La 24e journée au crible

  • A
  • A
La 24e journée au crible
Partagez sur :

La 24e levée de L1 a été riche d'enseignements. Outre le record de buts depuis le début de la saison (33) et le triplé de Kévin Gameiro, qui talonne désormais Moussa Sow au classement des buteurs, elle a surtout permis à Rennes, l'OM, l'OL et le PSG de réduire l'écart avec le leader lillois. Enfin, elle a aussi eu droit à la traditionnelle polémique sur l'arbitrage avec Lens-Sochaux.

La 24e levée de L1 a été riche d'enseignements. Outre le record de buts depuis le début de la saison (33) et le triplé de Kévin Gameiro, qui talonne désormais Moussa Sow au classement des buteurs, elle a surtout permis à Rennes, l'OM, l'OL et le PSG de réduire l'écart avec le leader lillois. Enfin, elle a aussi eu droit à la traditionnelle polémique sur l'arbitrage avec Lens-Sochaux. LE TOP : Les poursuivants de Lille Pour la première fois depuis octobre, le Losc a chuté sur la pelouse de Montpellier dimanche (0-1). Se voyant enfin offrir l'occasion de réduire l'écart avec le leader, les autres candidats au titre n'ont pas laissé passer leur chance. C'est d'abord l'Olympique Lyonnais qui s'est imposé avec la manière face à Nancy vendredi soir en match avancé de cette 24e journée (4-0). Le Paris Saint-Germain a lui aussi fait dans le clinquant en l'emportant avec la manière à Nice (3-0). Les trois points ont été plus laborieux à obtenir pour l'OM face à Saint-Etienne (2-1) et Rennes à Toulouse (2-1), mais les Phocéens comme les Bretons ont eux aussi réalisé une très bonne opération. C'est notamment le cas pour les hommes de Frédéric Antonetti, qui, grâce à leur première victoire à l'extérieur depuis septembre restent en embuscade à la deuxième place, à seulement deux petits points des Dogues. Sans véritablement convaincre, le champion en titre marseillais est bien présent, troisième à trois longueurs du club nordiste. Quatrièmes et cinquièmes, Lyonnais et Parisiens sont également à l'affût. Avec cinq équipes de tête qui se tiennent en quatre points, la Ligue 1 version 2010-2011 est encore très loin d'avoir livré son verdict. LE FLOP : Bordeaux Bordeaux a-t-il touché le fond ? Étrillés par Lorient samedi (1-5), les Girondins sont désormais plus près de la zone de relégation que des places européennes. Une situation bien délicate pour le club au Scapulaire, qui devra absolument réagir le week-end prochain face à Auxerre, un autre grand malade de la Ligue 1 qui a enchaîné samedi face à la lanterne rouge de la Ligue 1, Arles-Avignon (1-1), un onzième match sans victoire. Mais les Bordelais parviendront-ils à sortir de cette mauvaise passe ? On peut en douter, tant leur résignation a semblé criante au Stade du Moustoir. "Ce qui est inquiétant, c'est l'abandon", confiait à l'issue de la rencontre Jean Tigana qui conserve a priori encore la confiance de ses dirigeants. Mais jusqu'à quand ? Joint par nos confrères de Sud Ouest alors qu'il est en vacances, Jean-Louis Triaud voyait quant à lui dans le naufrage lorientais une conséquence directe de la défaite, injuste selon lui, subie face à Caen le week-end précédent (1-2). "A nous enfoncer la tête sous l'eau à chaque fois que l'on reprend pied, voilà ce qui arrive, a confié le président bordelais, convoqué par le Conseil national de l'éthique pour ses propos sur l'arbitre Saïd Ennjimi. Quand on ressent l'urgence, le stress, on ne joue pas forcément avec la même sérénité que si l'on vient de prendre trois points. Résultat: catastrophe ! Pas une seule fois Lorient n'avait marqué cinq buts cette saison. Pour moi, c'est donc trop gros pour être vrai". Pourtant, les chiffres ne trompent pas. Bordeaux occupe désormais la 12e place du classement et n'a remporté qu'un seul match depuis le début de l'année. LE JOUEUR : Kevin Gameiro S'il fait partie des meilleurs buteurs de Ligue 1 depuis deux saisons et demi, Kevin Gameiro n'avait pas encore inscrit de triplé. C'est désormais chose faite. L'attaquant lorientais a été étincelant samedi face à Bordeaux (5-1). Si Morgan Amalfitano a ouvert le score d'un splendide extérieur du pied droit (14e), l'international tricolore a fait sombrer les Girondins à la demi-heure de jeu en reprenant un centre à ras de terre de Kitambala (35e), puis en se jouant de Cédric Carrasso d'une magnifique feinte de frappe à la suite d'un long ballon en profondeur (38e). Après un penalty d'Arnold Mvuemba (61e), le natif de Senlis ajoutait même un troisième but en fin de match après avoir éliminé deux adversaires et sollicité le une-deux avec Autret (89e). Auteurs de sept buts lors des quatre dernières journées, Gameiro en est désormais à quinze réalisations depuis le début de la saison, soit une de moins que l'actuel meilleur buteur de Ligue 1, le Lillois Moussa Sow. LA STAT : 33 Avec 33 buts inscrits au cours du week-end, la 24e journée de Ligue 1 est la plus prolifique depuis le début de la saison. Les cartons de Lyon face à Nancy (4-0) et de Lorient face à Bordeaux (5-1), ainsi que le très disputé Lens-Sochaux (2-3), y ont largement contribué. Le précédent record datait des 15e et 16e journées, avec à chaque fois 30 réalisations. Alors que l'on se rapproche du dernier tiers de la saison, les formations de l'élite ont-elles décidé d'être moins attentistes ? LA PHRASE : "J'ai eu tort, mais je m'en fous. Maintenant, vous allez dans les tribunes !" C'est ce qu'aurait déclaré l'arbitre de Lens-Sochaux (2-3), à Laszlo Bölöni, l'entraîneur des Sang et Or, selon ce dernier. Certes, Bartolomeu Varela a été très sollicité durant cette rencontre à l'image des deux cartons rouges adressés simultanément à Anin et Maoulida, puis de l'expulsion de l'entraîneur nordiste et de son adjoint pour contestations. Mais l'homme en noir a aussi pris des décisions loin d'être en faveur des Nordistes, qui auraient pu se voir accorder deux penalties à la suite de fautes sur Maoulida (2e), puis Démont (63e) dans la surface et ont encaissé le troisième but à la suite d'un coup franc peu évident. S'il admet la possibilité de "s'être trompé", M. Varela dément toutefois formellement les propos de Bölöni et fustige le comportement du technicien d'origine roumaine: "Comment un entraîneur reconnu d'un club de L1 peut-il inventer des choses pareilles ? Comment peut-on mettre la pression sur les arbitres et la Fédération en affirmant des choses pareilles ? C'est inadmissible et révoltant". Une semaine après les critiques très virulentes des dirigeants bordelais à l'encontre de Saïd Ennjimi, l'arbitre de Bordeaux-Caen (0-1), ce sont les Lensois, plus particulièrement leur entraîneur et le défenseur Franck Queudrue, qui s'en sont pris à l'homme en noir. Justifiées ou non, ces attaques, qui reviennent inlassablement dès que les enjeux des matches grandissent, apparaissent comme une mauvaise habitude des clubs de Ligue 1, qui, bien souvent, tentent de masquer, volontairement ou non, leur incapacité à régler leurs difficultés sportives. LE SONDAGE : Logiquement, c'est le naufrage de Bordeaux à Lorient (39 %), qui a retenu le plus votre attention. Mais le revers de Lille à Montpellier, le premier depuis quatre mois, a également marqué les esprits (21 %), plus en tout cas que le carton de l'OL face à Nancy (11 %) qui devance de peu le succès probant de Paris contre Nice (9 %) et le maintien de Rennes sur le podium (8 %). La victoire douloureuse de l'OM contre Saint-Etienne (6 %) et la défaite polémique de Lens devant Sochaux (6 %) vous ont moins interpellé.