La drôle de soirée de Toulalan

  • A
  • A
La drôle de soirée de Toulalan
Partagez sur :

Titulaire indiscutable sous les ordres de Manuel Pellegrini depuis son arrivé en Andalousie cet été, Jérémy Toulalan a vécu une soirée peu ordinaire, lundi, en clôture de la 14e journée de Liga. L'ancien lyonnais a d'abord ouvert le score en tout début de match, avant de se faire expulser. Cela n'a pas empêché Malaga de s'imposer contre Villarreal (2-1).

Titulaire indiscutable sous les ordres de Manuel Pellegrini depuis son arrivé en Andalousie cet été, Jérémy Toulalan a vécu une soirée peu ordinaire, lundi, en clôture de la 14e journée de Liga. L'ancien lyonnais a d'abord ouvert le score en tout début de match, avant de se faire expulser. Cela n'a pas empêché Malaga de s'imposer contre Villarreal (2-1). Depuis le temps qu'il évolue chez les professionnels, Jérémy Toulalan, l'international français de Malaga, ne s'attendait peut-être pas à ça. Ce lundi, le Tricolore a été incontestablement l'homme du match qui opposait les Boquerones à Villarreal dans l'enceinte andalouse de la Rosaleda. Titulaire au coup d'envoi dans le 4-4-2 à plat mis en place par Manuel Pellegrini, son technicien chilien, le Français a notamment permis à son équipe de se défaire de Villarreal, à la recherche de son premier succès à l'extérieur de la saison, en inscrivant son quatrième but chez les professionnels depuis le début de sa carrière, le deuxième en championnat après celui inscrit avec Nantes contre Strasbourg lors de la saison 2004-2005. Si Ruud van Nistelrooy était ainsi laissé sur le banc de touche de Malaga au coup d'envoi, les locaux n'avaient pas besoin du Néerlandais pour prendre les devants au tableau d'affichage. Après 4 minutes de jeu, les Andalous ouvraient la marque sur un corner droit frappé par Cazorla dans les 5 mètres 50. L'ancien milieu de terrain de l'Olympique Lyonnais prenait le meilleur sur Gonzalo Rodriguez et Marco Ruben pour crucifier Diego Lopez de la tête (4e, 1-0). Partie sur un rythme effréné, la rencontre était d'ailleurs d'autant plus belle que le Sous-marin jaune, lui aussi, marquait sur sa première véritable opportunité. Privé de Giuseppe Rossi et Nilmar sur blessure, le club valencien attendait ainsi que Borja Valero et Marco Ruben se mettent en route pour revenir dans le coup. Sur un contre rondement mené, le meneur de jeu décalait Ruben sur le côté droit d'un petit extérieur pour l'égalisation (15e, 1-1). Toulalan, une exclusion sévère Après une nouvelle offensive mal négociée par Hernan Perez et De Guzmann devant Caballero (19e), le dernier rempart de Malaga, Villarreal s'offrait de l'air en transformant sa troisième véritable occasion. Préféré à Van Nistelrooy, le Vénézuélien Rondon plaçait une accélération terrible sur la gauche de l'attaque avant de voir Diego Lopez détourner son tir. Le ballon revenait dans les pieds d'Isco qui, en bout de course, signait le 2-1 pour les pensionnaires de la Rosaleda (40e). La seconde période était cependant moins enlevée que la précédente, ce qui n'empêchait toutefois pas Toulalan de faire encore des siennes. Cette fois-ci, l'ancien Canari en était quitte pour regagner les vestiaires prématurément après une première faute sur Ruben (65e) et une seconde, franchement sévère, sur Pérez (75e). Qu'importe, avec son Français sur ou en dehors du terrain, Malaga tenait son résultat pour revenir à une 5e place qualificative pour le tour de barrages de la Ligue Europa. Et avec ou sans lui, la Rosaleda demeure une enceinte pratiquement inviolable. A l'exception du Real Madrid, toutes les autres formations d'Espagne s'y sont cassé les dents...