L'OM s'en mord les doigts

  • A
  • A
L'OM s'en mord les doigts
Partagez sur :

Marseille aurait pu, Marseille aurait même dû. Défait sur la pelouse de Manchester United (1-2) en huitièmes de finale retour de la Ligue des champions, l'OM a laissé passer sa chance. Face à des Red Devils appliqués mais diminués, les hommes de Didier Deschamps sont passés "à côté de quelque chose de fabuleux", d'après les termes de l'entraîneur olympien.

Marseille aurait pu, Marseille aurait même dû. Défait sur la pelouse de Manchester United (1-2) en huitièmes de finale retour de la Ligue des champions, l'OM a laissé passer sa chance. Face à des Red Devils appliqués mais diminués, les hommes de Didier Deschamps sont passés "à côté de quelque chose de fabuleux", d'après les termes de l'entraîneur olympien. Un goût étrange. Comme Lyon il y a trois ans, l'OM est tombé à Old Trafford en huitièmes de finale retour de la Ligue des champions (1-2). Et comme Lyon il y a trois ans (battu 0-1 après un nul 1-1 à Gerland), les Phocéens sont repartis du Théâtre des rêves avec la désagréable impression de ne pas en avoir fait assez. Même si Manchester est parti tambour battant avec un but de Chicharito dès la cinquième minute de jeu, les hommes de Didier Deschamps ont eu les occasions pour faire mieux. Tout simplement, ils ont eu les occasions pour se qualifier. A l'image de ce lob complètement manqué par Gignac, seul devant Van der Sar à la neuvième minute. "Ce n'est pas agréable de passer à côté de quelque chose de fabuleux, indiquait Didier Deschamps après le match, aussi fataliste que dépité. En tant que compétiteurs, nous avions l'espoir et la conviction de pouvoir nous qualifier. En plus, Manchester n'était pas à son niveau habituel. Contrairement au match aller, on a eu beaucoup d'occasions." En effet... Diawara (36e), Rémy (42e) et Cheyrou (72e) ont eux aussi eu les opportunités pour faire basculer le match. En Ligue 1, ce genre d'occasions manquées sont régulièrement compensées par la faiblesse des adversaires, d'un autre standing que Manchester. Mais chez les Red Devils, ces maladresses se paient cash. Forcément. Valbuena: "J'espère que cette expérience va nous servir" Fidèle à sa saison, MU n'a pas bien joué. Mais fidèle à sa saison, MU a gagné. Face à l'OM, les hommes de Ferguson ont suivi un plan, similaire à ce qui leur a permis de l'emporter face à un bon nombre d'équipes moyennes de Premier League. "On a voulu bien faire, mais aujourd'hui tout n'a pas marché comme on voulait, a réagi André Ayew devant les caméras d'OMtv. On a vu, sur certaines séquences, qu'on pouvait les inquiéter. Mais on ne l'a pas fait assez. C'est le foot." C'est peut-être le foot. Mais le foot, c'est aussi la confiance en soi qui permet soi-disant de renverser des montagnes. "On a des regrets car, même en fin de match, l'adversaire était fébrile, surenchérissait Didier Deschamps. Il faut dire que ce n'était pas le grand Manchester en raison des nombreux blessés. C'est rageant." Malgré la titularisation surprise de Nani, l'événement de l'avant-match est surtout venu du forfait de dernière minute de Vidic. La charnière Smalling-Brown, formée à la va-vite, n'était pas la plus sûre qui soit, comme l'a prouvé le but contre son camp du second nommé. Mais les Marseillais ne l'ont pas titillée d'assez près. Même après cette réduction du score tombée du ciel, les Olympiens n'ont pas réussi à appuyer sur l'accélérateur. Presque par peur de se qualifier, alors que Manchester, à ce moment-là, doutait incontestablement. Désormais, le mal est fait. Alors, autant tirer du positif de cet acte manqué... Au-delà de l'impression d'avoir fait jeu égal avec les Red Devils, ce genre de match doit tendre vers un avenir radieux. Dès la saison prochaine, par exemple. "On a cravaché, et on a vu un bon état d'esprit, retenait Mathieu Valbuena, devant les caméras d'OMtv. Il faut se servir de tout ça pour être plus régulier. J'espère que cette expérience en Ligue des champions va nous servir pour la suite." Quoi qu'il en soit, toute gamberge est absolument proscrite dans les rangs marseillais, au vu des échéances qui s'annoncent. A très court terme d'ailleurs, comme l'indiquait Steve Mandanda après la rencontre: "Il nous reste notre objectif numéro 1, à savoir le championnat. Ce n'est peut-être pas plus mal de jouer Paris dès dimanche. Ça nous oblige à vite nous remobiliser." Au moins, Paris sera sûrement moins réaliste que Manchester.