La 21e journée au banc d'essai

  • A
  • A
La 21e journée au banc d'essai
Partagez sur :

Au sommet du classement, Toulouse, sauvé par un essai d'extraterrestre de Caucaunibuca face à Brive (23-22), a conforté sa place de leader. A l'autre extrémité du tableau, Bourgoin, battu à Toulon (39-17), est officiellement relégué en Pro D2. Une issue contre laquelle se bat toujours La Rochelle, sorti de la zone rouge à la faveur de sa victoire contre Montpellier (20-16). Enfin, la bagarre entre l'Usap et Bayonne ne devrait pas rester sans suite.

Au sommet du classement, Toulouse, sauvé par un essai d'extraterrestre de Caucaunibuca face à Brive (23-22), a conforté sa place de leader. A l'autre extrémité du tableau, Bourgoin, battu à Toulon (39-17), est officiellement relégué en Pro D2. Une issue contre laquelle se bat toujours La Rochelle, sorti de la zone rouge à la faveur de sa victoire contre Montpellier (20-16). Enfin, la bagarre entre l'Usap et Bayonne ne devrait pas rester sans suite. DANS LE VESTIAIRE DE... : La Rochelle Libéré. Au coup de sifflet final, le public rochelais a envahi la pelouse de Marcel-Deflandre. Conscient de l'importance de cette victoire obtenue samedi face à Montpellier au terme d'un match disputé (20-16). Un succès, le sixième de sa saison, le cinquième à domicile, qui permet au Stade Rochelais de sortir, au soir de cette 21e journée, de la zone de relégation aux dépens de Brive, tombé avec les honneurs et le point de bonus défensif sur le terrain du leader toulousain (23-22). "C'est une bonne bouffée d'oxygène, même si on n'est pas tombé contre une très grande équipe de Montpellier", résume Thomas Soucaze dans Sud Ouest. Vainqueurs à l'orgueil d'une équipe montpelliéraine diminuée par les absences de Bost, Ouedraogo, Nagusa ou encore Figallo (blessures) mais aussi de Trinh-Duc, Tomas et Gorgodze (sélections), les Maritimes, qui ont été menés 3-13 en première période, devront proposer plus dans deux semaines face à l'Usap, portée par quatre victoires consécutives, pour espérer signer un deuxième succès de rang à domicile. Les hommes de Serge Milhas pourraient en avoir besoin dans l'optique du maintien avant de se déplacer à Brive puis de recevoir Agen dans la foulée, leurs adversaires contre la relégation. En attendant, Robert Mohr, le deuxième-ligne rochelais, ne préférait que retenir les bienfaits de cette victoire dans les colonnes du quotidien régional : "C'était un match à fort enjeu, car nos concurrents ont fait ce qu'il fallait les week-ends précédents, contrairement à nous. On avait la pression avant ce match, et encore davantage à 3-13. Au final, c'est un grand pas pour la confiance. Dans ces moments-là, il n'y a que la victoire qui compte." LE JOUEUR : Rupeni Caucaunibuca (Toulouse) Déjà décisif à La Rochelle (22-19), lors d'un premier doublon, Rupeni Caucaunibuca est en passe de gagner son pari sous le maillot du Stade Toulousain. L'ancien Agenais s'est ainsi distingué ce week-end, face à Brive (23-22), en inscrivant un essai d'une manière que n'aurait pas reniée un Nikola Karabatic. "J'ai marqué cet essai, mais je me demande comment j'ai fait, a lâché Caucau au micro de Jour de rugby. Moi-même, je ne pensais pas marquer. Je veux faire une passe au contact en tenant le ballon à une main, je cherche au soutien, mais il n'y a personne. Le joueur qui me plaque me relâche, je vois alors le trou devant moi et là, je suis sûr que je vais marquer." Cinq défenseurs brivistes n'y suffiront pas. LA PHRASE : "C'est la preuve aussi qu'on n'est que des hommes...", de Robins Tchale-Watchou (Perpignan) dans l'émission Jour de Rugby sur Canal+. A l'heure où la Ligue nationale (LNR) négocie pied à pied les nouveaux droits TV du championnat, le lamentable spectacle de la bagarre générale après le coup de sifflet final du match Usap-Bayonne est le genre d'épisode dont la LNR se passerait bien. Les sanctions promettent déjà d'être exemplaires, pour preuve le communiqué diffusé dès dimanche par la Ligue dénonçant ces "faits inacceptables" pour lesquels les protagonistes devront s'expliquer le 23 mars prochain. En attendant, les acteurs de ce triste combat de rue, à la bagarre pour une place en phase finale, adoptent des discours contrastés. "Il ne faut pas que ça tombe dans des mauvais gestes comme ça après les matches, commentait dans Jour de rugby le sage Benjamin Boyet. C'est nul. Il faut garder une bonne image du rugby et rester dans la fraternité." Côté catalan, Robins Tchale-Watchou, joueur attachant s'il en est, répondait lui sur un ton beaucoup plus léger: "Ça a été un peu tendu, on s'est un peu expliqué, mais il y a eu plus de peur que de mal. Il y a eu quelques comportements maladroits à la fois chez nous et du côté bayonnais. On a pêché ce soir par l'envie et la rigueur. C'est la preuve aussi qu'on n'est que des hommes..." LA STATISTIQUE : 5 Alors qu'il ne reste que cinq journées de saison régulière à jouer et que son compteur reste désespérément bloqué à cinq unités après sa nouvelle défaite concédée ce week-end à Toulon (39-17) malgré deux essais en seconde période, le CSBJ est officiellement relégué en Pro D2 au soir de cette 21e journée. Avec 28 points de retard sur le premier non-relégable, La Rochelle, et plus que 25 points mis en jeu (bonus offensifs compris), le club isérois, s'il ne se faisait plus d'illusions depuis bien longtemps, est condamné. Reste à préparer la saison prochaine et à anticiper un exode, déjà entamé, de ses meilleurs joueurs.