L'Union passe en force !

  • A
  • A
L'Union passe en force !
Partagez sur :

Bordeaux-Bègles a remporté dimanche la finale de Pro D2 (21-14) contre Albi, à Agen. Une victoire acquise en seconde période, théâtre d'une domination à outrance de l'Union, qui accède ainsi pour la première fois au Top 14 en compagnie du LOU, qualifié directement en qualité de premier. Pour Albi, ce triste échec en finale est une première, après deux finales d'accession remportées.

Bordeaux-Bègles a remporté dimanche la finale de Pro D2 (21-14) contre Albi, à Agen. Une victoire acquise en seconde période, théâtre d'une domination à outrance de l'Union, qui accède ainsi pour la première fois au Top 14 en compagnie du LOU, qualifié directement en qualité de premier. Pour Albi, ce triste échec en finale est une première, après deux finales d'accession remportées. C'était donc le week-end des retours en seconde période. Au lendemain de l'incroyable remontée du Leinster en finale de la H Cup aux dépens de Northampton, Bordeaux-Bègles a suivi la même trajectoire que son illustre prédécesseur en finale de Pro D2. Toutes proportions gardées bien évidemment, puisque loin du 27-0 infligé par la province irlandaise à son adversaire anglais, l'Union se sera contentée d'un 12-3 pour décrocher son précieux ticket. Pourtant, en première période, Albi - troisième du classement au terme de la saison régulière - tient son rang de favori, certes léger, de la finale. A l'exception des phases de conquête, les hommes de Henry Broncan semblent plus solides, laissant parler la grande expérience qui les habite. Et comme un symbole, l'unique essai de la première période est signé Van Der Westhuyzen (38e), le deuxième ligne âgé de 35 ans, bien servi en bout de ligne par Gady, autre vieux briscard. Cet essai permet au SCA de virer en tête à la pause (11-9), Fraser manquant une pénalité sur la sirène. Marti: "On ira chercher le Brennus" Le buteur néo-zélandais de l'Union, véritable métronome de sa formation tout au long de la saison, n'est pas dans un bon jour. Sa tentative ratée dès le retour des vestiaires est là pour le confirmer. Alors, les joueurs de Marc Delpoux décident d'envoyer du jeu, fidèles à une bonne habitude prise au fil des mois. En difficulté sur le plan de l'agressivité, les joueurs de l'Union sont d'abord tout heureux de voir Manca rater une pénalité puis un drop, avant de se remettre dans le bon sens grâce à un essai de Rey, servi en bout de ligne sur l'aile gauche au terme d'une action joliment construite (54e). Dès lors, le jeu se déroule exclusivement dans la moitié de terrain des Jaune et noir, dépassés par la fougue retrouvée des Bordelo-Bèglais. Et c'est donc logiquement que Lilo inscrit un deuxième essai, parti d'une mauvaise inspiration de Carabignac, qui tente de partir derrière sa mêlée. Contré, le demi de mêlée albigeois assiste impuissant à la percée girondine plein axe, finalement conclue par l'arrière (21-11, 68e). Albi a alors vingt minutes devant lui pour perpétuer sa tradition d'invincibilité en finale d'accession. Mais la mission est trop difficile, malgré un sursaut en toute fin de match, annihilé par la volonté de fer des Girondins. C'est ainsi que l'Union Bordeaux-Bègles, qui existe sous sa forme actuelle depuis 2008, accède pour la première fois de sa jeune histoire en Top 14. Un club jeune, à l'image de son président Laurent Marti, dont l'ambition débordante rejaillit sur son club. Une ambition loin d'être assouvie: "Ce soir, il y a le feu à Bordeaux, lâche-t-il ivre de bonheur devant les caméras de Sport + quelques instants après le coup de sifflet final. Si on m'aide, on ira chercher le Brennus !" Certes, le chemin est long. Il s'est pourtant considérablement réduit ce dimanche.