La 7e journée au banc d'essai

  • A
  • A
La 7e journée au banc d'essai
Partagez sur :

Très décevant lors de la précédente journée à Montpellier, Toulon a montré un bien meilleur visage à l'occasion de cette 7e journée. Perpignan a fait les frais du réveil varois, l'Usap s'inclinant 38-0 à Mayol samedi. Le Stade Toulousain a pour sa part subi la loi de Kockott, alors que Biarritz et Lyon ont connu des résultats inverses.

Très décevant lors de la précédente journée à Montpellier, Toulon a montré un bien meilleur visage à l'occasion de cette 7e journée. Perpignan a fait les frais du réveil varois, l'Usap s'inclinant 38-0 à Mayol samedi. Le Stade Toulousain a pour sa part subi la loi de Kockott, alors que Biarritz et Lyon ont connu des résultats inverses. DANS LE VESTIAIRE DE... TOULON 38-0, 4 essais à 0... Samedi après-midi, Toulon n'a pas fait dans la demi-mesure face à Perpignan. Jacques Delmas avait confié s'attendre à un match difficile, il n'a pas été déçu. Ses hommes n'ont pas vu le jour sur la pelouse de Mayol, où les Rouge et Noir sont clairement montés d'un ton dans l'engagement et la qualité de jeu. Il faut dire que le RCT restait, avant la mini-trêve, sur une très décevante défaite (6-19) concédée à Montpellier, marquée par l'affaire Missoup-Martin et la plainte déposée par le troisième ligne héraultais à l'encontre de son homologue varois. Une affaire qui aura peut-être contribué à resserrer les liens chez les hommes de Bernard Laporte, méconnaissables dans leur engagement, à l'image du capitaine Joe Van Niekerk, auteur d'un essai, qui n'avait plus été aussi tranchant depuis longtemps. Le retour de Jonny Wilkinson, remplacé par Andre Pretorius au coup d'envoi, a peut-être participé à la confiance affichée par ses coéquipiers. "C'était important de retrouver rapidement l'équipe après le mondial", a confié le demi d'ouverture anglais à La Provence au sortir des vestiaires. "Tout va bien, je me sens à l'aise dans une équipe qui pratique un tel rugby." Une équipe qui est désormais quatrième du classement, à trois points du podium et six du leader castrais. Dans les bons temps de passage donc. LE JOUEUR: Rory Kockott (Castres) C'est l'un des jolis coups du dernier mercato d'été. D'autant plus joli qu'il n'était, au départ, pas prévu. Castres avait en effet recruté Thierry Lacrampe, en provenance de Tarbes, pour évoluer au poste de demi de mêlée cette saison. Mais une hernie discale a tenu éloigné des terrains le jeune numéro 9, le staff castrais s'est alors tourné vers Rory Kockott, ancien coéquipier de Frédéric Michalak chez les Sharks. Bien en a pris au staff tarnais : depuis un premier match face à l'Usap complètement raté, le Sud-Africain démontre une belle adresse au pied, comme en témoignent ses 24 points inscrits vendredi soir face au Stade Toulousain. C'est bien simple, Kockott a sanctionné à lui seul l'indiscipline du leader en passant huit pénalités, pour une victoire (24-3) marquante du CO, nouveau leader du championnat. Le Sud-Africain pointe aujourd'hui au quinzième rang des réalisateurs de notre championnat, cinq places derrière un certain Romain Teulet, buteur émérite du club tarnais. Avec ces deux buteurs, le CO peut voir venir. Et l'on serait prêt à parier qu'il prolongera le contrat de Kockott, même au retour de Lacrampe. LA PHRASE: "Nous sommes totalement passés à côté, qu'est-ce que vous voulez que je dise d'autre..." Sylvain Marconnet, sur le site officiel du BO Difficile de contredire l'expérimenté pilier biarrot. Vendredi soir, à Brive, Biarritz n'a jamais semblé entrer dans un match pourtant annoncé comme l'un de ceux à ne pas perdre, face à une formation appelée à lutter pour le maintien. 32-7, le score est sans appel, il traduit la domination outrancière des Corréziens face à une formation basque dépassée. Une contre-performance d'autant plus difficile à comprendre qu'elle survient après la première victoire du BO (13-11 sur la pelouse de Bordeaux-Bègles) cette saison. Une réaction basque sera forcément attendue lors de la prochaine journée, face à Lyon. LA STAT: 2 Soit le nombre de victoires de Lyon cette saison. Dimanche, en clôture de cette 7e journée du Top 14, Lyon a décroché sa deuxième victoire de la saison, s'imposant 18-6 face à un Stade Français décevant. Conquérant, le promu s'est appuyé sur un paquet d'avants impressionnant pour construire son succès, acquis ensuite grâce à la botte de Loursac (4 pénalités), Lespinas (1 pén.) et un drop de Sadourny. "Sur les autres matches, on avait trop de coeur et pas assez de maîtrise", analysait Raphaël Saint-André, entraîneur heureux, au coup de sifflet final. Le LOU semble donc avoir trouvé le bon équilibre pour abandonner la place de lanterne rouge au BO, chez qui il se rendra dans une semaine. Pour un duel qui sent la poudre.