", crie à l'aide Jean-Louis Bourdy Dubois, éleveur en Auvergne. Les Jeux olympiques de 2012 à Londres, où l'équitation sera représentée par trois disciplines (le saut d'obstacles, le concours complet et le dressage), offrira à tous une belle occasion de monter en selle. A tous, parce que les épreuves équestres possèdent la particularité d'être mixtes (dames-messieurs et juments-étalons). Au total, 200 athlètes concourront pour seulement 18 médailles (l'athlétisme en remettra 141 !) au Greenwich Park, situé au sud-est de la capitale du Royaume-Uni. Le cadre est "hallucinant", d'après Danielle Lambert, directrice de la communication de la FFE. La Fédération française l'a déjà reconnu à deux reprises. En compagnie des cavaliers, ces "fabricants d'athlètes" pour reprendre le terme employé par Serge Lecomte (président de la FFE), une troisième visite est prévue au mois de janvier. Sans objectif fixe La France de l'équitation, qui compte 13 titres olympiques à son palmarès, est d'ores et déjà qualifiée pour les JO en saut d'obstacles et en concours complet, et ce depuis respectivement les Jeux mondiaux de Lexington en 2010 et les championnats d'Europe 2011. En revanche, seules les performances individuelles des dresseurs leur permettront de traverser la Manche du 28 juillet au 9 août prochain. Les mieux placés sont Arnaud Serre, avec Helio II, et Sébastien Duperdu, avec Passe-Partout. "C'est encore possible pour eux", veut y croire Pascal Dubois, directeur technique national. Ce dernier a pu communiquer début novembre les premières longues listes des équipes de France de saut d'obstacles (neuf cavaliers-11 chevaux) et de concours complet (10 cavaliers-12 chevaux). Celles-ci sont d'ailleurs "toujours ouvertes", indique le DTN. Jusqu'au 23 juin, tout du moins. Du coup, Laurent Bousquet, sélectionneur de l'équipe de France de concours complet depuis deux ans, ne voit pas l'intérêt de fixer des objectifs à huit mois des Jeux: "Tant que la sélection n'est pas faite, que la liste n'est pas complète, ça ne sert à rien de parler dans le vide." Son homologue féminin au saut d'obstacles, Sophie Dubourg, affiche haut et fort ses ambitions: "Le mot fort, c'est l'expérience. L'objectif ? La médaille d'or ! Tout le monde y croit." De son côté, et pour conclure, Lecomte se projette plus loin que Londres 2012, en travaillant sur le plus long terme. Car en arrière-plan des olympiades, il y a les Jeux mondiaux de 2014, que la France organisera en Normandie, à Caen. Paradoxalement encore, la "grande fête du cheval en France" n'est donc pas programmée cet été, mais dans 1 000 jours, à compter de jeudi.