La 33e journée au crible

  • A
  • A
La 33e journée au crible
Partagez sur :

De la défaite de Lyon à Toulouse (0-2) en passant par le match nul de Marseille face à Auxerre (1-1) ou le succès de Lille qui repasse en tête du classement, ce 33e acte de Ligue 1 ne manque pas d'informations. D'autant que le PSG a rejoint Lyon à la 3e place. En bas de tableau, Caen a cartonné Nice au Ray (4-0) et sort de la zone rouge, dans laquelle Nancy entre. Retrouvez tous les faits marquants du week-end.

De la défaite de Lyon à Toulouse (0-2) en passant par le match nul de Marseille face à Auxerre (1-1) ou le succès de Lille qui repasse en tête du classement, ce 33e acte de Ligue 1 ne manque pas d'informations. D'autant que le PSG a rejoint Lyon à la 3e place. En bas de tableau, Caen a cartonné Nice au Ray (4-0) et sort de la zone rouge, dans laquelle Nancy entre. Retrouvez tous les faits marquants du week-end. LE TOP : Lorient Les Merlus ont eu tout bon samedi à Lens (3-2). Une rencontre pourtant délicate, face à des Sang et or qui jouaient à cette occasion une grande partie de leur survie. Les coéquipiers de Kevin Gameiro, encore buteur et qui revient très fort sur Moussa Sow dans la course au titre de meilleur buteur de Ligue 1 (20 buts contre 21 au Lillois), ont su renverser la tendance en fin de match en inscrivant deux buts dans les dix dernières minutes. Une fin de match cruelle pour les Nordistes, qui ont tout tenté et dominé une bonne partie de la rencontre... Ce succès, bien qu'acquis dans la douleur, arrive dans une période de dix matches sans défaite - plus longue série en Ligue 1 dans l'histoire du club - qui leur permet de se hisser à la sixième place du classement, qualificative pour la Ligue Europa. LE FLOP : Lyon Ça ressemble fort à la fin des espoirs lyonnais. Non, Lyon ne sera pas champion, oui Lyon terminera bien une nouvelle saison bredouille et c'est même une place en Ligue des champions qui pourrait les fuir. Les Gones avaient pourtant beaucoup à gagner dimanche à Toulouse. S'imposer avant de recevoir Marseille leur aurait permis de lorgner la deuxième place. Au moins... Mais incapables de bousculer les Toulousains, ils ont tout simplement sombré. Le symbole de cette déconfiture se nomme Aly Cissokho, absent au marquage sur Cetto lors du premier but, avant de tromper son propre gardien sur le deuxième puis de se faire expulser ! Un deuxième carton rouge, après celui de Bastos, pour un vrai cauchemar symbole d'une période de doute pour le joueur. Le latéral n'est cependant pas le seul à blâmer: pas de fierté, aucun duel gagné en première période, rien à se mettre sous la dent. Pour l'heure, Lyon devance Paris à la différence de buts. Mais il y a urgence. LE JOUEUR : Nenê Le Paris Saint-Germain a réalisé une excellente opération en s'imposant face à Valenciennes (3-1). Les Parisiens remontent en effet à hauteur de Lyon au classement et peuvent ainsi, plus que jamais, croire à la Ligue des champions. Un succès notamment marqué par le premier but de la rencontre, signé Nenê d'une reprise de volée aussi subite que gagnante. Le Brésilien, dont les performances sont clairement en hausse ces derniers temps et qui avait marqué en Coupe de France, n'avait plus frappé en Ligue 1 depuis 1204 minutes et un but contre Monaco en décembre dernier. Il ajoutera à ce but une passe décisive en fin de match pour Sakho. Une passe qui était à l'origine un tir, a-t-il avoué en zone mixte. Qu'importe, son retour en forme est une bénédiction pour un PSG engagé dans la course à la Ligue des champions. LA STAT : 4 Une vraie fessée. Caen a réussi un carton plein à Nice (4-0), un adversaire direct dans l'optique du maintien. Une double bonne nouvelle pour les Normands qui ont, au passage, enregistré la plus large victoire à l'extérieur de leur histoire parmi l'élite ! Hamouma a signé un doublé tandis que Mollo et El-Arabi (son 17e but) ont également frappé. Un franc succès qui arrive au moment idéal, puisque les Caennais en profitent pour sortir de la zone rouge. "On avait dit beaucoup de choses entre nous sur l'entame du match à effectuer, clame le Niçois Digard sur le site officiel du club. Mais on n'a rien fait. L'entraîneur a raison de dire qu'on a bafoué les fondamentaux. (...) Ce soir on ne mérite rien, en déclarant forfait ça aurait été même moins pire pour la différence de buts." Nice n'a pas été à la hauteur, au contraire de Caennais qui ont totalement mérité cette victoire. LA PHRASE : "Plus notre destin en mains" (Benoît Cheyrou, milieu de terrain de Marseille, dans les colonnes de La Provence) Lille a repris les commandes du championnat en s'imposant face à Arles-Avignon (5-0) samedi, tandis que Marseille a été tenu en échec à domicile par Auxerre (1-1). Un match nul qui n'est pas sans conséquence, puisque les Dogues sont de nouveau leaders, et qui n'est surtout pas le premier raté à domicile. Outre le revers contre Lille au Vélodrome (1-2), on se souvient que plus récemment Toulouse était reparti avec un point (2-2). "Nous ne pouvons nous en prendre qu'à nous-mêmes, a expliqué Cheyrou après coup dans les colonnes de La Provence. Défensivement, ça fait deux matches que nous encaissons des buts, c'est rageant. Je ne pense pas que la fatigue ait joué, ce n'est pas une excuse, nous sommes préparés pour jouer tous les trois jours. Nous n'avons plus notre destin entre les mains, mais nous restons dans la course. Ce n'est pas parce que nous étions premiers que nous avons craqué, nous avions de bonnes intentions, nous avons su rester patients en première période. C'est vraiment rageant..."