La 22e journée au crible

  • A
  • A
La 22e journée au crible
Partagez sur :

La 22e journée de Ligue.1 a marqué un resserrement général en tête du classement. Avec les succès de Marseille devant Arles-Avignon (1-0), de Saint-Etienne à Montpellier (2-1) et surtout de Rennes devant le PSG (1-0), Lille avait l'opportunité de prendre le large. C'est manqué puisqu'Auxerre, malgré une prestation manquée de Jelen, a obtenu le nul (1-1). A Monaco, ça va toujours aussi mal.

La 22e journée de Ligue 1 a marqué un resserrement général en tête du classement. Avec les succès de Marseille devant Arles-Avignon (1-0), de Saint-Etienne à Montpellier (2-1) et surtout de Rennes devant le PSG (1-0), Lille avait l'opportunité de prendre le large. C'est manqué puisqu'Auxerre, malgré une prestation manquée de Jelen, a obtenu le nul (1-1). A Monaco, ça va toujours aussi mal. LE JOUEUR : Nicolas Douchez Nicolas Douchez a été un pion essentiel dans la remise à flot du Stade Rennais samedi soir face au Paris Saint-Germain (1-0). Si les joueurs de Frédéric Antonetti ont particulièrement été à leur aise durant un premier acte qu'ils ont dominé, par la suite, tout s'est compliqué pour les Rouge et Noir et c'est là que la vista de leur portier aura été précieuse. Auteur d'une envolée superbe et décisive dans les arrêts de jeu sur une frappe du Brésilien Nenê, le portier breton s'est également fendu d'un arrêt à bout portant devant Guillaume Hoarau, d'une double parade devant Chantôme puis Giuly... Tous les attaquants ou presque se sont cassé les dents, faisant dire à Antoine Kombouaré après la défaite des siens: "Nous avons été maladroits et nous sommes tombés sur un Douchez en grande forme". Pour un retour de suspension après son expulsion devant Sochaux, Nicolas Douchez est reparti de l'avant. Et Rennes avec... LE TOP : Saint-Etienne Les Verts sont de retour. Après un automne passé au sommet, les Stéphanois ont connu un long passage à vide. Et si la semaine dernière a été agitée en coulisses avec le départ avorté de Dimitri Payet à Paris, le club a finalement enregistré les arrivées d'Alonso et Aubameyang. Payet relégué en CFA (et buteur), les deux joueurs arrivants ont participé au succès à Montpellier (2-1), Aubameyang succédant d'ailleurs à Alonso, titulaire au coup d'envoi. Une rencontre au stade de la Mosson qui a permis de confirmer le renouveau entrevu face à Toulouse (2-1) et qui permet aux Verts de se retrouver en embuscade à seulement deux points du PSG, l'actuel dauphin de Lille. A Montpellier, les hommes de Galtier ont su imposer leur jeu, maîtrisant les débats face à des Héraultais dépassés. Emmanuel Rivière, international Espoirs, s'est distingué à cette occasion en s'offrant le premier doublé de sa carrière. D'abord en dribblant Janot avant de marquer dans le but vide puis en frappant du droit sur un service de Batlles. Une victoire accompagnée d'un surcroît de confiance qui ne seront pas de trop pour préparer la réception de l'Olympique Lyonnais, samedi prochain, pour un 101e derby très attendu. LE FLOP : Monaco Le club de la Principauté va mal. Très mal. Les dirigeants ont eu beau remplacer Guy Lacombe par Laurent Banide, recruter à tour de bras lors du mercato hivernal avec les arrivées de Lacombe (Montpellier), Feindouno (libre), Diarra (Real Madrid), Moukandjo (Nîmes), Welcome (CD Potaga) et un Maazou (Bordeaux) déjà blessé, cela n'a pas enrayé la spirale négative. Aucune victoire en 2011 avec certes des résultats nuls à Auxerre (1-1) et contre l'OM (0-0) et surtout une prestation particulièrement faible dimanche à Toulouse (0-2). Un match qui a marqué les difficultés des Monégasques à seulement imposer leur jeu. Résultat, rien à se mettre sous la dent sur le plan offensif si ce n'est une tête de Welcome sur le poteau en toute fin de rencontre. Encore une fois, c'est Stéphane Ruffier qui a été le meilleur monégasque... Un portier qui a encore tiré la sonnette d'alarme sur Foot+: "On ne mérite pas de gagner par rapport à Toulouse. On a été absent tout le match, on manque d'agressivité, on ne peut s'en prendre qu'à nous. Maintenant, il faut que certains joueurs prennent conscience qu'on joue le maintien. Il n'y a pas cette envie de gagner des matches. J'ai l'impression qu'on n'a pas envie de bien faire." C'est dit. LA STAT : 2 Le championnat a pris une nouvelle tournure à l'issue de cette 22e journée. Un resserrement général dans un haut de tableau qui est loin d'avoir livré son verdict final. Lille a en effet manqué d'assommer tout le peloton de ses poursuivants en étant tenu en échec par Auxerre (1-1) dimanche. Les Dogues comptent désormais 5 longueurs d'avance sur le PSG et sur Rennes qui est venu à bout de l'équipe parisienne samedi soir au Stade de la Route de Lorient (1-0). Si les Dogues possèdent un petit matelas sur ses concurrents, l'incertitude reste grande. En effet, le Paris Saint-Germain et Rennes deuxième et troisième à égalité de points, ne comptent que deux longueurs d'avance sur l'Olympique Lyonnais sixième et virtuellement premier non-Européen. Inutile de préciser qu'avec Marseille et Saint-Etienne également dans la danse, on n'est pas près de s'ennuyer. LA PHRASE : "Nous avons presque joué à dix...", de Jean Fernandez, l'entraîneur d'Auxerre. "Depuis le début de l'année, nous ne sommes pas dans notre assiette. A l'image de Jelen ! On ne peut pas dire qu'on a joué à dix, mais presque... En ce moment, l'équipe est obligée de supporter ce handicap. Irek est resté 4 mois sans jouer et cela se voit." Jean Fernandez, qui s'exprimait dans les colonnes de L'Equipe, n'est pas coutumier du fait. Surtout après un bon match nul face au leader lillois (1-1). Pourtant, face à la prestation de son attaquant polonais, difficile pour lui de ne pas dresser un tel bilan. Sifflé par le public de l'Abbé-Deschamps, Jelen, si précieux la saison dernière, a vécu une sale soirée. LE SONDAGE : L'OM a beau mal jouer, il gagne. Vainqueur 1-0 d'Arles-Avignon sous les sifflets du Vélodrome, le club olympien est celui qui, selon vous, a le plus marqué cette 22e journée avec 30% des suffrages, devant le nul du leader lillois à Auxerre (24%). Suivent la défaite parisienne à Rennes (19%), qui profite au club breton, désormais sur le podium (13%) et le nouveau revers de Monaco, à Toulouse (2-0), synonyme de descente aux enfers pour l'ASM.