La 11e journée au banc d'essai

  • A
  • A
La 11e journée au banc d'essai
Partagez sur :

Déjà évidente face à l'Usap, la montée en puissance du Stade Toulousain, encore aiguillonnée par la non-sélection de plusieurs cadres, a broyé Toulon à l'occasion d'une 11e journée du Top 14, qui marque la prise de pouvoir des Rouge et noir au classement. Moins de réussite pour le néo-international Yohann Huget, dont l'Aviron Bayonnais ne répond plus. L'ASM signe un essai d'anthologie. Et Brive flirte avec la crise.

Déjà évidente face à l'Usap, la montée en puissance du Stade Toulousain, encore aiguillonnée par la non-sélection de plusieurs cadres, a broyé Toulon à l'occasion d'une 11e journée du Top 14, qui marque la prise de pouvoir des Rouge et noir au classement. Moins de réussite pour le néo-international Yohann Huget, dont l'Aviron Bayonnais ne répond plus. L'ASM signe un essai d'anthologie. Et Brive flirte avec la crise. DANS LE VESTIAIRE DU... : Stade Toulousain "Ils ont répondu présent malgré le fait qu'ils soient déçus. Le staff aidera tous ces joueurs à retrouver leur meilleur niveau ou à accéder à un niveau encore supérieur." S'exprimant dans La Dépêche du Midi, Jean-Baptiste Elissalde, l'entraîneur des lignes arrière du Stade Toulousain, n'a pu qu'apprécier la production de ses troupes samedi face à Toulon. Un RCT passé à la moulinette (44-5) à Ernest-Wallon, qui rejoint l'Usap au rang des candidats au titre surclassés par des Champions d'Europe capables d'inscrire cinq, puis six essais lors de ses deux derniers chocs à domicile. Toulouse, qui accumule les bonus - déjà 7 compilés, 4 offensifs, 3 défensifs - a passé la surmultipliée, c'est désormais une évidence. Les chiffres font froid dans le dos et parlent d'eux-mêmes avec 340 points inscrits, qui font du Stade la meilleure attaque du championnat avec une moyenne de 30,9 points et 3,27 essais de moyenne par match. Et l'équipe de Guy Novès n'avait certainement pas besoin non plus de ce surplus de motivation, né durant la semaine de la non-sélection de plusieurs de ses cadres. Autant de recalés du XV de France (Picamoles, Skrela, Clerc, Poitrenaud), qui auront crevé l'écran... Auteur d'un des six essais de cette victoire fleuve, Vincent Clerc, interrogé au micro de Canal+, avouait n'avoir cédé à aucun esprit de revanche. "On l'a digéré, on n'a plus 20 ans... Il ne fallait surtout pas tomber dans un excès d'individualisme. On a essayé de rester très collectif." A ses côtés, Clément Poitrenaud, également boudé par Lièvremont, adoptait le même discours: "Ça a été une petite contrariété, qui a été rapidement digérée. On n'a pas eu le temps de trop gamberger. (...) On a peut-être eu un début de saison un peu poussif, mais avec seulement quinze jours de préparation, c'est difficile de s'exprimer. Il nous a fallu un peu plus de temps pour retrouver nos sensations. D'autres joueurs ont été performants depuis le début de la saison, ils ont à leur tour leur chance, je leur souhaite de réussir." En attendant de refaire les beaux jours des Bleus, Toulouse engrange... LE JOUEUR : Yohann Huget (Aviron Bayonnais) Si les Toulousains, boudés par le sélectionneur, ont brillé ce week-end, Yohann Huget, l'un des joueurs en forme sélectionnés par Marc Lièvremont pour les tests de novembre, a lui connu un match difficile, à l'image d'un Aviron Bayonnais, défait pour la cinquième fois consécutive en Top 14 par Montpellier samedi, à Jean-Dauger (18-29). Le jeune ailier aurait pu être le héros de ce match et permettre à son équipe de renouer avec ce succès qui la fuit depuis le 10 septembre et la victoire (18-16) face à Clermont depuis laquelle les Basques ont dégringolé de la 1ere à la 10e place au classement. Huget avait le ballon de la gagne quand à la 76e minute de jeu une combinaison avec Benjamin Boyet l'envoyait déchirer le rideau adverse aux 22 mètres. Il aura suffi d'un déséquilibre du bout des doigts de Bustos Moyano et l'ancien Agenais échouait à un mètre de la ligne. Derrière, le MHR, lui, trouvait la voie d'un deuxième essai par Pelo et privait même l'Aviron du bonus défensif. Quand ça ne veut pas... LA PHRASE : "C'est rare, c'est en tout cas mon premier essai de 100 mètres, même si ce n'est pas moi qui fait tout", Vincent Debaty, pilier de Clermont (sur Canal+) Clermont a assorti sa victoire bonifiée (27-3) sur le Stade Français samedi, dans le cadre de la 11e journée du Top 14, d'un chef d'oeuvre majuscule avec l'essai du pilier remplaçant Vincent Debaty inscrit à la dernière minute de jeu suite à une relance sur 95 mètres. Initié sur une pénalité jouée à cinq mètres de la ligne d'essai sous les poteaux clermontois, ce mouvement va balayer tout le terrain, ou presque, durant une minute et vingt secondes, un total de cinq temps de jeu, qui vont mettre en scène pas moins de quatorze joueurs clermontois! Seul Napolioni Nalaga n'a pas pris part à cet essai destiné à marquer les mémoires. Du grand art! L'ASM avec cinq essais et 170 points concédés reste la meilleure défense de ce championnat, mais rappelle aussi qu'elle sait attaquer... LA STATISTIQUE : 8 Comme les 8 victoires du Biarritz Olympique face à Brive lors des neuf dernières confrontations entre les deux équipes en Corrèze. En s'imposant une nouvelle fois (27-21) samedi, sur une pelouse du Stadium, qui prend saison après saison des airs d'Aguiléra-bis, les Basques, forts de ce huitième succès lors de leurs neuf derniers matches, ont confirmé leur statut de bête noire officielle des Coujoux. Et du même coup rapproché ce CABC, onzième du classement et sans victoire depuis cinq matches en championnat et la victoire à Paris (27-29), d'une crise, qui couve de plus en plus. Même si Simon Gillham, directeur général du club, récuse cette idée en bloc. "Je ne parle jamais de crise, lâche l'Anglais sur RMC. On a une équipe honorable et qui fait des erreurs. Il y a un an, on se séparait de Laurent Seigne. Mais une séparation n'est pas à l'ordre du jour. J'ai une totale confiance dans les joueurs et l'encadrement." Ugo Mola et Christophe Laussucq, les deux coachs, ont le soutien de leurs dirigeants. Il fallait que ce soit précisé et c'est déjà inquiétant en soi...