La clémence pour Diarra

  • A
  • A
La clémence pour Diarra
Partagez sur :

La commission de discipline a suspendu Alou Diarra pour six matches ce jeudi suite à son geste d'humeur envers l'arbitre de la rencontre Auxerre-Bordeaux du 16 octobre (0-1). Mais cette sanction prend en compte les trois rencontres déjà purgées, ce qui devrait permettre au capitaine bordelais de retrouver les terrains le 27 novembre face à Lille. Sans empêcher une éventuelle sélection avec les Bleus face à l'Angleterre.

La commission de discipline a suspendu Alou Diarra pour six matches ce jeudi suite à son geste d'humeur envers l'arbitre de la rencontre Auxerre-Bordeaux du 16 octobre (0-1). Mais cette sanction prend en compte les trois rencontres déjà purgées, ce qui devrait permettre au capitaine bordelais de retrouver les terrains le 27 novembre face à Lille. Sans empêcher une éventuelle sélection avec les Bleus face à l'Angleterre. Trois de plus... Déjà privé de trois rencontres de Ligue 1 depuis son geste d'humeur à Auxerre, Alou Diarra, suspendu depuis le 22 octobre à titre conservatoire, vivra trois nouvelles journées de championnat privé des terrains. Revenant sur la poussette du capitaine bordelais sur l'arbitre, M. Wilfried Bien, à l'Abbé Deschamps, lors de la 9e journée de Ligue 1 (1-0), la commission de discipline a tranché et prive donc le capitaine bordelais de quasiment l'ensemble du mois de novembre. Son retour sera en effet possible à la fin du mois, le 27 novembre, lors de la réception de Lille dans le cadre de la 15e journée. Une décision qui pourrait paraitre plutôt généreuse au vu des précédents. Le Nancéen Youssouf Hadji avait par exemple écopé de six mois de suspension en mai dernier suite à sa poussette sur M. Guillard lors de la rencontre Nancy-Valenciennes. Mais la commission avait alors surtout retenu les intimidations et les paroles du Marocain avant de lui infliger une sanction jugée exemplaire. Alou Diarra, lui, avait quitté le terrain après s'être excusé auprès de M. Bien... Un comportement qui a sans doute joué dans l'allègement de la sanction. Son nouveau statut de capitaine d'une équipe de France en reconstruction après le fiasco de Knysna et l'appel de Laurent Blanc demandant "une sanction raisonnée" ont de toute évidence eu leur influence. Le champion du monde 1998 n'avait pas hésité à évoquer "un mec bien". Dans un souci d'apaisement, la commission a sans doute aussi entendu les arguments du capitaine des Girondins, accompagné par son président Jean-Louis Triaud. Garibian: "C'est un joueur équilibré, qui a réalisé tout de suite que ce n'était pas un geste à faire" ""Si la bousculade est caractérisée, nous avons pris en compte le comportement de monsieur Diarra et ses excuses spontanées à l'arbitre, a expliqué Pascal Garibian, le président de la commission de discipline à Sud-Ouest, avant de préciser toutefois: "Ce soir nous jugions le capitaine bordelais". "C'est un joueur équilibré, qui a réalisé tout de suite que ce n'était pas un geste à faire. On ne touche pas à un arbitre. Une faute grave a été commise. Le joueur s'en est rendu compte." Avant même d'avoir connaissance de la sanction, Diarra, à la sortie de son audition jeudi, avait déclaré à propos de son geste, toujours pour le quotidien régional: "Je ne le ferai plus jamais, c'est la première fois que ça m'est arrivé dans ma carrière. Ca a été un réflexe de trop, je le regrette, je l'ai déjà dit. M. Bien sait que je me suis excusé. J'attends d'être fixé et j'espère retrouver la compétition le plus vite possible". Une sanction qui ne prend naturellement pas en compte les matches internationaux. Laurent Blanc pourrait donc décider de le sélectionner pour la rencontre amicale face à l'Angleterre le 17 novembre. Le sélectionneur des Bleus choisira t-il d'appeler un joueur privé de rencontres depuis un mois, mais important dans l'évolution de son collectif et auquel il a visiblement choisi de confier le brassard ? L'ancien entraîneur bordelais tranchera le 10 novembre lors de l'annonce de la liste pour cette rencontre. Une chose est sûre, Diarra a déjà manqué trois journées de championnat. Trois rencontres où ses coéquipiers n'ont pris qu'un point, lundi à Monaco (2-2). Bordeaux devra pourtant encore se passer de sa sentinelle face à Valenciennes, Nancy et Arles-Avignon... A Jean Tigana de trouver d'ici là la clé.