La fin du rêve bleu

  • A
  • A
La fin du rêve bleu
Partagez sur :

Dominatrices mais pas suffisamment réalistes, les Bleues n'ont pas réussi à créer l'exploit face aux Américaines, en demi finale de la Coupe du monde. Rapidement menées au score, les joueuses de Bruno Bini sont bien revenues avant de craquer en fin de match et de s'incliner 3 buts à 1. Mais elles peuvent être fières de leur parcours.

Dominatrices mais pas suffisamment réalistes, les Bleues n'ont pas réussi à créer l'exploit face aux Américaines, en demi finale de la Coupe du monde. Rapidement menées au score, les joueuses de Bruno Bini sont bien revenues avant de craquer en fin de match et de s'incliner 3 buts à 1. Mais elles peuvent être fières de leur parcours. La finale de la Coupe du monde était si proche... Les Françaises ont livré une belle prestation ce mercredi à Moenchengladbach, elles ont su revenir au score face à des Américaines qu'elles ont tenu entre leurs doigts. Mais à l'heure de plier le match, les Bleues, largement dominatrices pendant plus d'une heure, ont manqué la cible. Le froid réalisme des championnes olympiques a fait le reste et la porte de la finale s'est brutalement refermée sur le nez des Tricolores qui ont payé bien cher pour apprendre. De fait, les Américaines ont eu tout bon. En débutant la rencontre pied au plancher, les filles de Pia Sundhage ont mis en avant leurs qualités physiques pour étouffer le jeu tricolore. Une nécessité puisque dès que Necib et compagnie ont eu le ballon et un minimum d'espace, elles en ont fait bon usage. Delie est même la première en action avec une frappe en première intention (7e), rapidement suivie par Necib (8e) et Thiney (9e) mais sur le contre à mille à l'heure des Américaine, Heather O'Reilly élimine Laura Georges en vitesse et sert Lauren Cheney pour l'ouverture du score (1-0, 9e). Un but rapide qui va faire mal aux filles de Bruno Bini, qui ne se désunissent cependant pas. Au fil des minutes, ce sont même elles qui prennent la direction des opérations. Et si Necib a parfois manqué de simplicité, Sapowicz de justesse dans ses sorties, les frappes lointaines d'Abily (25e) puis de Bussaglia (27e) ou la tentative de Necib (28e) confirment l'impression d'ensemble. Les Bleues sont clairement dans le coup et manquent l'égalisation sur cette ouverture de Necib pour Thiney qui se présente seule face à Solo, mais la gardienne américaine repousse le ballon piqué de la Française (30e). Bompastor touche du bois puis égalise Cette fois, les Françaises sont lancées et sur un coup franc à l'entrée de la surface, Necib combine avec Bompastor qui trouve la transversale (33e) ! Deux très grosses occasions qui n'annihilent nullement l'envie des coéquipières de Soubeyrand. Thiney (36e) puis d'Abily (37e) mettent ainsi Hope Solo à contribution. Une large domination qui aurait cependant pu être totalement réduite à néant si Wambach avait su conclure un contre parfait (38e). Heureusement pour les chances tricolores, elle ne cadre pas sa tête à bout portant... Bruno Bini décide néanmoins de changer ses cartouches à la pause en remplaçant Delie par une Le Sommer plus puissante et plus rapide. La dynamique reste cependant tricolore avec une nouvelle ouverture de Necib pour Thiney qui ne fait cependant pas la différence face à Solo (46e). Si les Bleues font preuve d'un petit peu de précipitation, l'inspiration de Soubeyrand contraint Solo à une belle parade dans sa lucarne (52e). Ce n'est que partie remise puisque suite à une transversale de Bussaglia, Bompastor effectue un centre-tir, Thiney se détend mais ne peut toucher le ballon qui poursuit sa course jusque dans le but américain (1-1, 54e). Les Bleues poursuivent sur leur lancée et Abily envoie un missile qui passe de peu au-dessus (56e). C'est ensuite au tour de Bussaglia d'être à la conclusion d'un mouvement superbe mais sa frappe vient heurter Rampone, toute heureuse d'être sur la trajectoire (63e) A force de plier, les Américaines commettent des erreurs inhabituelles comme sur cette relance de Solo que Le Sommer intercepte, la Bretonne s'avance et tente d'enrouler sa frappe alors qu'il y avait bien mieux à faire (66e). Au sein de cette domination, leurs adversaires vont réagir sur un coup franc puissant que Sapowicz repousse devant elle, Morgan est la plus prompte mais la gardienne française remporte son duel (69e). Un avertissement sans frais pour les Bleues qui tentent la roublardise avec Thiney qui vient mettre la tête pour chiper le ballon des gants de Solo mais l'arbitre intervient (76e)... Et alors que Bruno Bini modifie ses plans en lançant sa sprinteuse Elodie Thomis à la place de Sandrine Soubeyrand (78e), les Américaines reprennent l'avantage sur un corner de Cheney pour Wambach au second poteau (1-2, 79e). Un vilain coup du sort pour des Françaises qui n'ont pas su profiter pleinement de leurs nombreux moments forts. Elles insistent tout de même avec Le Sommer (81e) mais en se lançant à l'abordage, elles ouvrent grand les portes, Alex Morgan en profite et vient mettre fin au suspense d'une balle piquée (1-3, 82e). En trois minutes, les Américaines ont totalement renversé une situation qui leur paraissait compromise. On pourra appeler ça de l'expérience ou encore du réalisme froid. Dans tous les cas, cela condamne des Françaises parfois brillantes, souvent méritantes, mais qui n'auront pas les honneurs de la finale de la Coupe du monde.