La Floride sur le grand huit

  • A
  • A
La Floride sur le grand huit
Partagez sur :

Orlando, Miami, même combat. Les deux franchises du Heat et du Magic ont en effet décroché toutes les deux un huitième succès consécutif, Orlando déroulant face à Houston pour s'imposer 110-95 tandis que Miami a dû en passer par une prolongation pour l'emporter 95-101 à Milwaukee. Soirée faste pour les cadors puisque Boston a étrillé Toronto 122-102 et San Antonio s'en est sorti à Indiana.

Orlando, Miami, même combat. Les deux franchises du Heat et du Magic ont en effet décroché toutes les deux un huitième succès consécutif, Orlando déroulant face à Houston pour s'imposer 110-95 tandis que Miami a dû en passer par une prolongation pour l'emporter 95-101 à Milwaukee. Soirée faste pour les cadors puisque Boston a étrillé Toronto 122-102 et San Antonio s'en est sorti à Indiana. Le match de la nuit Cette fois, le Heat a dû s'employer. Si Miami a bien signé une huitième victoire de rang, le Big Three a en effet dû en passer par une prolongation pour en finir avec la résistance de son hôte. Les Floridiens avaient semblé pourtant bien partis pour dispenser une nouvelle démonstration de force puisque dix minutes à peine leur avaient suffi pour prendre leurs aises et dix longueurs d'avance. Mais la machine s'est enrayée à l'image d'un LeBron James, auteur de 18 points de ses 26 points avant la pause, Dwyane Wade ne trouvant jamais la bonne carburation comme en attestent ses 14 points à 4 sur 19 aux tirs. Pour autant, après un premier rapproché des Bucks dans le deuxième quart, lorsque Milwaukee est passé devant en toute fin de match - la franchise du Wisconsin menant ainsi de quatre points (87-83) avec à peine trois minutes à jouer, c'est bien Wade qui a remis les siens en selle avec deux paniers consécutifs. Pour le reste, il y avait Chris Bosh, l'ancien Raptor, 16 points-12 rebonds au compteur, inscrivant en effet 10 de ses points dans la dernière ligne droite et dans la prolongation arrachée par Earl Boykins à une seconde du buzzer. L'intérieur du Big Three n'avait d'ailleurs jamais douté. «Je ne vais pas vous mentir: on a toujours cru en la victoire, a-t-il ainsi expliqué après coup, car on sait qu'on trouvera toujours un moyen de s'en sortir. Cette série de victoires nous a mis en confiance.» Et plus encore que leurs huit victoires de rang, la série du Heat qui retient toute l'attention est celle, désormais, des douze succès consécutifs à l'extérieur. Une performance de choix puisque les Floridiens ne sont plus très loin du record historique des Lakers millésime 1972, invaincus en 16 matches loin de leurs bases. Soirée bien plus paisible à Orlando puisque pour son huitième succès consécutif, le Magic a châtié les Rockets 110-95. Houston a en effet résisté jusqu'à la pause, atteinte avec seulement trois longueurs d'avance pour Orlando, mais les Texans ont ensuite été emporté par une tornade floridienne au retour des vestiaires, Dwight Howard et consorts passant en effet un 17-0 à leurs hôtes avant d'entretenir l'écart dans la dernière ligne droite. Le pivot du Magic n'a même pas eu besoin de forcer avec 13 points-11 rebonds, Jason Richardson et Brandon Bass menant les troupes avec 18 points chacun. Ryan Anderson sortant du banc pour ajouter 16 points, les efforts de Kevin Martin, meilleur marqueur du match avec 27 points, n'ont évidemment pas suffi. Les Français Soirée somme toute quelconque pour le camp tricolore. Si la victoire a été le plus souvent au rendez-vous, les Bleus sur le pont ce vendredi n'ont en effet guère affolé les compteurs. Ainsi, même Tony Parker n'a pas montré l'exemple lors du succès arraché 87-90 par ses Spurs à Indiana. Le meneur texan a certes scellé la victoire des siens en enquillant ses deux lancers dans les dernières secondes, mais TP n'a finalement rendu que 10 points à 3 su 11 aux tirs, 5 rebonds et 2 passes en 34 minutes. Pas plus de réussite pour Nicolas Batum avec les Blazers. Portland l'a en effet emporté 98-108 chez les Wolves et l'ancien Manceau n'a guère été en réussite avec un piètre 4 sur 15 aux tirs pour 9 points et 9 rebonds en 41 minutes. Pour le reste, deux duels franco-français avaient lieu. Dans le premier, les Wizards de Kevin Seraphin ont étrillé les Nets de Johan Petro 97-77, mais les deux intérieurs n'ont fait que passer puisque le premier n'a eu droit qu'à quatre minutes de jeu pour 2 points sur lancers et 2 fautes tandis que l'ancien Nugget a joué 12 minutes, manqué son seul tir tenté et signé 2 rebonds et 1 passe. Plus à l'ouest, les Knicks sont venus punir les Suns en Arizona 96-121 et si Ronny Turiaf a fait le métier côté new yorkais avec 5 points, 3 rebonds et 1 passe en 13 minutes, Mickael Pietrus, pourtant dans le cinq de départ, n'a rien fait pour éviter la faillite de Phoenix avec 3 points à 1 sur 5, 1 rebond et 1 passe en 29 minutes Les statistiques Après deux revers consécutifs à New York et Boston, San Antonio a bien failli en être quitte pour une troisième défaite de rang à l'occasion de son déplacement en Indiana. Car si les Spurs l'ont finalement emporté 87-90, les Texans comptaient en effet 12 points de retard après les trois premiers quarts et étaient encore menés de quatre points à l'entame de la dernière minute avant de finir sur un 7-0 synonyme de victoire. Pour l'emporter, les Spurs ont notamment pu compter sur leur artificier argentin Manu Ginobili, meilleur marqueur du match avec 25 points, Tim Duncan compilant, lui, 15 points-14 rebonds. Autre performance collective, la démonstration à longue distance des Knicks à l'occasion de leur victoire à Phoenix 96-121. Car si Amare Stoudemire s'est rappelé au bon souvenir des Suns pour son premier retour en Arizona avec 23 points et 9 passes, le triomphe new yorkais a été marqué par les 17 tirs primés réussis par les hommes de Mike D'Antoni en 33 tentatives, Raymond Felton en profitant au passage pour signer son premier triple-double en carrière avec 23 points, 10 rebonds et 11 passes. Sur le plan individuel, si Kevin Love a fait dans le classique avec 30 points et 19 rebonds, la performance du jour au rebond est à mettre au crédit d'Andrew Bogut, auteur de son meilleur total en carrière avec 27 prises face au Heat. Enfin, après avoir dépassé, mardi, Dominique Wilkins pour entrer dans le Top 10 des meilleurs marqueurs de la Ligue, Kobe Bryant a gagné une place supplémentaire à l'occasion de la victoire des Lakers face aux Hornets. La star californienne y est en effet allé de ses 25 points et a ainsi cette fois dépassé Oscar Robertson avec désormais 26 712 points en carrière. Prochaine gloire dans le viseur de Bryant, Hakeem Olajuwon et ses 26 946 points.