La Fifa avertit la France

  • A
  • A
La Fifa avertit la France
@ Reuters
Partagez sur :

FOOTBALL - La Fifa réagira à toute "ingérence politique" dans les affaires de la FFF.

FOOTBALL - La Fifa réagira à toute "ingérence politique" dans les affaires de la FFF.L'intervention du monde politique dans les affaires de l'équipe de France en a contrarié, voire énervé, plus d'un ces dernières semaines. Ce n'est pas la Fédération internationale de football association (Fifa) qui dira le contraire. Par la voix de son secrétaire général, Jérôme Valcke, l'instance internationale a rappelé, samedi, que "le système du foot mondial existe sous l'égide de la Fifa. [...] Si l'on considère qu'il y a ingérence politique, on réagira, comme on le ferait dans n'importe quel pays du monde", a déclaré le responsable lors d'une conférence de presse."Personne ne peut demander à quelqu'un de démissionner. Une personne est élue, si elle pense avoir failli, elle peut démissionner, mais on ne peut pas l'y obliger", a souligné Jérôme Valcke en référence aux récents propos de Roselyne Bachelot. Au lendemain de l'élimination des Bleus de la Coupe du monde 2010, la ministre de la Santé et des Sports avait jugé "inéluctable" le départ de Jean-Pierre Escalettes de la présidence de la Fédération française de football (FFF). "Le retrait de Jean-Pierre Escalettes, je ne l'ai pas souhaité mais je le trouve aujourd'hui inéluctable", avait alors confié Roselyne Bachelot sur l'antenne de RTL.Valcke : "On n'est pas inquiet, mais on est attentif"Une manière de pousser le dirigeant vers le départ sans toutefois pouvoir l'exiger, "la gouvernance de la fédération dépend[ant] d'un processus démocratique", comme l'avait reconnu la ministre. Surtout, "la FFF est sous la tutelle de la Fifa", a réaffirmé Jérôme Valcke, "sur tous les continents, on surveille toujours ce genre de situation et on rappelle aux gens comment la pyramide du pouvoir fonctionne [dans le football]". En novembre 2009, l'instance dirigeante avait suspendu la Fédération irakienne de football en "raison d'ingérences du gouvernement" avant de lever la sanction en mars dernier. Depuis septembre 2009 pour les mêmes raisons, la Fédération de football de Brunei (BAFA) n'est elle plus autorisée à participer à des compétitions officielles. Pour ce qui est de la France, "on n'est pas inquiet, mais on est attentif", a confié Jérôme Valcke. Le 2 juillet prochain, la FFF tiendra un conseil fédéral dont "l'ordre du jour sera consacré au bilan de la Coupe du monde et aux suites à donner en tous domaines". Le chef de l'état Nicolas Sarkozy a par ailleurs annoncé la tenue d'état généraux du football, en octobre prochain, appelant les responsables à tirer "rapidement les conséquences de ce désastre [la déroute des Bleus en Afrique du Sud, ndlr]".