La 13e journée au banc d'essai

  • A
  • A
La 13e journée au banc d'essai
Partagez sur :

Battu samedi à Castres (23-13), Perpignan glisse dangereusement au classement pour pointer au 10e rang au terme de la phase aller, à sept points déjà de la sixième place occupée par... les Castrais. Une situation préoccupante à laquelle échappe Clermont grâce à sa victoire contre le leader toulousain tandis que dans la course au maintien, Agen a réussi un coup en s'imposant à Brive.

Battu samedi à Castres (23-13), Perpignan glisse dangereusement au classement pour pointer au 10e rang au terme de la phase aller, à sept points déjà de la sixième place occupée par... les Castrais. Une situation préoccupante à laquelle échappe Clermont grâce à sa victoire contre le leader toulousain tandis que dans la course au maintien, Agen a réussi un coup en s'imposant à Brive. DANS LE VESTIAIRE DE : Perpignan Quel mal touche Perpignan ? Championne d'automne la saison dernière, première du classement à l'issue de la saison régulière, finaliste sortant, championne de France en 2009, l'Usap pointe aujourd'hui à la 10e place du classement à l'issue de la phase aller de l'exercice 2010-2011, à sept longueurs de la sixième place qualificative pour les phases finales du championnat et à quinze points du leader toulousain. L'écart se creuse au terme de la défaite concédée samedi à Castres (23-13), le quatrième match sans victoire des Catalans. Suffisant pour pousser les joueurs à se réunir pendant une dizaine de minutes dans les vestiaires de Pierre-Antoine, à l'abri des regards indiscrets et en l'absence du staff invité à patienter de l'autre côté de la porte, pour se dire les choses en face. Lesquelles ? On ne le saura pas. "On s'est fixé des objectifs", s'est contenté de répondre David Marty, rapporte le site officiel du club. Comment expliquer alors les raisons de cette nouvelle défaite. "Je ne crois pas qu'on ait raté ni la première période, ni le match", estime le centre international. "On a la possession, on a les occasions." Mais pas la finition. "On manque de concentration, de réussite", précise-t-il. "On fait trop de fautes. Je vais mettre ça sur l'envie de bien faire. Tout le monde avait envie de bien faire, par rapport au match de Toulon, mais on s'est trompé", renchérit Nicolas Mas, le capitaine catalan. "On a donné le bâton pour se faire battre", peste de son côté Jacques Brunel. "Il y a eu des cadeaux trop rapides qui ont déséquilibré la rencontre." L'entraîneur de l'Usap fait référence à ces trois ballons de contre exploités par les Castrais en première période. Il n'évoque pas toutes ces occasions gâchées par ses joueurs en seconde période. Source d'optimisme pour Marty. "Sur notre rugby, il n'y a pas de quoi être alarmiste. Sur notre classement, un peu plus", avance l'international. A l'entendre, la porte de sortie existe. "On sait qu'on est dans une course-poursuite et que ça va durer jusqu'au mois d'avril. On en a réussi d'autres, on va tâcher de réussir celle-là aussi", conclut Brunel. Il reste 13 matches, dont sept à l'extérieur, à Perpignan pour basculer dans les six premiers du classement. LA PHRASE : "C'est ce genre de matches qu'il nous faut. " (De Vern COTTER, entraîneur de l'ASM Clermont-Auvergne sur RMC après la victoire 32-25) sur Toulouse) Vern Cotter, l'entraîneur des Champions de France clermontois, a apprécié la victoire (32-25) de ses hommes samedi, sur leur pelouse de Marcel-Michelin aux dépens des Champions d'automne toulousains. Un succès de nature à bien préparer le double rendez-vous européen des Auvergnats face aux Irlandais du Leinster ces deux prochains week-ends: "C'est ce genre de matches qu'il nous faut. Des rencontres qui peuvent basculer rapidement d'un côté comme de l'autre, souligne le technicien néo-zélandais. Il faut que l'on continue à développer notre jeu. Avec un accélérateur comme Morgan (Parra, ndlr), des avants capables de porter le ballon et les qualités de nos trois-quarts, on peut véritablement donner du rythme à nos matches et plus seulement chercher à gérer le score. Il faut pour cela que les joueurs prennent confiance dans leurs points forts. Ça commence à venir et j'espère qu'on fera la même chose la semaine prochaine." LE JOUEUR : Geoffroy MESSINA (RC Toulon) Auteur vendredi, à Mayol, du premier essai d'un joueur français pour Toulon cette saison lors de la victoire (29-13) du RCT sur Montpellier en ouverture de la 13e journée du Top 14, Geoffroy Messina, pourtant encore placé dans l'ombre encombrante de l'idole Sonny Bill Williams, présente dans les tribunes pour l'occasion, tenait à envoyer un message à ses détracteurs, qui comme ses partenaires de la ligne de trois-quarts toulonnaise, lui reproche de ne pas assumer la succession de "SBW". "Depuis quelques semaines, on n'a que des articles dans la presse, où je suis dans les flops du recrutement toulonnais parce que je n'apporte pas ce qu'apportait Sonny Bill Williams en attaque l'année dernière, commentait Messina dans Jour de Rugby. Moi, je ne suis pas Sonny Bill Williams, je prends mes marques, ça ne fait que quatre mois que je m'entraîne avec l'équipe. Je rentre dans le projet de jeu..." LA STAT : 1 653 Cela faisait 1 653 jours très exactement que le SU Agen n'avait plus goûté la victoire à l'extérieur en Top 14. Une saveur retrouvée samedi, dans le cadre de la 13e journée du Top 14, sur la pelouse du stade Amédée-Domenech, où les promus ont, qui plus est, signé leur premier succès bonifié de la saison (30-12) aux dépens de Brivistes en déroute auxquels les Lot-et-Garonnais ont abandonné leur place de relégable, une zone rouge dont ils s'extraient pour la première fois. La dernière victoire loin de ses bases remontait pour le SUALG au 27 mai 2006, dernière journée de la saison régulière, qui avait vu Agen s'imposer (51-20) à Mayol face à un RC Toulon déjà relégué. "C'est carton plein aujourd'hui, s'enthousiasmait samedi Valentin Courrent, l'ouvreur et buteur agenais. Au classement, on leur repasse devant, ça fait vraiment du bien une première victoire à l'extérieur cette saison. On avait enchaîné pas mal de défaites, j'espère qu'on enchaînera autant de victoires..."