La 37e journée au crible

  • A
  • A
La 37e journée au crible
Partagez sur :

Le Losc a tué le semblant de suspense qui subsistait, samedi, lors de la 37e journée de L1. En accrochant le PSG dans la capitale, les Lillois ont obtenu le sacre tant convoité depuis 1954, succédant ainsi à l'OM d'un Didier Deschamps déçu mais volontiers fair play. Ce week-end, Saint-Etienne a par ailleurs perdu ses illusions continentales, le Niçois Eric Mouloungui a flambé et le RC Lens a tristement conclu ses réceptions à Bollaert.

Le Losc a tué le semblant de suspense qui subsistait, samedi, lors de la 37e journée de L1. En accrochant le PSG dans la capitale, les Lillois ont obtenu le sacre tant convoité depuis 1954, succédant ainsi à l'OM d'un Didier Deschamps déçu mais volontiers fait play. Ce week-end, Saint-Etienne a par ailleurs perdu ses illusions continentales, le Niçois Eric Mouloungui a flambé et le RC Lens a tristement conclu ses réceptions à Bollaert. LE TOP : Lille A tout seigneur, tout honneur, la L1 a désigné ce week-end son champion: le Losc. 57 ans après son dernier sacre national - une attente record pour un lauréat en quête de second souffle - le club de Lille a regagné le sommet de l'élite, réalisant du reste le 16e doublé Coupe de France-championnat de l'histoire. "A chaque fois que le coach nous disait qu'il fallait gagner quelque chose en début de saison, entre nous, on pensait plutôt à une Coupe. Là, on vient deux fois à Paris et à chaque fois, on ramène quelque chose", observait incrédule Rio Mavuba, samedi soir, après le match nul des siens face au PSG (2-2). En progression constante dans la hiérarchie française depuis 2006, les Dogues ont enfin touché au but. Meilleure équipe à domicile (41 points), meilleure équipe à l'extérieur (31 points), meilleure attaque (63 buts marqués) et deuxième défense de L1 (32 buts encaissés, soit deux de plus que Rennes), le Losc a semé tout au long de la saison les graines de sa réussite. "Je sais que je ne suis que de passage, mais que les trophées restent. Il fallait redonner du lustre à ce club, c'est le challenge d'un président. Le plus compliqué, c'est d'être régulier dans le sport de haut niveau, et je crois que si on en est là, c'est que notre progression a été assez régulière depuis un certain nombre d'années", conclut fièrement le président Seydoux. LE FLOP : Saint-Etienne "Beaucoup de regrets." Voilà ce qu'aura laissé à Christophe Galtier le déplacement de ses troupes à Sochaux, ce week-end, pour le compte de la 37e levée de L1. Pour la troisième journée consécutive, les Verts se sont inclinés (2-1), abandonnant ainsi leurs dernières illusions d'Europe face à un concurrent directe dans la course aux places d'honneur. "On avait encore de l'espoir pour être européen, ce soir c'est fini, soufflait après coup l'entraîneur des Foréziens. Contre Lille, Rennes et Sochaux, on n'a pas démérité mais on a pris des buts et on n'en a pas marqué assez. La vérité du football, c'est les surfaces, et on n'y a pas été assez bons." Avec une seule victoire lors de ses sept derniers déplacements en date, l'ASSE s'est du reste montrée trop fragile hors de ses bases pour accrocher la sixième place escomptée, aujourd'hui occupée par le FCSM. Ce n'est pourtant pas faute de potentiel. LA STAT : 9 Le calice jusqu'à la lie... Samedi, le RC Lens a permis à la lanterne rouge Arles-Avignon de signer sa troisième victoire de la saison - la première en terrain hostile, alors que le dernier club de l'élite était le seul à ne pas avoir connu pareil honneur dans les cinq grands championnats du Vieux continent. Cette humiliation, consommée sur le score de 0-1 après un but de Kermorgant juste avant la pause, aura été la neuvième du genre à Bollaert en cet exercice maudit. Un bilan domestique catastrophique, agrémenté de cinq matches nuls, qui coïncide avec la pire saison des Artésiens en la matière. Neuf revers à domicile, les Lensois de 1989 avaient également subi cet affront. Et cela leur avait aussi valu une relégation... LE JOUEUR : Eric Mouloungui Si l'OGC Nice, 14e au classement, n'était pas plus mal loti au soir de la 37e journée de L1, c'est en partie grâce à Eric Mouloungui. Auteur d'un doublé victorieux contre Lorient samedi (2-0), le Gabonais a ainsi maintenu les siens au-dessus de la ligne de flottaison, avec trois paliers de marge vis-à-vis de la zone rouge. L'intéressé en a par ailleurs profité pour signer le but le plus rapide de la saison, trouvant la faille dès la 26e seconde face aux Merlus. Lui qui s'était initialement fixé un objectif de 10 buts a donc rempli son contrat. Buteur à sept reprises en championnat, Eric Mouloungui a frappé trois fois en Coupe de France. L'ancien Strasbourgeois n'avait pas été aussi prolifique depuis l'exercice 2006-2007, avec le Racing, en Ligue 2. LA PHRASE : "C'est prévu que je reste", par Didier Deschamps Après avoir concédé un match nul 2-2 au Vélodrome face à Valenciennes, tandis que Lille accrochait Paris au Parc des Princes sur le même score, les Marseillais ont définitivement laissé échapper un titre de champion de France dont ils étaient les détenteurs. "Le début de saison a été catastrophique pour nous. On a commencé la saison avec seulement 36 journées. On s'est accroché et on a réussi à mettre le doute aux Lillois à un moment donné. Mais sur la durée, ils ont été plus performants et plus réguliers que nous. Félicitations à eux", reconnaissait Didier Deschamps, samedi soir, devant les caméras de Canal +. Par ailleurs sondé sur son avenir personnel, l'entraîneur de l'OM est resté fidèle à son discours, se contentant de donner la tendance du moment: "C'est prévu que je reste. Après j'attends de savoir quels seront nos moyens et donc nos ambitions." Une bonne nouvelle pour les pensionnaires du Vélodrome, lesquels ont rendu hommage, via une banderole, à celui qui a su redorer le blason d'un club longtemps sevré de titre: "Deschamps, la grinta coule dans tes veines." LE SONDAGE Sans surprise, vous avez majoritairement retenu le sacre du Losc, 57 ans après, de la 37e levée de L1 jouée samedi soir (59%). La lutte indécise pour le maintien vous interpelle également en masse (23%), alors que le faux rythme des Lyonnais en cette fin de saison recueille 13% de vos voix. Enfin vous n'êtes que 5% à avoir tiré le nouveau faux pas de l'OM à domicile comme enseignement de cette avant-dernière journée de championnat.