L'Ukraine sous pression

  • A
  • A
L'Ukraine sous pression
Partagez sur :

Organisatrice de l'Euro 2012 avec la Pologne, l'Ukraine a reçu un avertissement de la Fifa et de l'UEFA. Les instances internationales lui reprochent l'ingérence de certains politiques au sein de sa Fédération. De lourdes sanctions ont été évoquées, comme le retrait l'organisation de l'événement. L'Ukraine a jusqu'au 4 février pour clarifier la situation.

Organisatrice de l'Euro 2012 avec la Pologne, l'Ukraine a reçu un avertissement de la Fifa et de l'UEFA. Les instances internationales lui reprochent l'ingérence de certains politiques au sein de sa Fédération. De lourdes sanctions ont été évoquées, comme le retrait l'organisation de l'événement. L'Ukraine a jusqu'au 4 février pour clarifier la situation. L'Euro 2012 démarre dans moins de 500 jours et la pression monte du côté de l'Ukraine, qui organise l'événement avec la Pologne. Déjà fragilisée par des retards dans la construction des infrastructures, l'Ukraine a reçu un avertissement de la part de la Fifa, qui suspecte le gouvernement ukrainien d'ingérence au sein de sa Fédération (FFU). Certains politiques du pays seraient en effet intervenus pour réclamer la démission d'un des dirigeants de la FFU, Hrigory Surkis, accusé de favoriser en Championnat le Dynamo Kiev. L'UEFA a emboîté le pas de la Fifa en évoquant de lourdes sanctions, allant de la suspension de toute compétition de l'équipe nationale au retrait pur et simple de l'organisation de l'Euro 2012. Le secrétaire général de l'UEFA, Gianni Infantino, a informé l'Ukraine de la nature des sanctions et a lui donné jusqu'au 4 février prochain pour régler ses problèmes d'ingérence. "Il est clair que si la Fédération ukrainienne a suspendu l'un de ses membres, le Comité exécutif estime qu'il ne sera pas possible que le pays accueille la phase finale de l'Euro 2012", a-t-il déclaré dans les colonnes du quotidien italien Il Corriere dello Sport. La FFU pourrait ne pas être la seule sanctionnée, les clubs sont aussi menacés par une éventuelle sanction globale. "Une suspension signifierait que les clubs ne peuvent pas participer à nos compétitions, et il y a encore trois clubs en lice cette année, l'un en Ligue des champions (Chakhtior Donetsk) et deux en Ligue Europa (Metalist Kharkov et Dynamo Kiev). L'équipe nationale serait aussi suspendue de toutes compétitions officielles." Du côté de la Pologne, les problèmes sont d'une toute autre nature. Cette semaine, le ministre des Sports polonais, Adam Giersz, a annoncé qu'un amendement à la loi interdisant l'alcool dans les stades allait être voté. Une manoeuvre qui permettra aux spectateurs de consommer de la bière durant la compétition. Pour le plus grand bonheur de Carlsberg, fameuse marque de bière danoise et sponsor de l'UEFA depuis de nombreuses années, qui dispose de droits exclusifs pour la commercialisation de produits alcoolisés dans les stades de la compétition. Au moins une bonne nouvelle...