La 10e journée au crible

  • A
  • A
La 10e journée au crible
Partagez sur :

Les triplés du Parisien Gameiro et du Montpelliérain Giroud ont fait le bonheur de leurs équipes respectives, toujours à la lutte en haut du classement, suivies par Lyon et Lille. Au contraire, les Bordelais continuent de s'enfoncer, les Marseillais font semblant de positiver et Brest n'en finit plus de stagner. Tels sont les principaux enseignements de la 10e journée de Ligue 1.

Les triplés du Parisien Gameiro et du Montpelliérain Giroud ont fait le bonheur de leurs équipes respectives, toujours à la lutte en haut du classement, suivies par Lyon et Lille. Au contraire, les Bordelais continuent de s'enfoncer, les Marseillais font semblant de positiver et Brest n'en finit plus de stagner. Tels sont les principaux enseignements de la 10e journée de Ligue 1. LE TOP : MONTPELLIER Il n'est pas facile de suivre le rythme du leader parisien, emmené notamment par un Gameiro « Inzaghien » (voir plus bas). Montpellier, comme Lyon, y parvient en restant à trois longueurs derrière au classement à l'issue de la 10e journée. Les hommes de Girard n'étaient toutefois pas en position idéale pour engranger les trois points samedi à la Mosson, et c'est ce qui rajoute un plus à leur performance. Menés 2-0 par Dijon après 11 petites minutes, Olivier Giroud et ses camarades ont réussi tout de même à effacer cette mauvaise entame. Ce dernier, grâce à trois buts (50e, 58e s.p, 81e), a fait plier les hommes de Carteron finalement battus 5-3. "Grâce à notre caractère et à notre force mentale, on a réussi à inverser la tendance. Mais il faudra gommer cela car la prochaine fois cela ne passera pas face à une équipe moins indulgente vis à vis de nous. En tout cas, il faut continuer à marquer beaucoup de buts et à prendre beaucoup de plaisir", a déclaré le deuxième réalisateur du championnat, en compagnie du Lyonnais Gomis (7 buts), devant les caméras de Foot +. Montpellier détient pour l'instant le titre de meilleure attaque avec 22 buts, deux de plus que Rennes. LE FLOP : Bordeaux "Il y a beaucoup de bons joueurs à Bordeaux mais le problème est dans nos têtes." Voilà comment Vujadin Savic (dans les colonnes de Sud-Ouest) analyse le mal bordelais, battu samedi à Nice (3-0). Un bon joueur, par définition, se caractérise justement par un solide mental et selon le jeune Serbe, associé en défense avec Grzegorz Krychowiak pour suppléer Marc Planus et Landry Nguemo, suspendus, ce n'est pas le cas. Blessés, suspensions, méforme, malchance et maladresse, le cocktail est très amer pour Francis Gillot. "Il nous manquait quelques joueurs aujourd'hui mais peu importe. Nous avons beaucoup de difficultés derrière. Nous prenons 2 ou 3 buts par match, c'est beaucoup trop. Je change les formules derrière mais nous n'y arrivons toujours pas. Je vais encore changer et nous verrons la semaine prochaine dans un match capital face à Brest", a déclaré l'ex-coach de Sochaux, rapporte le site officiel du club girondin. Les champions de France 2009 se retrouvent 18e. LA STAT : 8 Comme le nombre de matches nuls du Stade Brestois concédés après 10 journées. Les hommes d'Alex Dupont, qui n'ont pas encore gagné cette saison en Ligue 1 (comme Nancy, la lanterne rouge), sont passés près de ce bonheur, rejoints samedi soir à domicile par un but d'Heurtaux à la 85e minute de Brest-Caen (1-1). LE JOUEUR : Kevin Gameiro (PSG) C'est un buteur, un vrai. Si quelques sceptiques pouvaient douter de sa capacité à réussir dans un environnement plus grand et plus risqué, ils ont aujourd'hui changé d'avis. Kevin Gameiro brillait à Lorient, il prouve cet automne qu'il peut aussi se montrer indispensable au PSG, au contraire de son ex-partenaire Amalfitano, à la peine dans son nouveau club marseillais. L'international français a largement contribué dimanche au succès des Parisiens en terre ajaccienne (1-3) grâce à un triplé. "Il n'y avait pas beaucoup d'espaces et j'ai su attendre, comme Inzaghi, les ballons devant les buts, et j'avais plus qu'à mettre au fond", expliquera l'ancien strasbourgeois dans les couloirs de François-Coty, rapporte notamment Le Parisien. Gameiro aura de plus marqué à des moments clés: Dès la 2e minute (1'15", but le plus rapide de la saison) et coup sur coup en début de seconde période (50e, 53e). Kevin Gameiro ambitionne, et il ne s'en est pas caché encore dimanche soir, de terminer meilleur canonnier du championnat. C'est plutôt bien parti. Au lendemain de cette 10e journée, il est en tête du classement avec 8 réalisations, lui qui a signé en Corse son deuxième triplé en Ligue 1, après Lorient-Bordeaux (5-1) du 19 février dernier. LA PHRASE : "Ce qui s'est passé cette semaine a réveillé les consciences", José Anigo (OM) Le directeur sportif marseillais a préféré mettre en avant le côté positif du nul ramené par l'OM, samedi à Toulouse (0-0). "L'équipe a été très solidaire. Ce qui s'est passé cette semaine a réveillé les consciences et cela a permis de créer l'esprit que l'on a vu ce soir (samedi). On ne peut pas se satisfaire du nul car nous étions venus pour gagner, mais pendant 25 minutes à 10, on a vu une forme de solidarité et on n'a pas reculé. On a eu le ballon", estime José Anigo sur le site du club olympien. Le passage de MLD cette semaine à l'entraînement n'a toutefois pas produit l'effet désiré et Kaboré a laissé ses coéquipiers à 10 avant l'heure de jeu. Un souci d'effectif de plus pour Didier Deschamps. "Pour que ce soit un bon point, il faudra que l'on s'impose contre AC Ajaccio", rappelait-il justement. LE SONDAGE Vous avez été plus sensibles aux malheurs de l'OM, et son nul à Toulouse (22%) que le triplé de Gameiro, qui permet à Paris de rester en tête (19%), ou les 33 buts marqués dans cette 10e journée (19%). La lourde défaite de Bordeaux à Nice (3-0), synonyme de 18e place, a également retenu une bonne partie de votre attention (16%), suivie du fait que les quatre premiers ont gagné (10%). Enfin, le triplé du Montpelliérain Giroud contre Dijon (5-3) et le réveil de Saint-Etienne, vainqueur sur la pelouse d'Evian-TG (1-2) ferment la marche avec 7%.