L'or à portée de perche

  • A
  • A
L'or à portée de perche
Partagez sur :

Deux ans après sa médaille de bronze à Berlin, Renaud Lavillenie est le grand favori de la finale du saut à la perche des Mondiaux de Daegu, qui débute ce lundi à 12h25. Meilleur performeur mondial de l'année (5,90 m), le Charentais ne souffrira pas cette fois de la concurrence de Steve Hooker, éliminé dès les qualifications.

Deux ans après sa médaille de bronze à Berlin, Renaud Lavillenie est le grand favori de la finale du saut à la perche des Mondiaux de Daegu, qui débute ce lundi à 12h25. Meilleur performeur mondial de l'année (5,90 m), le Charentais ne souffrira pas cette fois de la concurrence de Steve Hooker, éliminé dès les qualifications. Sacré champion d'Europe l'été dernier à Barcelone, Renaud Lavillenie va-t-il conquérir l'or mondial à Daegu ? Troisième en 2009 à Berlin, derrière Steve Hooker et Romain Mesnil, le Cognaçais, auteur de la meilleure performance mondiale de l'année avec une barre à 5,90 m effacée en juillet dernier à Monaco, est le grand favori de la finale qui débutera ce lundi à 12h25. Le tenant du titre australien, revenu à la compétition il y a quelques semaines seulement, n'a en effet pas réussi samedi à obtenir son billet pour cette finale en butant à trois reprises à 5,50 m. Une absence qui fait donc les affaires de Lavillenie, même si ce dernier avoue qu'il aurait préféré voir le champion olympique en finale: "C'est une petite déception. Ça m'aurait fait plaisir de concourir face à lui", avait-il déclaré, très sportivement, à l'issue de ces qualifications au cours desquelles il avait franchi 5,50 m et 5,65 m dès son premier essai. En hommage à Quinon Reste que les prétendants à la médaille d'or sont nombreux en Corée du Sud, avec en tête de liste Romain Mesnil. Après avoir réussi à devancer son compatriote sur le podium il y a deux ans en Allemagne, l'Albigeois se verrait bien rééditer sa performance pour conquérir le titre mondial. "J'ai sauté deux fois à l'échauffement et deux fois pendant le concours (5,50 m et 5,65 m). J'ai perdu moins de jus que lors de certains concours de qualifications, comme l'an dernier et il y a deux ans. C'est important (...) Mon envie, c'est le titre", peut-on lire sur le site de la fédération française. Si la perspective d'un doublé tricolore est envisageable, d'autres espèrent bien déjouer les pronostics, à l'image de l'Allemand Malte Mohr (5,86 m cette saison), de l'Américain Derek Miles ou encore du jeune polonais Pawel Wojciechowski, 22 ans, qui a franchi 5,91 m le 15 août dernier, mais sa performance n'a pas été homologuée, car effectuée hors-stade. Malgré cette concurrence, les deux athlètes tricolores sont à quelques heures d'écrire peut-être l'une des plus belles pages de l'histoire de la perche française. Avec sans doute une pensée pour le champion olympique de Los Angeles 1984, Pierre Quinon, disparu cet été.