La 16e journée au crible

  • A
  • A
La 16e journée au crible
Partagez sur :

Déjà auteur d'un triplé le week-end dernier, Olivier Giroud a encore marqué la 16e journée de Ligue 1 de son empreinte, en délivrant trois passes décisives, le tout, saupoudré d'un nouveau but, lors de la victoire du MHSC face à Lorient (4-0). Parmi les autres événements marquants, on pourra noter un Jonathan Zebina mécontent, un Ménez dans l'histoire du PSG, et un OM qui continue de grimper.

Déjà auteur d'un triplé le week-end dernier, Olivier Giroud a encore marqué la 16e journée de Ligue 1 de son empreinte, en délivrant trois passes décisives, le tout, saupoudré d'un nouveau but, lors de la victoire du MHSC face à Lorient (4-0). Parmi les autres événements marquants, on pourra noter un Jonathan Zebina mécontent, un Ménez dans l'histoire du PSG, et un OM qui continue de grimper. LE JOUEUR : Olivier Giroud (Montpellier) Déjà locataire de cette rubrique la semaine dernière, Olivier Giroud est de nouveau incontournable cette semaine, après sa prestation livrée face à Lorient (4-0). Auteur d'un but et de trois passes décisives, l'attaquant héraultais a de nouveau écrasé la rencontre de toute sa classe. "On s'est facilité la tâche en seconde période, même si en première, Lorient nous a posé des problèmes, a confié l'attaquant international devant les caméras de Foot+. Quand je peux faire marquer les copains, je n'hésite pas. Les solutions viennent toutes seules. C'est différent de marquer, mais c'est gratifiant de donner des ballons de but." LE TOP : Marseille Petit à petit, l'Olympique de Marseille grappille, et fait peu à peu son retour dans le haut du classement. En allant s'imposer à Caen, vendredi (2-1), les Olympiens sont ainsi passés à la 7e place, à 7 points du podium. Sur une série de cinq victoires en six matches, les Marseillais sont prêts à de nouveau viser au moins une place européenne. "C'était important de confirmer après la victoire remportée face à Paris (3-0). On savait que ce match allait être difficile pour nous. On a réussi à bien le négocier et on gagne ce soir (vendredi), c'est l'essentiel, explique Steve Mandanda, sur le site officiel du club. On a peut-être pris conscience qu'on ne faisait pas tout ce qu'il fallait pour être en haut. Sur le match du PSG, on a démontré qu'on avait de meilleures qualités que celles développées jusque-là. Il fallait confirmer, on l'a fait. Il reste trois matches avant la trêve, il va falloir garder cela pour gagner un maximum de matches et puis se rapprocher le plus possible de la tête." LE FLOP : Rennes Incorrigible Rennes. Alors qu'elle était jusque-là la meilleure équipe à l'extérieur, avec 15 points pris hors de ses bases, l'équipe de Frédéric Antonetti est allé se prendre les pieds dans le tapis à Nice (2-0). "Nous sommes trop mal rentrés dans la partie, pourtant on savait que Nice allait jouer direct et partir fort. Il fallait tenir le ballon, ce que nous n'avons pas su faire durant la première demi-heure. On prend 2 buts en 30 minutes, c'est compliqué. Je ne pense pas que c'était un manque d'envie", explique le coach rennais, sur le site du club. De son côté, Benoît Costil, qui a provoqué un penalty, ne se voile pas la face: "On a rien fait ce soir et on ne mérite rien". LA PHRASE : "On se fait planter sur une connerie ", Jonathan Zebina (Brest) C'est la polémique arbitrale du week-end. Contraint de sortir du terrain pour changer de chaussures, Jonathan Zebina a pâti d'un manque de communication entre le 4e arbitre et l'arbitre central, M. Bastien, puisqu'il n'a pu revenir rapidement sur le pré, et Saint-Etienne en a profité pour égaliser par Pierre Aubameyang (2-2). "J'essaye de remettre mes chaussures le plus rapidement possible. Je ne sais pas ce qu'il se passe, après, il y a énormément de temps qui s'est écoulé une fois que j'étais prêt. Le problème c'est que sur l'action... enfin je ne comprends pas... Il y a trop de temps, il aurait pu me faire rentrer tranquillement, a expliqué le défenseur breton, devant les caméras de Foot+. On s'est énervé mais je pense qu'il y a de quoi. Les arbitres ne sont pas venus pour nous voler, je ne pense pas. Le seul problème, c'est qu'on fait un bon match, plein de caractère et on se fait planter sur une connerie. Alors écoutez, que ce soit une connerie autant que ce soit la mienne, pas celle de l'arbitre. Mais honnêtement, j'avais tout le temps de rentrer." LA STAT : 2000 (PSG) En marquant le deuxième but du Paris Saint-Germain, dimanche, face à Auxerre (3-2), Jérémy Ménez est entré dans les l'histoire du club, puisqu'il a signé le 2000e but de l'histoire du club. Le premier but avait été inscrit le 25 août 1971 par Jean-Claude Bras, tandis que le 1000e a été marqué par Zlatko Vujovic, le 24 mai 1991. "Ça me fait plaisir, car je suis Parisien. Mais le plus important, ce sont les trois points", note le milieu offensif, dans les colonnes du Parisien. LE SONDAGE C'est la large victoire de Montpellier face à Lorient, qui a retenu votre attention, ce week-end, avec un total de 55% des suffrages. Derrière, vous avez également retenu la victoire de l'OM à Caen, ce qui permet aux Olympiens de continuer leur remontée au classement (21%). Enfin, la victoire étriquée du PSG face à Auxerre a également trouvé grâce à vos yeux avec 13% des suffrages. En revanche, la victoire de Lyon face à Toulouse (7%), et la défaite rennaise à Nice (4%), restent selon vous anecdotiques.