L'OM revient de très loin

  • A
  • A
L'OM revient de très loin
Partagez sur :

Incapables de trouver des solutions offensives face à des Lorientais pourtant réduits à 10 pendant une heure, les Marseillais ont bénéficié d'une réussite insolente pour arracher samedi la victoire face aux Merlus (2-1), pour le compte de la 18e journée de Ligue 1. Cheyrou, le buteur décisif, permet en tous les cas à la formation de Deschamps de revenir à neuf points du leader montpelliérain, avant PSG-Lille dimanche.

Incapables de trouver des solutions offensives face à des Lorientais pourtant réduits à 10 pendant une heure, les Marseillais ont bénéficié d'une réussite insolente pour arracher samedi la victoire face aux Merlus (2-1), pour le compte de la 18e journée de Ligue 1. Cheyrou, le buteur décisif, permet en tous les cas à la formation de Deschamps de revenir à neuf points du leader montpelliérain, avant PSG-Lille dimanche. La tactique de Deschamps est peut-être la bonne. Quand la tempête menaçait gravement le navire marseillais, avant la réception du PSG (3-0, le 27 novembre), l'entraîneur olympien n'avait pas hésité à placer ses moussaillons sur le pont, laissant notamment Mathieu Valbuena et Benoît Cheyrou sur le banc. De quoi titiller l'orgueil de ces derniers. Pour mieux les voir réagir ? Les faits donnent raison à DD. Buteur providentiel à Dortmund, Valbuena a remis ça samedi soir contre Lorient. Il a d'abord sauvé les siens d'un naufrage complet, avant que Cheyrou ne se transforme en super-héros d'un Vélodrome ô combien déçu, voire dégoûté, de la copie rendue par ses favoris avant ce final miraculeux. Jusqu'à l'expulsion de Lamine Koné à la demi-heure de jeu, l'OM est transparent, ou presque. Incapables de se créer la moindre réelle occasion de but, les joueurs de Deschamps sont particulièrement gênés par la mobilité bretonne et sa capacité à occuper les espaces. Bien que privée de plusieurs titulaires au coup d'envoi, la formation de Gourcuff existe bel et bien par son projet de jeu. Celui des Olympiens se résume souvent à sauter le milieu pour espérer trouver Loïc Rémy et Jordan Ayew. Les Merlus manquent d'ouvrir le score par Romao qui ne trouve pas le cadre, croisant trop son tir, alors que trois de ses coéquipiers attendaient le cuir bien placés dans la surface (19e). Marseille réagit timidement par un centre en première intention d'Amalfitano qui contraint Audard à sortir au-devant d'Ayew (24e). Un bien triste bilan pour des Provençaux enfin en action, pour la première fois du match, avec un extérieur du pied droit de Valbuena, détourné en corner (30e). Trois minutes plus tard, Lamine Koné agrippe Rémy, l'ex-Niçois filant au but en duel avec Audard. L'arbitre expulse le Breton (33e) et le coup franc direct qui suit donne quelques sueurs au banc des Merlus. Le ballon frappé par Valbuena est mal maîtrisé par Audard, tout près de le laisser filer entre ses jambes. Lorient pas payé Au retour des vestiaires, Benoît Cheyrou remplace Alou Diarra. Une option offensive sans grand effet dans le premier quart d'heure. On n'a pas l'impression que l'OM évolue en supériorité numérique. Une chose a changé au moins: le nombre d'occasions maintenant en faveur des Olympiens. Cheyrou aux six mètres, alerté de la tête par Rémy, voit sa reprise de peu hors cadre (53e) juste avant que la volée surpuissante d'Amalfitano ne passe au-dessus de la barre transversale (55e). Audard doit ensuite jaillir dans les pieds de Rémy (67e). Le capitaine lorientais se sent en revanche bien moins fringuant quand une minute plus tard, il reçoit les soins du staff médical breton pour des soucis aux adducteurs. Audard marche presque sur une jambe mais trouve les ressorts nécessaires pour enlever de la lucarne le ballon enroulé par Cheyrou sur coup franc. C'est l'arrêt du match (73e). L'action suivante marseillaise est gâchée par une perte de balle au milieu de terrain. Mvuemba lance Emeghara qui efface Nkoulou puis Mandanda avant de glisser le ballon dans les buts vides (0-1, 77e). A défaut de dominer un adversaire privé de plusieurs titulaires au coup d'envoi et réduits à 10 pendant plus d'une heure, les hommes de Deschamps se sont exposés au contre. Heureusement pour eux, Valbuena a réédité l'exploit de Dortmund, avec là aussi une belle trajectoire donnée au ballon pour battre enfin Audard (1-1, 84e). Rémy croit offrir les trois points aux siens sur un coup de tête, mais le ballon est renvoyé par la transversale (87e) avant qu'Audard ne sorte encore le grand jeu devant Amalfitano (90e). La libération viendra donc de Cheyrou, sur un coup franc de Valbuena consécutif à une faute sur l'ex-Libournais qui vaudra à Romao la deuxième expulsion de la soirée (94e). Le coup de tête du gaucher fait mouche au fond du temps additionnel (2-1, 95e). "Je suis heureux car ça nous laisse encore la possibilité de chasser tout ce qui est devant. Le match nul aurait été une grosse contre-performance et la défaite, je ne vous en parle même pas", déclarait José Anigo sur le site du club marseillais. De temps en temps, la Bonne Mère accompli des miracles.