La 14e journée au crible

  • A
  • A
La 14e journée au crible
Partagez sur :

La 14e levée du championnat a permis l'avènement d'un nouveau leader, Lille, vainqueur de Monaco (2-1) dimanche soir, au terme d'une journée qui aura connu pas moins de cinq leaders différents. Bordeaux n'en est pas encore là, mais dans le sillage de Modeste, les Girondins, vainqueurs à Arles-Avignon (2-4), remontent la pente. C'est tout l'inverse pour Saint-Etienne, qui laisse filer le wagon européen.

La 14e levée du championnat a permis l'avènement d'un nouveau leader, Lille, vainqueur de Monaco (2-1) dimanche soir, au terme d'une journée qui aura connu pas moins de cinq leaders différents. Bordeaux n'en est pas encore là, mais dans le sillage de Modeste, les Girondins, vainqueurs à Arles-Avignon (2-4), remontent la pente. C'est tout l'inverse pour Saint-Etienne, qui laisse filer le wagon européen. LE TOP : Lille Cette fois, Lille n'a pas raté le coche. Trop souvent habitué à gâcher les bonnes opportunités qu'il arrive à se créer, le Losc a longtemps cru que ce mauvais penchant allait le poursuivre, mais Obraniak, entré en cours de jeu, a fait plier Monaco (2-1) à moins d'un quart d'heure du terme, dimanche soir. Et les Nordistes se sont finalement emparés du fauteuil de leader, ce que Rudi Garcia préfère cependant relativiser. "On apprécie forcément notre première place, mais je n'oublie pas que nous sommes sept équipes en deux points, peut-être huit si Lyon s'impose ce soir. Tout peut ainsi vite changer sur les prochaines semaines", tempère l'entraîneur des Dogues, qui retient plutôt les nombreuses occasions obtenues par la meilleure attaque de Ligue 1. "On a vu un LOSC comme je l'aime, porté vers l'offensive", se réjouit Garcia, qui avait aligné quatre attaquants au coup d'envoi: Frau, Gervinho, Sow et Hazard, ce dernier étincelant. "J'ai fait un bon match, c'est sûr que sur les buts je suis impliqué. C'est tout ce qu'on demande à un joueur", confie le prodige belge. Avec une telle force de frappe, et cette position de leader après 14 journées, les Nordistes refusent pourtant de se voir comme des candidats au titre. "Je vous rappelle ce que je vous ai dit après Marseille: on a perdu contre l'OM et Lyon, les deux principaux prétendants. On en reparlera si on fait des résultats contre ces formations lors de la phase retour...", rappelle Garcia, dont le discours est en partie repris par ses joueurs. "Pour le titre, on aura notre mot à dire, mais on vise les cinq premières places", annonce Hazard. LE FLOP : Saint-Etienne Saint-Etienne n'avance plus. Depuis leur victoire à Gerland lors du derby (0-1), les Verts, alors leaders, ne se sont plus imposés en Ligue 1. Cela remonte à fin septembre, et commence à s'éterniser (6 matches sans succès). La baisse de régime prévisible de Dimitri Payet, sur une autre planète il y a quelques semaines, symbolise le coup de mou vécu par les hommes de Christophe Galtier. "Le verre est à moitié plein ce soir, positive l'entraîneur des Verts sur RMC, après le nul contre Auxerre (1-1). Par rapport à notre dernier match, celui-ci fut plus intéressant dans son contenu face un adversaire européen qui reste sur une bonne série en championnat. On a fait un match assez plein. Mon équipe s'est livrée à fond en deuxième mi-temps et on mérite cette égalisation. Au vu de notre période actuelle, il faut apprécier ce point. Je suis un peu rassuré parce que l'équipe n'a pas baissé les bras. Ça reste un bon match de notre part." Saint-Etienne semble redescendu sur terre. Et se retrouve désormais décroché de la course à l'Europe. LE JOUEUR : Anthony Modeste (Bordeaux) Sans faire de bruit, Bordeaux s'est installé dans le Top 8, et ne pointe qu'à deux points du leader lillois, et à hauteur de Brest, Lyon et Marseille. Sans faire de bruit, mais aussi sans vraiment convaincre dans le jeu. Une semaine après un succès obtenu sur une énorme erreur d'arbitrage contre Nancy (2-1), les Girondins l'ont emporté à Arles-Avignon (2-4) dimanche, bien aidés par l'expulsion de Laurenti en première période, et par l'incroyable apathie de la défense provençale. Anthony Modeste en a profité pour inscrire son premier triplé en Ligue 1, mais il est loin de s'en contenter. "Je ne réalise pas vraiment, a confié l'ancien Niçois à Sud-Ouest. C'est la première fois de ma carrière que je marque trois buts. C'est déjà bien, mais alors avec les Girondins, ça me fait encore plus plaisir. Pour autant, je ne me contente pas de ça, je préfère retenir les buts que je n'ai pas marqués. (...) J'aurais pu faire mieux. Ce soir, je ne suis pas particulièrement content de ma prestation. À chaque match, j'essaie de grimper d'une marche. Je suis exigeant avec moi. Ces derniers temps, vous m'avez peut-être trouvé en progrès, mais moi pas. Je suis un éternel insatisfait. Je ne veux pas m'enflammer." LA PHRASE : "Je leur pisse à la raie", de Louis Nicollin, président de Montpellier. Dans le style si particulier qu'on lui connaît, Louis Nicollin a répondu par avance aux mauvaises langues qui pourraient considérer le fait de voir une "petite" équipe comme le MHSC en tête du classement comme une mauvaise chose pour la Ligue 1. "Je leur pisse à la raie. Ce n'est pas bien répondu, hein ?, s'est amusé Nicollin en conférence de presse. C'est scandaleux. Mais quand Brest est leader, on se fout de leur gueule. Alors il faudrait toujours que ça soit Marseille, Lyon qui soient devant ? Les Stéphanois, eux quand ils ont été en tête, ils ont eu un énorme teston." (sic) LA STAT : 5 Comme le nombre d'équipes qui auront occupé virtuellement la tête du classement au cours de la 14e journée de Ligue 1. Leader au coup d'envoi des premiers matches, à 19 heures, Brest n'a pas vraiment fait honneur à ce statut. Les hommes d'Alex Dupont ont cédé face à Rennes (2-1), sans vraiment inquiéter les Rouge et Noir, qui ont été sur le trône pendant une minute, entre l'ouverture du score de Jirès Kembo-Ekoko, et celle de Guillaume Hoarau face à Caen (2-1 pour un PSG au firmament l'espace de deux heures. Le temps pour Montpellier de s'emparer de la première place en remportant un triste match à Nice (0-1), samedi à 21 heures. Puis, dimanche, c'est finalement Lille qui a eu le dernier mot, après sa victoire contre Monaco (2-1). Une nouvelle preuve de la densité de la L1, qui voit toutefois huit équipes se détacher en tête: Lille, Montpellier, Paris, Rennes, Marseille, Brest, Bordeaux et Lyon. LE SONDAGE : Le retour des gros clubs comme Lyon et Bordeaux dans le wagon de tête (32%), ainsi que la densité du haut de tableau, symbolisée par les deux points d'écart entre Lille, leader, et Lyon, huitième (29%) sont pour vous les deux éléments notables à l'issue de la 14e journée de Ligue 1. Vous avez aussi retenu la prise de pouvoir de Lille (20%), bien plus en tout cas que la victoire étriquée de l'OM à trois jours d'un match importantissime en Ligue des champions (9%), que la deuxième place de Montpellier (6%), ou que le surplace de Saint-Etienne (5%).