L'USPGA dans le brouillard

  • A
  • A
L'USPGA dans le brouillard
@ Reuters
Partagez sur :

GOLF - Matt Kuchar est leader provisoire du dernier Grand Chelem de la saison.

GOLF - Matt Kuchar est leader provisoire du dernier Grand Chelem de la saison. Satané brouillard ! Recouvert d'un épais et opaque manteau blanc jeudi, jour de premier tour de l'USPGA, le parcours de Whistling Straits n'avait pu être arpenté par l'ensemble des concurrents, faute de temps, contraignant alors 78 golfeurs à combiner première et deuxième rondes vendredi, au pas de charge. Seulement hier encore, le brouillard était au rendez-vous à Sheboygan, dans le Wisconsin. Comme la veille, les débats ont donc pris trois heures de retard. Et comme la veille, 78 compétiteurs n'ont pu boucler la boucle. Matt Kuchar n'est pas de ceux-là, lui qui a eu la chance de finir son premier 18 dans la matinée, avant de réaliser de bout en bout son second passage sans que la nuit ne vienne le couper dans son élan. Crédité d'une carte initiale de 67, l'Américain de 32 ans, qui compte deux tournois PGA à son palmarès, a ensuite confirmé en pointant à 69, à la faveur notamment d'une série de trois birdies aux 11e, 12e et 13e trous. Un total de 136, soit huit coups sous le par, qui lui permet d'occuper seul la tête du dernier Majeur de la saison à mi-parcours, avec une longueur d'avance sur son compatriote Nick Watney. Reste que cette position est aussi confortable que provisoire. Derrière, des golfeurs tels que l'Écossais Martin Laird et l'Italien Francesco Molinari sont en embuscade, avec un coup seulement de retard sur la troisième place mais bon nombre d'opportunités à saisir dans leur deuxième tour respectif, eux qui se sont arrêtés cette nuit aux 8e et 5e trous. Phil Mickelson lui-même n'a peut-être pas dit son dernier mot. Malgré un double-bogey au n°18, consécutif à six birdies notamment, l'expérimenté Américain ne pointe qu'à six longueurs du leader à l'issue de son deuxième tour, comme le Sud-Africain Ernie Els. Bloqué au 6e trou au moment de l'interruption, Tiger Woods en revanche semble top fébrile pour prétendre à revenir sur Matt Kuchar. Après avoir rendu une première carte de 71, le n°1 mondial flirte tout juste avec le par et visite bien trop souvent les hautes herbes de Whistling Straits pour se montrer menaçant. Derniers vainqueurs en date du British Open et de l'US Open, le Sud-Africain Louis Oosthuizen et le Nord-Irlandais Graeme McDowell se trouvent dans une situation plus délicate encore. Leurs deux premiers tours bouclés, les deux hommes accusent respectivement des cartes de 146 et 147 et sont loin d'être assurés de franchir le cut.