L'OM s'est relevé

  • A
  • A
L'OM s'est relevé
Partagez sur :

Battu à Lyon dimanche soir et nettement distancé désormais par le Losc en tête du championnat, l'OM a conclu la 35e journée de L1 par une victoire logique, mercredi, devant Brest (3-0). Grâce à Loïc Rémy, Jordan Ayew et Gabriel Heinze, les Marseillais ont ainsi conforté leur deuxième place aux dépens d'un OL humilié à Auxerre plus tôt dans la soirée (4-0). Le leader lillois garde tout de même une marge de quatre points.

Battu à Lyon dimanche soir et nettement distancé désormais par le Losc en tête du championnat, l'OM a conclu la 35e journée de L1 par une victoire logique, mercredi, devant Brest (3-0). Grâce à Loïc Rémy, Jordan Ayew et Gabriel Heinze, les Marseillais ont ainsi conforté leur deuxième place aux dépens d'un OL humilié à Auxerre plus tôt dans la soirée (4-0). Le leader lillois garde tout de même une marge de quatre points. "Si on subit, ils nous puniront." Alex Dupont a vu juste. Pour avoir tardé à rentrer dans le match, ce mercredi soir, au Vélodrome, les Brestois ont payé le prix fort d'emblée: un but encaissé dès la 13e minute, signé Loïc Rémy d'un plat du pied ajusté consécutif à une nouvelle ouverture lumineuse de Benoît Cheyrou. Une réalisation précoce mais logique, qui effaçait alors le sentiment d'injustice ravivé dans les esprits marseillais après la faute non signalée de Johan Martial sur Jordan Ayew en pleine surface, en tout début de match (3e). Il n'en a pas fallu plus en effet pour piquer au vif des Olympiens blessés dans leur orgueil et bien décidés à repartir de l'avant après le nul concédé ici-même contre Auxerre (1-1) et surtout le revers essuyé devant Lyon, dimanche à Gerland (3-2). Des Phocéens qui ont pourtant prêté le flanc à deux banderilles en première période. Un contre-favorable de Nolan Roux sur Steve Mandanda écarté in extremis par Gabriel Heinze (5e) et une reprise de ce même attaquant breton sur un bon service d'Omar Daf (26e). Ainsi les Brestois ont-ils eu le mérite de ne pas baisser pavillon dans cette rencontre ô combien déséquilibrée sur le papier. Malgré un pécule insignifiant de trois unités amassé à l'extérieur en 2011, malgré les sorties prématurées d'Ahmed Kantari (16e) et Omar Daf (46e), les hommes d'Alex Dupont ont joué crânement leur chance sur la pelouse des champions de France sortants. Une heure durant du moins. A l'image de cette frappe culottée et sans angle de Benoît Lesoimier (57e) en réaction à ce coup de canon d'André Ayew, plein axe, détourné du pied par Steeve Elana (55e). Ou de cette tête de Granddi Ngoyi, expédiée hors cadre de peu à la retombée d'un corner de Mario Licka (72e). Le bijou de J. Ayew Las pour les Finistériens, qui ne gardent au terme de cette 35e soirée de la saison que trois longueurs d'avance sur le premier relégable nancéien, les Marseillais étaient bien les mieux armés ce mercredi. Témoin ce petit bijou de Jordan Ayew, titulaire au détriment d'André-Pierre Gignac et déjà auteur d'un joli but sur ce terrain deux semaines plus tôt contre Nice. D'un tir excentré et enroulé légèrement dévié par Moïse Brou Apanga, le frère cadet d'André a su tuer le match juste avant l'heure de jeu (2-0, 59e). Ce, même si le coup de grâce est venu de Gabriel Heinze, d'un maitre coup franc inscrit du gauche et en force (3-0, 81e). "Ce match était important pour reprendre confiance. On va essayer de tout gagner désormais pour ne pas avoir de regrets", soufflait après coup Benoît Cheyrou devant les caméras d'Orange Sport. A trois levées de la fin du championnat, l'OM revient ainsi à quatre points d'un Losc qui a toutefois pris une belle option sur le sacre après sa victoire à Saint-Etienne mardi soir (1-2). La bonne opération pour les Phocéens est donc à constater dans le rétroviseur. Etrillé à Auxerre en début de soirée (4-0), Lyon se trouve de nouveau relégué à six unités de Marseille. Sauf triple accident contre Lorient, Valenciennes et Caen lors des dernières journées, la Ligue des champions se jouera vraisemblablement avec l'OM la saison prochaine.