La Finlande est d'or

  • A
  • A
La Finlande est d'or
Partagez sur :

La Finlande est devenue championne du monde de hockey sur glace, dimanche à Bratislava, en dominant la Suède en finale (6-1). Impérial depuis le début de la compétition, le portier suédois Viktor Fasth a craqué dans le dernier acte, permettant ainsi aux Finlandais de décrocher leur deuxième titre mondial. Champions sortants, les Tchèques se sont contentés du bronze au détriment des Russes (7-4).

La Finlande est devenue championne du monde de hockey sur glace, dimanche à Bratislava, en dominant la Suède en finale (6-1). Impérial depuis le début de la compétition, le portier suédois Viktor Fasth a craqué dans le dernier acte, permettant ainsi aux Finlandais de décrocher leur deuxième titre mondial. Champions sortants, les Tchèques se sont contentés du bronze au détriment des Russes (7-4). Il y a des signes qui ne trompent pas. Deux fois vainqueurs des Russes dans ces Championnats du monde - en poules (3-2), puis en demi-finales vendredi (3-0) - les Finlandais sont allés au bout de leur rêve slovaque, dimanche, en coiffant la deuxième couronne de leur histoire aux dépens de la Suède (6-1). Malheureux à six reprises en finale de Mondial, les "Lions" n'ont cette fois pas manqué le rendez-vous ultime, grillant comme en 1995 à Stockholm la politesse aux Suédois, sur la glace de Bratislava. Si le scénario n'est donc pas inédit, ce triomphe a tout de même un goût de revanche pour les Finlandais, battus à ce stade de la compétition par la "Tre Kronor" en 1992 et en 1998, sans oublier cette finale perdue aux Jeux Olympiques 2006 de Turin. D'autant que les hommes de Jukka Jalonen ont mis la manière ce dimanche, généreusement voire sévèrement, pour s'adjuger le titre que la République tchèque avait fait sien un an plus tôt en Allemagne. Les Suédois ont eu beau ouvrir la marque par Magnus Paajarvi en deuxième période (0-1, 28e), les "Lions" ont eu la bonne idée de répliquer juste avant la fin du tiers-temps, en supériorité numérique, par l'incontournable Jarkko Immonen, meilleur scorer du tournoi du haut de ses neuf réalisations (1-1, 40e). Un coup de bambou pour une "Tre Kronor" qui a ensuite implosé, à l'image de son gardien de but Viktor Fasth. Crédité d'un pourcentage d'arrêts impressionnant avant cette finale (96,83%), le portier de l'AIK a été sanctionné d'un 81,25% indigne de son envergure contre la Finlande, surpris cinq fois dans le troisième acte, par Petteri Nokelainen (2-1, 43e), Niko Kapanen (3-1, 44e), Janne Pesonen (4-1, 57e), Mika Pyorala (5-1, 58e) et enfin Antti Pihlstrom (60e) - le tout à armes égales sur la patinoire. Nation la plus régulière du plateau mondial ces dernières années, avec ses onze demi-finales consécutives au compteur, la Suède reste ainsi bloquée à huit sacres. Loin des références en la matière: la Russie (25, Union soviétique comprise) et le Canada (24).