La Bretagne en fête

  • A
  • A
La Bretagne en fête
Partagez sur :

Pour la première fois de son histoire, la finale de la Coupe de France oppose samedi soir au Stade de France deux clubs bretons. Septième de L1, Rennes part logiquement favori face à Guingamp. Mais les hommes de Guy Lacombe se méfient d'une formation de Ligue 2 qui a prouvé face aux Toulousains qu'elle était capable d'exploit.

Pour la première fois de son histoire, la finale de la Coupe de France oppose samedi soir au Stade de France deux clubs bretons. Septième de L1, Rennes part logiquement favori face à Guingamp. Mais les hommes de Guy Lacombe se méfient d'une formation de Ligue 2 qui a prouvé face aux Toulousains qu'elle était capable d'exploit.Auteur d'une première moitié de saison impressionnante avec une série de dix-huit matches sans défaite entre la 3e et la 20e journée de Ligue 1, le Stade Rennais a depuis quelque peu marqué le pas en championnat. Septièmes au classement, les Rouge et Noir ont peu de chances d'obtenir une place qualificative pour l'Europa League. Guy Lacombe et ses hommes n'ont toutefois pas mis fin à toute ambition cette saison.Samedi au Stade de France, ils disputeront la finale de la Coupe de France face à un autre club breton, Guingamp. Tombeurs consécutivement de Sochaux, Saint-Etienne, Lorient, Rodez et Grenoble, sans avoir encaissé le moindre but dans la compétition, les Rennais ne veulent pas laisser passer l'occasion d'ajouter une nouvelle ligne au palmarès du club, resté vierge depuis 1971 et leur victoire en finale de l'épreuve face à l'Olympique Lyonnais (1-0).Guingamp échoue de peu en 1997Mais la partie est encore loin d'être gagnée pour le club cher à François Pinault. Englué dans le ventre mou du classement de Ligue 2, l'En Avant Guingamp a surpris les observateurs en réalisant un parcours impressionnant dans cette compétition. Principal fait d'armes des hommes de Victor Zvunka, le succès arraché sur la pelouse de Toulouse (1-2) en demi-finales.Une victoire qui a mis en lumière un effectif de qualité. Outre la confirmation du talent de l'attaquant Brésilien Eduardo, déjà entrevu la saison passée, le club des Côtes-d'Armor s'appuie sur des joueurs d'expérience rompus aux joutes de la Ligue 1 : Yves Deroff, Christian Bassila, Lionel Mathis et l'ancien marseillais Wilson Oruma, auteur d'une solide prestation face au TFC. Revanchards, ses joueurs espèrent offrir à leur président Noël Le Graët le premier trophée majeur du club. En 1997, les Guingampais avaient échoué de peu en étant battus aux tirs au but en finale de la Coupe de France par l'OGC Nice (1-1, 3-4 t.a.b.).