La 13e journée au crible

  • A
  • A
La 13e journée au crible
Partagez sur :

Si la 13e levée de Ligue 1 n'a souri à aucun des six premiers du classement général, elle a en revanche permis à l'Olympique de Marseille de se replacer au classement général, grâce à sa victoire sur Nice (2-0). Le calvaire d'Aly Cissokho, la lassitude d'Eric Roy et la piètre performance de Javier Pastore sont également au menu de cette 13e journée au crible.

Si la 13e levée de Ligue 1 n'a souri à aucun des six premiers du classement général, elle a en revanche permis à l'Olympique de Marseille de se replacer au classement général, grâce à sa victoire sur Nice (2-0). Le calvaire d'Aly Cissokho, la lassitude d'Eric Roy et la piètre performance de Javier Pastore sont également au menu de cette 13e journée au crible. LE JOUEUR : Aly Cissokho (Lyon) Si la cérémonie des Trophées UNFP avait lieu courant novembre, il est à parier que le fantasque Philippe Guillard (dit la Guille) s'empresserait de remettre un "Marcel d'Or" à Aly Cissokho pour sa performance de haute-voltige face à Sochaux (1-2). Titularisé sur son côté gauche, le défenseur lyonnais a sabordé à lui tout seul le navire lyonnais lors du premier acte, en inscrivant un but contre-son-camp dès la 9e minute de jeu puis en concédant un penalty, transformé par Ryad Boudebouz, peu avant la pause (44e). "C'était un soir sans réussite pour l'équipe et pour moi aussi. Il y a eu cette action du premier but, puis ensuite ce penalty que je concède. Il faudrait que je revoie les images, mais je pense que mon adversaire joue bien le coup. Je touche le ballon, peut-être aussi le joueur. Disons que les deux fois, je n'ai pas trop de chance quand même", souligne l'ancien latéral gauche de Porto dans les colonnes du Progrès, quelque peu médusé par la tournure des évènements. LE TOP : Marseille Non pas que l'Olympique de Marseille ait proposé une prestation de gala face à Nice (2-0), loin de là, mais, contrairement au début de saison où ils laissaient échapper des points à droite et à gauche, les Phocéens ont récemment appris à gérer certaines rencontres, aussi bafouées soient-elles, pour ressortir avec les trois points de la victoire en poche. Et c'est bien là l'essentiel. Enlisé dans le ventre mou du championnat depuis le début de saison, l'OM s'est refait la cerise en remportant ses trois dernières rencontres de championnat face à Ajaccio (2-0), Dijon (3-2) et Nice (2-0). "On est sur une bonne dynamique avec une moyenne de points, depuis Lyon, qui est meilleure. On n'a pas affronté les premiers de la classe mais il faut tout de même gagner les matches. Il faut prendre les points même contre les plus petits avant d'en prendre contre ceux qui sont devant nous", insiste Didier Deschamps sur le site officiel de l'OM. La réception de Montpellier et un déplacement des plus périlleux à Paris devraient permettre d'en connaître un peu plus sur les ambitions retrouvées de l'OM. LE FLOP : Lille Neutralisé par le voisin valenciennois (0-0) le week-end passé, le Losc a de nouveau marqué le pas, samedi, face à Evian-Thonon (1-1), dans son antre du Stadium Nord Lille Métropole. Ajoutez à cela un nouveau revers en Ligue des champions face à l'Inter Milan (2-1), en milieu de semaine, et voilà le champion de France plongé entres doutes et incertitudes. Car, outre le revers en lui-même face au promu haut-savoyard, c'est surtout la performance en demi-teinte des Lillois qui est sujette à inquiétude. "Ce qui devait arriver est arrivé. On aurait pu le prévoir. Quand on n'a pas les ressources, c'est compliqué", déplore Rudi Garcia, déçu de ne pas avoir été plus considéré par la LFP qui a contraint les Dogues à jouer samedi, soit trois jours seulement après leur match européen face à l'Inter. "Quand on vous refuse un but valable, c'est compliqué, et quand on ne siffle pas une faute évidente dans la surface, c'est compliqué. Au moins, on n'a pas perdu. Ça parait quand même injuste, non ?", insiste le coach des Dogues en conférence de presse. Reste que les excuses du calendrier infernal et d'un arbitrage en défaveur du Losc ne peuvent à elles seules masquer la performance de moyen-rang face à Evian-Thonon. LA STAT : 0 (Javier Pastore) Encensé par la presse depuis son arrivée dans la capitale, où il a pu démontrer match après match toute l'étendue de sa palette technique avec le Paris Saint-Germain, Javier Pastore a dévoilé son côté obscur face à Bordeaux (1-1), dimanche, lors de la 13e journée de Ligue 1. Habitué à régaler ses supporters de par ses dribbles chaloupés, dont lui seul a le secret, et à mettre à contribution les portiers français via des frappes en angle impossible, l'attaquant argentin était proche du zéro pointé, ce week-end, sur la pelouse de Chaban-Delmas, avec aucun tir cadré et aucun dribble réussi à son compteur personnel. De quoi le faire rapidement redescendre de son nuage, à l'instar de ses plus fervents admirateurs. LA PHRASE : "Ça commence à me gonfler sérieusement", Eric Roy (Nice) Eric Roy n'a que très peu goûté à la nouvelle défaite concédée face à Marseille (2-0), dimanche, au Vélodrome. Déçu d'avoir à nouveau fait chou blanc hors de ses bases, l'entraîneur des Aiglons s'est dit lassé de rabâcher les mêmes constats en conférence de presse d'après-match. "J'en ai un peu marre car j'ai l'impression de faire toujours les mêmes analyses. Dans le contenu, il y a des choses, on est largement à la hauteur de l'adversaire, et à l'arrivée on s'incline. Donc ça commence à me gonfler sérieusement, tout simplement. L'analyse, je vous laisse la faire, moi ce qui m'intéresse c'est de gagner des points et ce soir on repart encore avec zéro point", déplorait ainsi le technicien azuréen avant de livrer son opinion sur la panenka de Loïc Rémy face à son ancien club. "Chacun pourra se forger sa propre opinion. Est-ce bien d'infliger cela à un gardien avec qui tu as travaillé pendant trois ans ? Je ne sais pas. S'il y en a dans notre effectif qui trouvent que c'est bien, c'est là où je dis que l'on est des gentils garçons". A bon entendeur ! LE SONDAGE Le fait marquant de cette 13e journée de Ligue 1 restera, pour 41% d'entre vous, l'incapacité des six premiers, à savoir Paris, Montpellier, Lille, Lyon, Rennes, Toulouse, à empocher les trois points de la victoire. Le troisième succès de rang de l'Olympique de Marseille, qui se replace au classement général, a également attiré votre attention (31%). Par ailleurs, la prestation en demi-teinte du PSG face à Bordeaux (1-1) n'est pas restée inaperçue (17%) à vos yeux. En revanche, le succès d'Auxerre face au TFC (4%), le carton de Caen devant Dijon (4%) et la deuxième victoire de la saison de Nancy (3%) ne vous ont pas intéressés outre-mesure.