La 17e journée au crible

  • A
  • A
La 17e journée au crible
Partagez sur :

Chaque lundi, la rédaction revient sur les faits marquants du week-end en Ligue 1. Au bilan de cette 17e journée, on a retenu les confirmations de Lille et du PSG en tête de la Ligue 1, avec un toujours indispensable Nenê, l'excellente série de l'OL, au contraire de Monaco et Lens en chute libre. Sans oublier le peu de buts inscrits et le coup de coude d'Emir Spahic sur Nolan Roux.

Chaque lundi, la rédaction revient sur les faits marquants du week-end en Ligue 1. Au bilan de cette 17e journée, on a retenu les confirmations de Lille et du PSG en tête de la Ligue 1, avec un toujours indispensable Nenê, l'excellente série de l'OL, au contraire de Monaco et Lens en chute libre. Sans oublier le peu de buts inscrits et le coup de coude d'Emir Spahic sur Nolan Roux. LE TOP : Lyon Le sourire est revenu sur le visage de Jean-Michel Aulas et de ses Lyonnais. Le président de l'OL rayonnait dimanche dans les couloirs du stade de Gerland après la victoire de son équipe sur Toulouse (2-0). A égalité de points avec le premier relégable, Nancy, à l'issue de la 8e journée, les coéquipiers de Cris se retrouvent aujourd'hui troisièmes, à deux petites longueurs du leader lillois. Si le classement n'est encore qu'anecdotique à ce stade de la saison, et vu le relatif faible écart dans la première partie du tableau (neuf équipes en six points), l'OL est redevenu constant. En témoignent ce 10e match de rang sans défaite, une première cette saison en Ligue 1, et un duo d'attaque Lisandro-Gomis efficace, auteur des deux buts contre le TFC. La crise de résultats évoqués il y a encore quelques semaines a disparu même si dans la semaine, la performance contre Hapoel Tel-Aviv en Ligue des champions (2-2) inquiétait encore. "On a livré un très bon match dans le contenu, dans la structure et la gestion. Même si on a relâché pendant un quart d'heure après le premier but, on a su être consistant jusqu'au bout", se réjouissait l'entraîneur rhodanien Claude Puel, rapporte Le Progrès. C'est donc avec un moral d'acier que les Lyonnais défieront des Marseillais diminués (privés de Diawara et Mbia) dimanche soir au Vélodrome. LE FLOP : Monaco Deux victoires en 17 matches. Ce chiffre suffit à cristalliser la situation critique dans laquelle se trouve le club du Rocher. Les joueurs de Guy Lacombe doivent le fait de ne pas être relégables à une meilleure différence de buts que celles de Caen et Lens, qui comptent le même nombre de points (15). Le coach de l'ASM, expulsé dimanche à Louis-II contre Saint-Etienne (0-2) à l'heure de jeu pour contestation trop véhémente envers le corps arbitral, est peut-être en danger. L'équipe doit en tout cas tenter de réagir, la semaine prochaine à Paris puis face à Sochaux en Principauté. Mais a-t-elle encore les capacités et l'envie de se révolter ? LE JOUEUR : Nenê (PSG) Si l'AS Monaco avait pu le retenir... En grosse difficulté cette saison, deux victoires en 1è matches, les Monégasques regrettent évidemment le départ de Nenê l'été dernier pour la capitale. Le Brésilien flambe week-end après week-end avec le PSG qu'il porte quasiment tout seul sur les hauteurs de la Ligue 1. Samedi soir à Valenciennes, le gaucher a offert les trois points à la formation de Kombouaré (2-1) en inscrivant un doublé décisif dont une frappe enroulée de toute beauté, portant son total à 11 depuis le début de la saison, soit plus d'un tiers des buts marqués par le club de la capitale (28), à un point du leader lillois. A ce rythme, Anderson Luiz de Carvalho aura rapidement dépassé son bilan de la saison dernière avec l'ASM (14 buts en 34 matches) et poussera fort aux portes de la Seleçao qu'il désire rejoindre ardemment. LA STAT : 14 Comme le nombre de buts inscrits au cours de la 17e journée, le total le plus faible depuis le début de la saison. Un chiffre assez inquiétant car le froid et les conditions de certaines pelouses n'excusent pas tout. Le jeu développé par les footballeurs de la Ligue 1 a été plutôt terne ce week-end, comme en témoigne Caen-Nice (0-0) et son seul tir cadré de la partie. Le sommet de la médiocrité a été atteint dimanche soir avec un Bordeaux-Rennes (0-0) qualifié de "match pourri" par Frédéric Antonetti, le coach breton. LA PHRASE : "Spahic mérite d'être suspendu, et l'arbitre aussi d'ailleurs", Alex Dupont (Brest) Le coach breton pointe le coup de coude reçu par son attaquant Nolan Roux, victime d'Emir Spahic, le défenseur central héraultais, lors de Brest-Montpellier (0-0). "Evidemment qu'il y avait coup de coude, mais je n'avais pas vu que c'était de cette violence-là, a-t-il déclaré sur France Bleu Breizh Izel. Que l'arbitre ne l'ait pas vu, c'est quand même incroyable Le joueur doit être sanctionné et l'arbitre est là aussi pour surveiller l'intégrité des joueurs. Il n'a pas le droit de ne pas avoir vu un geste comme celui-là. J'attends des excuses de l'arbitre et du joueur", poursuit Dupont. Le plus fort peut-être reste Spahic qui, dans les colonnes de L'Equipe, nie en bloc: "C'est Roux qui m'a fait mal." LE SONDAGE Le doublé de Nenê à Valenciennes (1-2) - 33% - qui permet au PSG de conserver sa deuxième place, et la maîtrise de l'OL face à Toulouse (2-0) - 32% - ont retenu en premier votre attention avec des votes, devant le nul sévère (1-1) de l'OM à Auxerre (13%), et le médiocre Bordeaux-Rennes (0-0) avec 11%. Suivent la victoire du leader lillois à Arles-Avignon (0-1) et la nouvelle défaite de Lens contre Lorient (0-3), qui enfonce les Sang et Or dans la crise, avec respectivement 8% et 3%.