La FFC se penche sur le cas Longo

  • A
  • A
La FFC se penche sur le cas Longo
Partagez sur :

Suite aux accusations portées par L'Equipe à l'encontre du mari de Jeannie Longo, Patrice Ciprelli, suspecté d'avoir voulu en 2007 acheter de l'EPO chinoise, la Fédération française de cyclisme n'a pas tardé à réagir. Le président de la FFC, David Lappartient, a en effet annoncé mardi la suspension provisoire de ce dernier et son intention de faire toute la lumière sur cette affaire.

Suite aux accusations portées par L'Equipe à l'encontre du mari de Jeannie Longo, Patrice Ciprelli, suspecté d'avoir voulu en 2007 acheter de l'EPO chinoise, la Fédération française de cyclisme n'a pas tardé à réagir. Le président de la FFC, David Lappartient, a en effet annoncé mardi la suspension provisoire de ce dernier et son intention de faire toute la lumière sur cette affaire. A une semaine des championnats du monde de cyclisme sur route, le cyclisme français est confronté à une affaire pour le moins épineuse visant l'une de ses figures emblématiques, Jeannie Longo. Suite aux informations de L'Equipe, qui a révélé dans son édition de mardi, en s'appuyant sur un échange de mail, que le mari et entraîneur de la championne Patrice Ciprelli avait tenté d'acheter de l'EPO, la Fédération française de cyclisme a décidé de réagir dans la foulée pour couper court aux rumeurs et spéculations. Entouré de la DTN du cyclisme féminin tricolore, Isabelle Gautheron, et du directeur juridique de la FFC, Christophe Lavergne, lors d'une conférence de presse organisée au Comité national olympique sportif français (CNOSF), le président de l'instance dirigeante du cyclisme français a confirmé, "devant la gravité des faits", la suspension à titre conservatoire de M. Ciprelli, qui fera l'objet d'une procédure disciplinaire menée par un chargé d'instruction. "Ce sera à la commission de discipline de la FFC, sur rapport de l'instructeur, de prendre, s'il y a lieu, des sanctions (Patrice Ciprelli risque jusqu'à six ans de suspension de licence)", précise M. Lappartient. "Nous voulons traiter ce dossier comme l'ensemble des dossiers que la FFC traite depuis longtemps sur le dopage. Nous voulons agir avec sérieux et prendre le temps nécessaire pour que l'instruction ne soit pas bâclée et que l'on ait l'ensemble des éléments à dispositions. Nous ne voulons pas faire traîner le dossier, mais aussi sans précipitation", a précisé ce dernier qui a clairement voulu distinguer cette affaire, de celle concernant les trois défauts de localisation de Jeannie Longo, ce qui équivaut selon les règles de l'Agence mondiale antidopage (AMA) à un contrôle positif, révélés vendredi dernier. Pas de couple Longo-Ciprelli à Copenhague ? "A ce jour, nous n'avons pas encore été saisis de manière officielle. Mais il n'est pas déraisonnable de penser que nous le serons dans un délai assez court. Devant l'aspect médiatique de cette affaire, je vois mal l'AMA laisser traîner. La FFC pourrait être saisie d'ici une semaine, ce qui entraînera automatiquement l'ouverture d'une enquête disciplinaire à l'encontre de Jeannie Longo. La commission de discipline pourra alors entendre cette dernière et prononcer éventuellement des sanctions (qui peuvent aller jusqu'à deux ans de suspension)", explique le président de la FFC. De son côté, la DTN a annoncé que, conformément au règlement, Jeannie Longo ne serait pas sélectionnée pour les Mondiaux, prévus la semaine prochaine à Copenhague, si la FFC était officiellement saisie. En cas de participation de la championne tricolore, Isabelle Gautheron a par ailleurs tenu à préciser qu'elle avait d'ores et déjà demandé à ce que Patrice Ciprelli ne soit pas présent au Danemark. Selon toute vraisemblance, Jeannie Longo, 52 ans, ne devrait a priori pas pouvoir concourir pour un quatorzième titre mondial, mais c'est surtout son image qui risque d'en pâtir. Championne d'exception au palmarès inégalable, Jeannie Longo est aussi réputée pour sa personnalité et son caractère qui ont souvent fait grincer des dents. S'il se refuse à porter tout jugement, David Lappartient admet toutefois à demi-mot que cela ne plaide pas en faveur du couple. "Ce sont deux personnalités fortes, c'est le moins que l'on puisse dire. C'est un couple qui est depuis plus de trente ans en équipe de France, des personnalités à part. Je ne porte pas de jugement, mais leur notoriété fait que cela peut instiguer le doute. Si nous n'avons pas connaissance d'autres défauts de localisation de Jeannie Longo, nous savons que ce n'est pas une adepte des nouvelles technologies. Elle est parfois difficile à localiser. Je n'ai pas à porter de jugements. Je n'ai d'ailleurs pas décidé de la joindre, car ce n'est pas dans mes habitudes lorsque quelqu'un est visé par une procédure. Elle pourra venir se défendre et exposer ses arguments. Nous ne sommes pas là pour soutenir ou pour enfoncer, mais pour éclaircir les faits et en tirer toutes les conclusions". Reste désormais à savoir combien de temps sera nécessaire pour faire toute la lumière sur cette affaire.