La Fédération joue la transparence

  • A
  • A
La Fédération joue la transparence
Partagez sur :

FOOTBALL - La Fédération française de football lance une "opération vérité" sur les primes versées aux joueurs et à Raymond Domenech.

La Fédération française de football a décidé de se lancer dans une "opération vérité" sur les primes versées aux joueurs et au sélectionneur de l'équipe de France pour la qualification pour la Coupe du monde 2010.Alors que la main de Thierry Henry a accaparé les regards du monde du football, et même au-delà, la question des primes versées aux joueurs et à l'encadrement de l'équipe de France étaient passée relativement inaperçue. Ainsi, le bi-hebdomadaire France Football avait notamment parlé de 431 000 euros versés aux joueurs qui avaient participé le plus assidument à la campagne de qualification et de 862 000 euros empochés par le sélectionneur, Raymond Domenech.Pour répondre à ces polémiques, la Fédération française de football a décidé de se lancer dans une "opération vérité". Ainsi, elle a adressé un courrier de neuf pages aux dirigeants du football amateur, aux présidents de clubs professionnels et aux membres du conseil fédéral. Un document que s'est procuré le quotidien Le Monde.En premier lieu, la FFF explique que chaque joueur convoqué touche 10 000 euros par match de qualification, et ce quel que soit le résultat. Ensuite, chaque joueur a droit à un intéressement à la qualification, qui varie entre 100 000 et 240 000 euros, selon son nombre de sélections. Pour les matches amicaux, c'est un barème fixe qui est appliqué avec 18 000 euros pour une victoire contre une équipe classée dans les 10 premiers du classement Fifa et 9 000 pour un match nul. Il faut également ajouter à cela une part des revenus marketing générés par les Bleus.Raymond Domenech a touché 826 222 eurosAinsi, au final, un joueur qui aurait participé à toutes les rencontres aurait touché 563 111 euros, soit plus que les chiffres annoncés par France Football. Pour ce qui est de Raymond Domenech, ce dernier bénéficie des mêmes revenus marketing que ses joueurs, mais a le droit à une double-part pour ce qui est des primes de matches, une pratique déjà en place lors du Mondial 1998. Ainsi, le sélectionneur des Bleus a encaissé la somme de 826 222 euros, une somme proche de celle annoncée par le bi-hebdomadaire, qu'il avait pourtant niée en bloc.Enfin, la Fédération a éclairci les quelques frais annexes qui avaient également fait polémique. Ainsi, pour ses prestations auprès des gardiens tricolores, Fabien Barthez aura touché un forfait de 7 000 euros, ce qui n'était pas un tarif journalier ou horaire, comme cela avait été évoqué. L'ancien gardien s'est même vu refuser une note de taxi de 1000 euros. Pour ce qui est des trois voyages effectués en Afrique du Sud pour choisir le camp de base tricolore pendant la Coupe du monde, les frais s'élèvent à 116 000 euros et non 400 000.