La bataille d'Angleterre

  • A
  • A
La bataille d'Angleterre
Partagez sur :

Le championnat d'Endurance ILMC reprend ses droits ce week-end avec la cinquième manche à Silverstone. Avec six heures de course, le sprint sera de mise, Peugeot tentant d'accroitre son avance au championnat sur Audi. Le Lion a bien travaillé durant l'été pour retenir les leçons de son échec manceau mais son rival allemand est disposé à reprendre l'ascendant.

Le championnat d'Endurance ILMC reprend ses droits ce week-end avec la cinquième manche à Silverstone. Avec six heures de course, le sprint sera de mise, Peugeot tentant d'accroitre son avance au championnat sur Audi. Le Lion a bien travaillé durant l'été pour retenir les leçons de son échec manceau mais son rival allemand est disposé à reprendre l'ascendant. Deux pilotes souvent par équipage, six heures de course et des prototypes réglés pour exploiter au maximum leur degré de performance. L'Intercontinental Le Mans Cup fêtera ce week-end son premier anniversaire (et son dernier puisque la compétition deviendra Championnat du monde FIA d'Endurance la saison prochaine) avec un nouveau format sprint. La course sera donc bien différente de l'enfer manceau pourtant conclu en juin par un écart de 13 secondes après un double tour d'horloge de course (voir: Audi gagne d'un souffle) ! Sur le papier, l'écart devrait donc être encore plus infime entre les deux ogres diesel du plateau, Peugeot et Audi, qui alignent chacun deux prototypes 908 et R18. Mais dans cet exercice atypique parfois contrarié par les neutralisations de course, Peugeot dispose d'un net ascendant. Vainqueur l'an dernier ici même grâce au duo Davidson-Minassian, la firme française avait dominé l'essentiel des manches sprint l'an passé. Maigre consolation, la nouvelle 908 a conforté son avance au championnat lors des dernières 24 Heures profitant de sa supériorité en nombre à l'arrivée... derrière la R18 victorieuse (voir: Pourquoi Peugeot a perdu). Le Lion arrive donc en force en terre anglaise avec 43 points d'avance au classement constructeur suite à sa démonstration à Imola... sur le même format de six heures. Petit bémol, si Peugeot pouvait souvent s'appuyer jusque-là sur les performances de son ancienne 908 Hdi Fap confiée à Oreca, l'équipe varoise ne sera pas de la partie ce week-end, n'effectuant son retour qu'à la sixième et avant-dernière manche à Atlanta pour le traditionnel Petit Le Mans. A deux contre deux, la bataille devrait être encore plus intense, Audi souhaitant rattraper son raté à Imola trois semaines seulement après des 24 Heures victorieuses mais éprouvantes avec deux protos totalement détruits (voir: Audi s'est fait peur !). McNish : "Une nouvelle course d'anthologie" Le staff de Peugeot a prévenu, il faudra donc avant tout que les deux 908 parviennent à l'arrivée pour assurer de gros points dans l'optique d'un deuxième titre consécutif. "Le moindre abandon pourrait remettre les compteurs à zéro", reconnait dans un communiqué le patron de Peugeot Sport, Olivier Quesnel. Mais la vitesse ne sera plus délaissée selon le directeur technique Bruno Famin: "En début de saison avec une nouvelle voiture, nous avions clairement défini notre priorité: la fiabilité. Nous sommes donc arrivés au Mans avec une voiture fiable, mais qui en était au début de son développement", tente d'expliquer Famin qui concède un retard désormais rattrapé. Peugeot a donc travaillé dur notamment sur le circuit d'Aragon où Räikkönen s'est mêlé aux essais mais Audi tient à sa revanche. "La bataille entre Audi et Peugeot a toujours été très serrée", note l'égérie Audi Allan McNish, qui avait dû rapidement abandonner l'an passé. "Parfois, nos rivaux ont été mieux en qualifications et nous avons gagné la course. Parfois, ce fut l'inverse. Je suis sûr que Silverstone sera une nouvelle course d'anthologie". Probable alors que, derrière les ogres, les Pescarolo du Pescarolo Team et d'OAK Racing sont prêtes à ramasser les miettes face aux Rebellion. Réponse vendredi avec les premières séances d'essais puis dimanche à partir de 12h35.