La 19e journée au crible

  • A
  • A
La 19e journée au crible
Partagez sur :

Comme de coutume, la 19e journée de Ligue 1, la dernière avant la phase aller et la trêve de Noël, a été riche en rebondissements. Le PSG a su profiter des contre-performances de Montpellier à Evian (2-4), de Lyon à Valenciennes (0-1) et du scénario invraisemblable ente Lille et Nice (4-4) pour décrocher le titre honorifique de champion d'automne. De son côté, l'OM poursuit sa remontée, alors que Sochaux dégringole.

Comme de coutume, la 19e journée de Ligue 1, la dernière avant la phase aller et la trêve de Noël, a été riche en rebondissements. Le PSG a su profiter des contre-performances de Montpellier à Evian (2-4), de Lyon à Valenciennes (0-1) et du scénario invraisemblable ente Lille et Nice (4-4) pour décrocher le titre honorifique de champion d'automne. De son côté, l'OM poursuit sa remontée, alors que Sochaux dégringole. LE TOP : Paris Le Paris Saint-Germain a réalisé la très bonne opération de cette 19e journée en s'imposant à Saint-Etienne (1-0). Un déplacement forcément délicat qui venait de surcroît clore une série de 3 matches en 8 jours. Les Parisiens ont su se montrer réalistes pour prendre l'avantage et volontaire pour tenir le résultat. S'imposer à Geoffroy-Guichard représente un très bon résultat, il l'est d'autant plus que les trois autres prétendants au titre honorifique de champion d'automne ont coincé. Montpellier a chuté à Evian (2-4), Lyon s'est incliné à Valenciennes (0-1) tandis que Lille a été tenu en échec par Nice (4-4) si bien que le PSG en profite pour boucler la mi-championnat avec trois longueurs d'avance sur Montpellier. Au passage, il s'agit du deuxième meilleur bilan à la trêve pour Paris. Mais cela n'a pas suffi à Antoine Kombouaré, qui s'est vu signifier son licenciement ce jeudi. LE FLOP : Sochaux Sochaux n'est plus que l'ombre de l'équipe qualifiée la saison dernière pour la Ligue Europa. A mi-championnat, la formation franc-comtoise occupe une peu reluisante 19e place, plongée pour la première fois de la saison dans la zone de relégation. La faute à une nouvelle défaite, la troisième de suite, concédée mercredi à domicile face à la lanterne rouge, Ajaccio (0-2). "C'est très dur. Je m'imaginais tout sauf vivre ça avec Sochaux", reconnaissait Mecha Bazdarevic, dépité dans les travées de Bonal. Le divorce entre l'équipe et le public est presque consommé et la trêve ne pouvait guère mieux arrivée. Car si Sochaux veut éviter une descente aux enfers, il lui faudra retrouver de l'allant mais aussi définitivement régler les cas des agitateurs de vestiaires Maïga et Anin, tellement décidés à quitter le Doubs qu'ils ont fini par pourrir l'atmosphère. Fans de l'école buissonnière, les deux éléments, importants dans le dispositif sochalien, doivent quitter le navire pour le bien de l'équipe. "L'intérêt du club doit passer avant les intérêts personnels.", pestait Bazdarevic hier soir. Ses dirigeants l'entendront-ils ? LE JOUEUR : Mathieu Valbuena Remplaçant face au PSG (3-0), puis face à Caen (2-1), Mathieu Valbuena a prouvé qu'il avait de l'orgueil lors de son entrée décisive sur la pelouse du Borussia Dortmund, où son but a permis à l'OM d'obtenir son billet pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Depuis, l'international tricolore, qui n'avait pas été appelé par Laurent Blanc pour les matches amicaux face aux Etats-Unis et la Belgique en novembre, a retrouvé une place de titulaire et enchaîné les bons résultats. Auteur de l'égalisation face à Lorient, puis passeur décisif pour le but de la victoire de Cheyrou (2-1), le milieu de terrain a de nouveau été l'un des grands artisans du succès phocéen face à Nancy mardi (3-1), avec un but et une nouvelle passe décisive pour Lucho en fin de match. Meilleur passeur du championnat avec neuf caviars adressés en 17 rencontres, le natif de Bruges en Gironde apparaît aujourd'hui indispensable à Didier Deschamps, qui a su mettre de côté sa relation parfois compliquée avec le joueur de 27 ans, pour profiter de son efficacité et tirer l'OM, remonté à la sixième place avant la trêve, vers le haut. LA PHRASE : "J'espère qu'ils vont passer de mauvaises fêtes" (René Girard) C'est un René Girard très remonté après ses joueurs qui a quitté le Parc des Sports d'Annecy mercredi, après la défaite de Montpellier contre Evian-Thonon-Gaillard (4-2). Avant de quitter la Haute-Savoie, l'entraîneur montpelliérain avait livré ses quatre vérités en conférence de presse mais aussi devant les caméras de Foot+. "Ce qui me déçoit, ce n'est pas le résultat mais plutôt le comportement de mon équipe, qui a été très décevante dans les fondamentaux du football", regrettait Girard, qui par ailleurs ne contestait pas la mauvaise passe de son équipe. "Oui, on peut dire que nous sommes à bout de souffle. Espérons que cela ne soit pas autre chose, des têtes qui enflent trop vite. Quand nous sortons des fondamentaux, nous devenons une équipe très banale." Malgré leur belle deuxième place, les partenaires de Mapou Yanga-Mbiwa ont vraiment fâché leur entraîneur avant Noël, lequel "espère qu'ils vont passer de mauvaises fêtes." Une fin d'année en eau de boudin pour les Montpelliérains. LA STAT : 4 Comme le nombre de buts inscrits par Lille et par Nice, mercredi soir au Stadium, lors d'un match complètement fou (4-4). C'est la première fois depuis octobre 2004 et leur invraisemblable succès à Monaco (4-3 alors qu'ils étaient menés 3 à 0 à l'heure de jeu) que les Aiglons inscrivent quatre buts hors de leur base. Depuis le début de l'actuel exercice, ils n'avaient même frappé qu'à trois reprises loin du Stade du Ray. De son côté, Lille n'avait encaissé que huit buts en dix-huit matches à Villeneuve-d'Ascq. LE SONDAGE Vous avez été très nombreux à vous exprimer à l'issue de la 19e journée. Et c'est le match nul complètement fou entre Lille et Nice (4-4) qui a principalement retenu votre attention (26%). Un sondage particulièrement serré puisque le PSG champion d'automne après son succès à Saint-Etienne recueille 25% des suffrages tandis que le succès de l'OM à Nancy suit de très près avec 23% des votes. Vous avez été moins inspirés par le revers de Montpellier qui perd la tête à Evian (18%) tandis que le coup d'arrêt de Lyon à Valenciennes n'a guère retenu votre attention (8%).