La 10e journée au banc d'essai

  • A
  • A
La 10e journée au banc d'essai
Partagez sur :

Malgré le report de trois matches, la 10e journée de Top 14 n'a pas été avare en rebondissements. Le plus important, évidemment, provient du monstrueux réveil du Stade Français face à Clermont (37-16), mais les Perpignanais auraient pu aussi jouer un sacré rôle. L'Usap s'est en effet inclinée de quatre petits points seulement sur la pelouse de Toulouse (17-21). Enfin, le Racing a assuré l'essentiel à Castres (victoire 18-12).

Malgré le report de trois matches, la 10e journée de Top 14 n'a pas été avare en rebondissements. Le plus important, évidemment, provient du monstrueux réveil du Stade Français face à Clermont (37-16), mais les Perpignanais auraient pu aussi jouer un sacré rôle. L'Usap s'est en effet inclinée de quatre petits points seulement sur la pelouse de Toulouse (17-21). Enfin, le Racing a assuré l'essentiel à Castres (victoire 18-12). DANS LE VESTIAIRE DU... : Stade Français Le vestiaire du Stade Français, justement, avait un visage un peu différent samedi. Même s'ils sont habitués au Stade de France, les Parisiens s'y rendaient pour la première fois de la saison, quittant leur nouvel antre de Charléty. Affirmer que ça leur a réussi est un doux euphémisme, puisque les hommes de Michael Cheika ont marché sur Clermont, jusqu'ici bien impressionnant leader. Avec Dimitri Szarzewski et Pascal Papé de retour, le Stade a envoyé valser un début de saison plus que moyen en décrochant une superbe victoire, avec cinq essais à un (37-16). "Il y avait déjà beaucoup de mieux à Toulouse, rappelait Papé à l'issue de la rencontre, devant les caméras de Canal+. On a montré une attitude positive, on a des joueurs d'expérience qui ont été importants sur ce match. Il fallait gagner à la maison. En plus, on recevait la meilleure équipe du championnat... On s'est rassuré et on a réussi un gros match." La transformation est si impressionnante qu'elle demande évidemment confirmation. LE JOUEUR : Gaëtan Germain (Racing-Métro 92) Le Racing n'a pas été spécialement brillant, mais ce n'est pas de ça dont il avait besoin. Déjà victorieux la semaine précédente à Castres (23-19), les Racingmen ont à nouveau décroché les quatre points de la victoire, cette fois sur la pelouse de Brive (18-12). Après deux premières pénalités tapées sur les montants, Germain a été l'homme clé de ce match, en passant 12 des 18 points de son équipe. "Selon moi, on a respecté les consignes, à savoir être solidaires en défense, mettre du coeur, se donner à 100% pour ne rien avoir à regretter par la suite, indiquait le jeune buteur après le match, dans des propos relayés dimanche par le site du Racing. On a eu une bonne occupation du terrain, on a su provoquer les fautes, on a pris les points et voilà. Il fallait faire un match simple. Et on l'a bien exécuté." Parfait suppléant de Wisniewski à l'arrière et - surtout - au but, Germain est aussi le symbole de la jeunesse qui gagne du Racing. L'ancien Berjallien se pose comme un vrai candidat au XV de départ. LA PHRASE : "Quand l'arbitre n'est pas bon, j'ai aussi le droit de le dire", de Jacques Delmas, entraîneur de l'Usap Perpignan a frôlé l'exploit samedi à Toulouse, en s'inclinant de quatre points (17-21) après avoir mené au score au Stadium. Un peu comme le Stade Français la journée d'avant, une équipe bien moribonde a donc été toute proche de se relancer chez les champions de France. Après le match, Jacques Delmas a fait preuve d'une amertume à la hauteur de la déception générée par le scénario du match. "Quand on est mauvais et qu'on perd, je le dis, mais quand l'arbitre n'est pas bon, j'ai aussi le droit de le dire, indiquait ainsi Delmas dans des propos relayés dimanche par L'Indépendant. Je m'attendais à un arbitrage britannique spécifique, notamment au sol, mais pas à celui-ci. Il n'a vu que nos fautes. Il a choisi son camp." L'Anglais M. Doyle officiait pour cette affiche de la 10e journée, dans le cadre d'un de ces traditionnels échanges entre arbitres européens, avant le retour de la H Cup. Quand même, Delmas ferait mieux de retenir la prestation consistante de son équipe, avec notamment un excellent Hook. LA STAT : 3 Les oreillons avaient déjà fait beaucoup de mal à cette 10e journée, en annulant LOU-Montpellier et surtout le derby basque Biarritz-Bayonne. Ce report a d'ailleurs contraint Serge Blanco à publier un communiqué sur le site du club, lundi: "J'entends ou je lis de-ci, de-là, que le report du derby Biarritz-Bayonne arrange le BOPB pour différentes raisons. Il me semble important de revenir sur ce sujet afin qu'il ne soit pas dit n'importe quoi. Sur le plan sportif, les derby ont toujours constitué des tournants pour nos clubs respectifs et nous attendions avec impatience celui-ci pour nous relancer." Sinon, les pluies diluviennes qui se sont abattues sur le Sud-Est de la France en ont rajouté une couche, en venant à bout de Toulon-Agen. Au final, ce sont donc bien trois matches qui ont été reportés. L'aménagement du calendrier promet en tout cas un sacré casse-tête. Avec le championnat et la Coupe d'Europe, les rencontres pourraient être à nouveau programmées sur des dates internationales.