La FFF, c'est Dallas

  • A
  • A
La FFF, c'est Dallas
@ Montage Maxppp
Partagez sur :

Le directeur général de la fédération, Jacques Lambert, a présenté sa démission.

En six mois, le football français a changé toutes ses têtes : le sélectionneur Raymond Domenech a été limogé, le président Jean-Pierre Escalettes a démissionné et le DTN Gérard Houllier est parti en Angleterre. Et vendredi, c'est au tour du directeur général de la 3F, le deuxième poste le plus important après le président, de quitter le navire. Jacques Lambert, 62 ans et ancien préfet (Nièvre et Savoie), a présenté sa démission après cinq ans de bons et loyaux services. Il fut l'un des hommes-clés de l'obtention de l'organisation de l'Euro-2016 par la France.

Pourquoi un tel départ ? Le principal intéressé, interrogé à la sortie du conseil fédéral vendredi, n'a pas donné la moindre explication. Celle-ci est venue d'un communiqué de la FFF qui précise que Jacques Lambert aura des responsabilités dans la future organisation de l'Euro-2016. Jacques Lambert "prendra dès le début de l'année 2011, à la demande de Michel Platini, président de l'UEFA, des fonctions de responsabilité dans l'organisation de l'Euro-2016." Soit. Mais pourquoi démissionner maintenant ? Et pourquoi ne pas continuer à travailler sur l'Euro-2016 au sein de la fédération ?

"C'est un tsunami, c'est pire que le reste"

Noël Le Graët, vice-président de l'instance, a apporté un élément de réponse. "Je regrette ce départ, pour moi Jacques Lambert est l'homme fort de ces dernières années : l'Euro-2016, c'est lui qui l'a obtenu. On n'avait pas besoin de ce départ en ce moment. (...) (Jacques Lambert) ne pouvait pas travailler dans un milieu d'intrigants ce n'est pas son style". Depuis le fiasco de la Coupe du monde en Afrique du Sud, la FFF a mis sur les rails une réforme de ses statuts, initiée par le président intérimaire Fernand Duchaussoy. Un nouveau président devrait être élu en début d'année prochaine.

Tous ses éléments ont-ils conduit Jacques Lambert à la démission ? "Il va s'expliquer", a précisé Noël Le Graët. En attendant, tout le monde regrette ce départ, pour des raisons différentes. "Ca confirme qu'il n'y a pas d'unité et qu'il faut retrouver une unité à tous les niveaux", a commenté le nouveau sélectionneur des Bleus, Laurent Blanc. A la sortie du conseil fédéral, un autre membre de la FFF a, lui, déclaré : "c'est un tsunami, c'est pire que le reste." Et quand on connaît le reste...